RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le PIB de Chine devant celui des États-Unis : un signal symbolique

Le rapport du FMI[1] publié en mois d’octobre de l’année en cours a corroboré les prévisions d’économistes ayant prédit le classement de la Chine en première position devant les Etats-Unis d’Amérique en termes de produit intérieur brut (PIB), calculé en parité de pouvoir d’achat (PPA). En effet, pour cette année 2014, le PIB de la Chine atteindra les 17.632 milliards de dollars, tandis que celui des EU 17.416 milliards de dollars, soit respectivement un poids de 16,5% et 16, 3% dans le PIB mondial. L’institution de Bretton Woods prévoit un creusement de cet écart à l’horizon de l’année 2019, où le PIB de la Chine passera à 26500 milliards USD, contre seulement 22000 milliards de dollars pour les EU.

Il est fort de constater que la vitesse de kérosène de la machine de croissance économique de la Chine a été enregistrée depuis le début des années 2000, notamment à l’occasion de son adhésion à l’organisation mondiale du commerce (OMC), en novembre 2001. Faut-t-il rappeler que durant cette période le PIB (exprimé en PPA) des EU était trois fois plus important que celui de la Chine. L’écart a été réduit presque de 50% en 2004, soit 13774 milliards de dollars pour les EU et 7466 milliards de dollars pour la Chine. Cependant, la croissance économique chinoise a été perturbée par la crise de 2008. Elle reste vulnérable aux chocs extérieurs puisque elle est tirée à hauteur de 70% par les exportations. D’où l’impératif de développer un marché national intégré et de multiplier les partenaires régionaux.

Il est vrai que cet indicateur de mesure reste quantitatif et ne reflétant pas réellement la vraie richesse d’un pays ou la prospérité de ses habitants, d’ailleurs la Chine est très mal classée en termes de PIB par habitant (89eme place en 2013), néanmoins, il sert à comparer et à classer l’évolution de la création de la valeur ajoutée par les pays. Cet indicateur est fort symbolique dans le classement des poids économiques des pays dans le monde. La Chine a donc déclassé ne serait-ce que symboliquement les Etas Unis d’Amérique. C’est un signal pas des moindres qui intervient dans un contexte non seulement agité par des guerres larvées des monnaies, des technologies et de contrôle des ressources énergétiques, mais aussi de bouleversement géopolitique actionné par les puissances occidentales et visant à freiner l’émergence spectaculaire des pays communément appelés les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

La Chine, locomotive des BRICS a, pour sa part, élargi son action géoéconomique en direction de 20 pays asiatiques, à travers la création d’une banque régionale, dotée d’un capital de 50 milliards de dollars et localisée à Pékin, spécialisée dans le financement des infrastructures. Cette banque est considérée par les économistes comme rivale de la banque mondiale. A noter aussi que les BRICS ont créé en juillet 2014 deux institutions financières, une banque de développement et un fonds de réserve visant à soutenir et stabiliser financièrement leurs économies, et constituer une marge de protection à l’égard des chocs provoqués par la vulnérabilité du système financier international.

La Chine, consciente de l’importance des accords économiques bilatéraux et multilatéraux, ne cesse, pour soutenir ses exportations qui conditionnent sa croissance économique, de diversifier et actionner sa diplomatie économique en faisant de l’action commerciale non pas une finalité mais un moyen lui permettant d’établir des relations économiques et politiques durables avec les pays en voie de développement notamment africains. Les échanges entre l’Afrique et la Chine sont passé de 10 milliards de dollars en 2000 à presque 200 milliards de dollars en 2013. Contrairement, à ce qu’on pourrait habituellement imaginer, l’avantage de ces échanges a bel et bien profité à l’Afrique en lui permettant d’exporter vers la Chine environs 113 milliards de dollars, contre 85 milliards d’exportations chinoises. « Lors du 5e Forum sur la coopération sino-africaine (FSCA), tenu à Pékin en 2012, la Chine avait annoncé la mise en œuvre du « plan spécial pour le commerce avec l’Afrique »[2].

Lors de ce Forum, Pékin a accordé des exemptions douanières et un régime tarifaire très avantageux pour les 35 pays africains avec lesquels elle a signé des accords bilatéraux. Pékin a lancé un programme de formation de 30000 Africains répartis sur plusieurs secteurs, offrir 18000 bourses aux étudiants et faire dépêcher 1500 praticiens de la santé pour des personnes malades de cataracte. La promotion du tourisme en Afrique bénéfice à son tour de l’aide chinoise. Ainsi, l’Afrique est devenue une destination de plus d’un millions de Chinois chaque année.

Cette politique chinoise en Afrique continue à intéresser et fidéliser les pays africains et par voie de conséquence à faire peur aux puissances occidentales, notamment la France et les Etats Unis d’Amérique.

C’est une stratégie bien réfléchie par Pékin, visant à construire des relations durables avec l’Afrique, sans pour autant reproduire la politique de domination économique pratiquée durant des décennies par les anciens colonisateurs. La Chine voit loin, elle est en train de construire une offensive économique à partir de l’Europe contre les États-Unis.

ACHIR Mohamed
Enseignant Chercheur
Université de Tizi-Ouzou

[1] http://www.imf.org/external/ns/cs.aspx?id=29

[2] Voir l’article publié dans le Jeune Afrique, « la chine présente sa nouvelle stratégie en Afrique », 30 Août 2013.

»» http://www.libre-algerie.com/le-pib-de-chine-declasse-les-usa-un-signa...
URL de cet article 27543
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Même Thème
Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"De toutes les ironies exprimées par la politique étrangère américaine, notre position vis-à -vis de Cuba est la plus paradoxale. Une forte dégradation de la situation économique a provoqué une poussée du nombre de Cubains entrant illégalement aux Etats-Unis.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour détériorer la situation économique et ainsi accroître le flux. Nous encourageons également cet exode en accordant aux Cubains, qui arrivent illégalement ou qui s’approchent par voie de mer, un statut de résident et une assistance pour s’installer.

Dans le même temps, nous n’avons pas respecté les quotas de visas pour les Cubains désireux d’immigrer aux Etats-Unis [...] quand Castro tente d’empêcher des cubains malheureux de quitter leur pays infortuné, nous l’accusons de violer des droits de l’homme. Mais quand il menace d’ouvrir grand les portes si nous continuons à accueillir sans limites des cubains sans visas - y compris ceux qui ont commis des actes de violence pour aboutir à leurs fins - nous brandissons des menaces imprécises mais aux conséquences terribles. "

Jay Taylor, responsable de la section des intérêts américains à Cuba entre 1987 et 1990, in "Playing into Castro’s hands", the Guardian, Londres, 9 août 1994.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.