Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le Poisson d’octobre

Un certain Monsieur Poisson a exprimé une énormité qui a mis les dirigeants du CRIF, gardien consacré des mœurs françaises, digne héritier de la tradition de Torquemada, dans tous ses états d’indignation. Monsieur Poisson a osé dire – en public ! – qu’il existe aux Etats-Unis un lobby sioniste qui exerce une influence significative sur la politique au Moyen Orient de ce pays et de ses dirigeants, notamment de Madame Hillary Clinton.

Quelle horreur ! Les dirigeants du CRIF n’ont pas perdu un instant pour condamner une déclaration qui risquerait d’offenser une certaine catégorie de la population particulièrement sensible. Dans notre ère humanitaire où règne les droits humains, la sensibilité des sensibles est incomparablement plus importante que l’humble vérité, une abstraction plus que douteuse qui n’intéresse presque plus personne grâce aux divertissements commerciaux omniprésents et accaparants.

Mais le monde est rempli de sensibilités, et il est de notre devoir de ne pas en oublier une seule. Tout ce qui peut les heurter n’a plus le droit d’exister.

N’allez pas dire qu’à Pise il existe une tour penchée – pensez combien cette accusation pourrait blesser les architectes italiens qui y verraient leur travail séculaire calomnié.

Il n’y a pas de Muraille de Chine ; évoquer une telle construction serait très insultant envers les Mongols et autres immigrés sans papiers qu’une telle muraille aurait voulu exclure.

Pour éviter le crime de lèse majesté, nous devons insister sur le fait qu’il n’y a pas de Tour de Londres, afin de ne pas froisser la souveraine qui aujourd’hui porte le nom de celle qui y fit décapiter son favori Robert Devereux, comte d’Essex.

En effet, dans ce monde dont la réalité est de plus en plus mise en doute depuis le triomphe du post-modernisme et du politiquement correct, la première chose qu’il faut policer c’est la langue.

Pour le reste, anything goes ! (tout est permis).

Diana Johnstone

URL de cet article 31081
   
Même Auteur
Hillary Clinton, la « Reine du Chaos »
Diana JOHNSTONE
1. Dans votre dernier livre, vous appelez Hillary Clinton la « Reine du Chaos. » Pouvez-vous expliquer pourquoi vous avez choisi ce sobriquet péjoratif pour décrire Hillary ? En un mot, la Libye. Hillary Clinton était si fière de son rôle majeur dans le déclenchement de la guerre contre la Libye qu’elle et ses conseillers avaient initialement prévu de l’utiliser comme base d’une « doctrine Clinton », ce qui signifie une stratégie de changement de régime façon « smart power » , comme un slogan de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Abolissez l’exploitation de l’homme par l’homme et vous abolirez l’exploitation d’une nation par une autre nation.

Friedrich Engels


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.