RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le PQ montre son vrai visage

Le néolibéralisme se porte bien. Un milliardaire vient d'être nommé à la direction du conseil d'administration d'Hydro-Québec, la plus grande société d'État du Québec.

Avec la nomination de Pierre-Karl Péladeau à la présidence du conseil d’administration d’Hydro-Québec, le PQ vient de montrer son vrai visage. Il n’y a qu’à lire ceux qui se qualifient de journalistes et qui sont à son service, à les écouter sur LCN, TVA, ou à parcourir tous les médias que son empire, Québécor, pour savoir qui a décidé du contenu du programme du PQ. Les membres du PQ depuis la fondation de ce parti n’ont jamais vraiment eu voix au chapitre. Depuis les débuts de ce parti, le clan à la tête du PQ contourne les résolutions adoptées par les membres en congrès quand elles ne vont pas dans le sens où il l’entend. Pire, le clan n’a jamais cessé d’escamoter le programme du parti en ce qui ne lui plaisait pas. Il a même dénaturé l’article 1 du programme du PQ. Si beaucoup se doutaient que ce parti voulait plaire à une classe sociale et que cette classe n’était pas la classe ouvrière. S’ils se doutaient qu’il était néolibéral ; avec la nomination par le PQ qui dirige l’Assemblée néolibérale du Québec, du milliardaire Pierre-Karl Péladeau à la tête de la plus importante société d’État au Québec, ils en ont la confirmation. Au Québec, nous vivons sous une dictature de fait composée des partis néolibéraux PQ, PLQ, et CAQ. Ils s’échangent le pouvoir, mais servent tous un même maître : le capital. L’oligarchie néolibérale bien installée sur les banquettes de Québec continue son travail de sape contre le peuple. Cette fois, après avoir dénaturé Hydro-Québec, elle se prépare à en faire la chose de la libre entreprise, à en faire un profiteur de plus qui volera le peuple.

Pierre-Karl Péladeau serait-il un indépendantiste qui cherche à faire avancer le Québec vers son indépendance ? Ce capitaliste serait-il capable de penser à autre chose qu’à ses milliards ? Ce capitaliste voudrait-il faire de ses futurs Nordiques ceux qui rallumeront la flamme indépendantiste au Québec ? La réalité serait plutôt que P.-K. P. fera entrer un club de paltoquets appelés joueurs de hockey. Il profitera pour une bouchée de pain de l’amphithéâtre payé par les contribuables du Québec et verra avec les années augmenter la valeur de son club de hockey qu’il pourra revendre à gros prix le jour où il le décidera. Et la foule zombie debout, fière de son club constitué d’une minorité de Frenchs canadians, écoutera l’hymne national de l’occupant canadien interprété en français, la casquette sous le bras et la main sur le coeur.

Par ses rares chroniqueurs connus pour leurs opinions « souverainistes » voudrait-il provoquer un éveil des consciences chez ses compatriotes ? Nous pouvons en douter ! Un capitaliste n’a pas de patrie, n’appartient à aucune nation, n’a pas de coeur, pas de sentiments, il n’a que des intérêts. Il fait partie du bloc de la bourgeoisie capitaliste internationale dont le palais se situe sur Wall Street. Ces capitalistes ne se font plus concurrence. Le prix de l’essence, par exemple, est fixé par ce qui ressemble beaucoup à un cartel.

Rappelons-nous que Journal de P.-K. P. et tous ses médias s’en sont pris aux étudiants pendant la contestation de l’augmentation des frais de scolarité le printemps dernier. Le principe était simple, monter le peuple contre les étudiants, contre lui-même. Dans le même esprit que le mesquin Jean Chrétien, incapable de soutenir un débat sur l’indépendance du Québec, disait : « le monde veut p’u en entend’ parler », les médias de Québécor laissaient sous-entendre « le monde en a assez des bruits de casserole, des manifestations, des rues bloquées… ». Aujourd’hui, ils s’appliquent à les diviser en radicaux et en modérés, à détruire la réputation des chefs étudiants les plus consistants. Il leur faut aussi détruire la réputation de l’homme politique anticapitaliste Amir Khadir ainsi que celle des membres de sa famille. Tous les coups sont permis aux néolibéraux. Des étudiants pleutres, de futurs larbins du capital, en sont à dénoncer CLASSE, à pointer du doigt les « radicaux » qui en font partie. La dictature médiatique en est à associer les étudiants au « problème » des enfants-rois de cette génération contestataire : « qui ne veut pas voir la réalité ». Malgré la participation calculée, fausse et ridicule d’Hippolyne Marois au concert de casseroles, le PQ a embrigadé Léo B.B, un « modéré » et nomme maintenant l’ennemi de la contestation étudiante, P.K. Péladeau le capitaliste, à la tête de sa plus importante société d’État. Que vient faire un capitaliste, un tenant de la libre entreprise, dans une structure économique inspirée du socialisme ? Ce même P.-K. P. qui par ses médias cherchait à détruire le mouvement de contestation étudiant qui étendait peu à peu ses revendications, qui éveillait peu à peu le reste du Québec en dénonçant les néolibéraux. Son journal démontrait par des sondages (mesurait-il les effets de la propagande véhiculée par ses propres médias ?) que les contestataires perdaient des appuis. Les mêmes organes de P.-K. P. avaient, au début du mouvement étudiant, donné toute la visibilité qu’ils pouvaient à de faux contre-manifestants.

La fonction des partis néolibéraux comme le PQ est de favoriser les intérêts de la libre entreprise au détriment du peuple. Ils travaillent pour le 1/10e de 1 % qui contrôle plus de la moitié de notre économie. Le Journal de P.-K. P. n’en était pas à ses premiers balbutiements dans le détournement de l’opinion publique. Souvenons-nous des articles de ce journal sur les caisses de retraite, surtout sur celles du secteur public. Les valets de l’empire s’employaient à démontrer que certains retraités étaient trop bien payés, que l’ensemble des contribuables en faisait les frais. Foutaise ! La réalité est toute autre. La plupart de ces fonds de pension, payés en majeure partie par ces travailleurs eux-mêmes, fonctionnent à partir d’un principe semblable à celui des assurances vie, sauf que plutôt que de recevoir une somme après son décès, le participant en profite tant qu’il est vivant.. Celui qui meurt perd son fonds de pension. S’il est marié, la moitié va à son conjoint. Et quand le conjoint meurt, c’est terminé. Ce qu’ils ne disent pas, c’est que la plupart des travailleurs seraient prêts à payer le double de ce qu’ils paient pour prendre le plus jeune possible leur retraite et vivre en sécurité jusqu’à la fin de leurs jours, mais que le capital s’y oppose. Ce qu’ils ne disent pas non plus, c’est que les capitalistes ont intérêt à entretenir la précarité chez les travailleurs pour en faire de la main-d’oeuvre à bon marché, esclave jusqu’à l’âge de 70 ans. Les médias de P.-K. P., fers de lance de la dictature médiatique au Québec, réservent le même traitement aux travailleurs en grève, et le plus drôle est que les valets de P.-K. P. étaient eux-mêmes en grève il n’y a pas si longtemps. Ces mêmes valets n’auraient jamais osé écrire une série d’articles sur les fortunes personnelles. Encore moins pour les dénoncer… Pierre-Karl n’aurait pas aimé ça !

Ainsi, la nomination de Pierre-Karl Péladeau à la présidence du conseil d’administration d’Hydro-Québec confirme l’amalgame PQ-capital.

Michel Rolland pour http://www.lavenirduquebec.org/

URL de cet article 20251
  

L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La seule et unique raison pour laquelle certaines parties de la classe dirigeante n’aiment pas Trump, ce n’est pas parce qu’il ne défend pas leurs intérêts (il le fait), mais parce qu’il gère mal les événements et les récits d’une manière qui expose à la vue de tous la laideur de l’empire."

Caitlin Johnstone

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.