RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 
Contre "le régime algérien en place"

Le préfet Nunez, matraqueur à Paris, trouve le temps d’insulter l’Algérie.

Les paris sont ouverts, qui sera le champion de la répression entre l'exécrable Lallemand, qui a quitté sa place de premier flic de la capitale pour la laisser à Nunez qui vise à son tour la plus haute marche du podium ? Partage de la peur, angoisse communiquée par le tremblant de l’Élysée : c'est le feu vert : "on peut cogner chef". Entre deux coups de matraques, Nunez a trouvé le temps d'insulter la République d'Algérie. Il est fort ce protégé de Macron.

Le 13 févier 1991 j’étais à Bagdad quand un bombardier furtif américain – en opération humanitaire – a largué une bombe – forcément démocratique – sur un abri du quartier d’Amiriya. A l’intérieur plus de 400 femmes et enfants sont morts. Et il a été difficile de faire le compte exact de corps brûlés et broyés. Puisque le pilote n’était pas un barbare, mais un soldat du bien semant les graines d’un meilleur avenir, personne n’a imaginé traduire ce criminel contre l’humanité devant un tribunal. Une Cour Pénale Internationale quelconque.

Quelque temps plus tard Madeleine Albright, Secrétaire d’Etat des USA dira, un sourire de vipère accroché aux lèvres, qu’en Irak : « 500 000 enfants morts valaient bien le prix de la démocratie » ! Avoir vécu les moments de ces infamies m’a définitivement éloigné d’un droit-de-l’hommisme qui n’est qu’une Arme de Destruction Massive où le poison des mots remplace la poudre. J’écris ces quelques mots de préambule alors que j’entends évoquer le dernier avatar opposant la France à l’Algérie. Et vous me direz « Quel rapport entre les missiles de Bagdad et les relations entre l’Algérie et une France si hautement civilisée ? ».
Je vous affirme qu’il existe. La nécessité intime qu’ont les français, et leur cortège d’ONG si généreuses, de faire plier l’Algérie relève d’un post impérialisme imposé par le « bien », celui qu’on pouvait lire dans le ciel irakien noir de ferraille et de fureur. J’exagère ? Oui j’exagère.

Les oukases du camp des maîtres, ceux qui continuent de faire la leçon, ont l’avantage insigne de ne pas expédier des innocents à la morgue. Pourtant ce post colonialisme continue de provoquer des blessures cent quatre-vingt-seize ans après la prise d’Abd el Kader et sa smalah. Vous trouverez trop peu de français qui n’aient pas une saloperie à lancer sur le dos de l’Algérie. Un pays qui, dans leur imaginaire, continue d’être un chez-soi occupé par des squatteurs arabes et berbères. Qui donnera la moindre excuse à un pays vieux de soixante ans, jadis grandi sous le canon colonial, puis libéré par lui-même dans l’atrocité de la guerre ? Il y a quelques jours j’ai pris un taxi algérien qui m’a raconté, sa maison étant détruite par l’armée française, son enfance dans un « camp de transit » entre les barbelés et des murs en terre. Comment oublier, effacer une telle histoire ?

Le sommet du mépris étant atteint quand l’Algérie est devenue la première cible des fous d’Allah baptisés GIA. A cet instant le si généreux Occident, plutôt que de venir en aide aux assiégés, a laissé faire et même parfois protégé les terroristes. Le mensonge qu’il fallait propager dans les médias était « Le qui tue qui ? » Une sale baliverne qui voulait faire croire que les militaires algériens entretenaient cette guerre pour mieux tenir le pouvoir... Une infamie. Ai-je dit que l’Algérie était un Eden, le monde en idéal ? Non. Mais je me tais puisque la parole et les actes « français » ont ici commis tous les crimes et que ne prévalent que le silence et le recueillement des cimetières.

L’Algérie fait l’objet d’attaques continuelles au nom des droits de l’homme de la part d’ONG fantoches financées par la CIA et le capitalisme, la seule internationale existant aujourd’hui. Les bouches et les écrits des « bombardeurs » de Bagdad ont pris le manche des pilotes : on flingue mais en douceur. Un exemple me vient. Lors de la dernière réunion du Conseil des Droits de l’homme de l’ONU la France a sommé l’Algérie d’adopter une législation qui protège mieux les femmes des violence familiales. C’est parfait. Mais au même moment un certain Emmanuel Macron, réputé être président de la République Française, part en goguette avec son frère Kamel Daoud. Un ami et conseiller intime pourtant condamné par un tribunal d’Oran pour avoir frappé son ex-femme ! On tire l’oreille de l’Algérie mais on laisse la sienne intacte pour mettre en valeur la rouflaquette. Après cela, allez vous étonner que les Algériens soient « paranoïaques », mal embouchés, méfiants et toujours à se plaindre. Et qu’ils se méfient des « influences étrangères »...

L’origine de ma colère du jour me vient d’une lettre scandaleuse écrite par le préfet de police de Paris Laurent Nunez à un groupe de citoyens algériens ou franco-algériens, vivant en France et soucieux, par une manifestation symbolique, de montrer leur « désapprobation de cette diffamation » dont souffre leur pays d’origine. Le 14 mars le « Collectif unitaire Franco-Algérien » dépose à la préfecture de Paris une demande afin de manifester le 19 mars place de la République. Rien que de très banal puisque cette même place sert d’open bar à des groupes qui, eux, manifestent contre le gouvernement algérien, ce qui est leur droit. Pouvait-on croire.

Car la réponse est non. Il est bien vu, par la France, de venir secouer des oriflammes sous la statue de la République pour réclamer la mort de la république algérienne. Mais interdit de la soutenir. Pire, dans son courrier le préfet Nunez, il est vrai élevé dans la nostalgie d’une Algérie pays perdu, ose écrire les mots suivants : « Considérant que plusieurs rassemblements contre le régime algérien en place se dérouleront quant à eux également le 19 mars... ». C’est « non » car on ne peut soutenir « le régime algérien ». Vous avez bien lu : le « régime », comme celui de Vichy... Abdelmadjid Tebboune aurait-il quelque chose de Pétain ? Tout cela sous la signature d’un préfet qui fût un temps, heureusement court, ministre de la République Française.
Pour conclure, il est enrichissant d’apprendre que l’Algérie n’est pas une République mais un « régime en place », dont on attend qu’il la perde. Visiblement, trop occupé à danser la lambada à Kinshasa, à reconstruire le Liban, à envahir la Russie, Emmanuel Macron a autre chose à faire que contrôler l’insulte faite à un pays souverain. Après tout, il en a l’habitude.

Jacques-Marie BOURGET

PHOTO : interdits de manifestation Place de la République, des Algériens patriotes et solidaires de leur pays, se sont rassemblés ce dimanche 19 mars 2023 Place Colonel-Fabien. Photo Brahim MADACI

»» https://www.afrique-asie.fr/le-prefet-de-police-de-paris-insulte-lalgerie/
URL de cet article 38578
  

Hélène Berr. Journal. Paris, Tallandier, 2008.
Bernard GENSANE
Sur la couverture, un très beau visage. Des yeux intenses et doux qui vont voir l’horreur de Bergen-Belsen avant de se fermer. Une expression de profonde paix intérieure, de volonté, mais aussi de résignation. Le manuscrit de ce Journal a été retrouvé par la nièce d’Hélène Berr. A l’initiative de Jean Morawiecki, le fiancé d’Hélène, ce document a été remis au mémorial de la Shoah à Paris. Patrick Modiano, qui a écrit une superbe préface à ce texte, s’est dit « frappé par le sens quasi météorologique des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nous avons abattu un nombre incroyable de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s’est jamais avérée être une menace"

Stanley McChrystal,
ex Commandant des forces armées U.S en Afganistan
(Propos rapportés par le New York Times, 27/3/2010).

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.