RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le show raté de Clint Eastwood

USA. Le show raté de Clint Eastwood chez les républicains

Le légendaire Clint Eastwood, 82 ans, « invité-surprise » de la convention républicaine à Tampa, en Floride, a livré jeudi soir une prestation souvent incohérente. Il s’est lancé dans un étrange discours contre le président Obama, représenté par une chaise vide installée à ses côtés.

L’acteur et réalisateur américain, héros de L’inspecteur Harry, a dénoncé comme une « honte nationale » les « 23 millions de chômeurs » aux États-Unis, estimant qu’il était « temps que quelqu’un d’autre arrive et règle le problème ».

Il s’adresse à un Barack Obama imaginaire

« Quand quelqu’un ne fait pas le boulot, il faut qu’il s’en aille », a-t-il insisté, s’adressant directement à un Barack Obama imaginaire, représenté par une chaise vide délibérément installée sur la scène de la convention.

Clint Eastwood semblait par moments complètement incohérent, mais il a fait rire l’auditoire à plusieurs reprises. Son intervention a aussi fait les délices de la twittosphère, jusqu’au président Obama qui, selon son compte officiel, a ironisé : « Ce siège est pris. »

Des propos incohérents

« Alors qu’est-ce que vous dites aux gens ? Est-ce que vous… Vous savez, les gens se demandent… Vous n’avez pas bien géré ça. Eh bien, je connais des gens dans votre propre parti qui ont été déçus que vous n’ayez pas fermé Gitmo (le camp de Guantanamo, ndlr). Et j’ai pensé, fermer Gitmo, pourquoi, on a dépensé tellement d’argent. Alors j’ai pensé que peut-être, comme excuse… comment ça « tais-toi » ? »

« Ouh là  ! », a tweeté pendant la prestation de Clint Eastwood la directrice adjointe de l’état-major de campagne d’Obama, Stephanie Cutter.

A un autre moment, s’adressant toujours à cet Obama fictif : « Vous êtes fou, complètement fou. Vous devenez pire que Biden », du nom du vice-président démocrate Joe Biden. « Bien sûr, nous savons qui est l’intellectuel du parti démocrate. Un sourire avec un corps derrière… »

Les Républicains parlent de « libre prestation »

Conscient des dégâts potentiels de cette étrange prestation, qui risquait d’éclipser celle de son candidat, l’entourage de Mitt Romney a rapidement réagi.

« Juger une icône américaine comme Clint Eastwood à travers le prisme politique ne marche pas. Sa libre prestation diffère des discours politiques et le public l’a appréciée », a déclaré un porte-parole de l’équipe de M. Romney tout en soulignant que Clint Eastwood avait « justement mis en exergue que 23 millions d’Américains sont sans emploi ».

Le vétéran hollywoodien parlait à l’heure de grande écoute à la télévision, juste avant le sénateur de Floride de Marco Rubio, chargé d’introduire le discours du candidat républicain à la Maison Blanche Mitt Romney.

Clint Eastwood, républicain dans l’âme

L’acteur-réalisateur aux quatre Oscars était arrivé dans l’après-midi au Tampa Bay Forum, où se tenait la convention, pour repérer les lieux.

Celui qui incarna aussi le célèbre Inspecteur Harry est un républicain dans l’âme, qui a apporté son soutien à Mitt Romney début août, après avoir soutenu John McCain en 2008. Son dernier film comme acteur et réalisateur, Trouble with the curve, sort sur les écrans nord-américains le 21 septembre.

L’identité de « l’invité mystère » de la convention avait fait l’objet de nombreuses spéculations depuis plusieurs jours.

Hollywood, traditionnellement plutôt favorable au camp démocrate, a brillé par son absence à Tampa, à l’exception de l’acteur Jon Voigt, 73 ans, passé côté républicain après une jeunesse des plus subversives et des films comme Macadam Cowboy (1969) et Délivrance (1972).

URL de cet article 17591
  

La Désobéissance éthique, par Élisabeth Weissman
Bernard GENSANE
Le livre d’Élisabeth Weissman fait partie de ces ouvrages dont on redoute de poursuivre la lecture : chaque page annonce une horreur, une bonne raison de désespérer, même si, de ci delà , l’auteur nous concède une ou deux flammèches d’espoir. Un livre de plus qui nous explique magistralement, avec rigueur et humanité, pourquoi et comment la classe dominante française met à mort l’État, les valeurs républicaines, la citoyenneté, la solidarité, la société au sens classique du terme. Préfacé par ce grand (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nous avons abattu un nombre incroyable de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s’est jamais avérée être une menace"

Stanley McChrystal,
ex Commandant des forces armées U.S en Afganistan
(Propos rapportés par le New York Times, 27/3/2010).

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.