RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

« Reporters sans vergogne » attaque maintenant la Bolivie (Rebelion)

« N’importe quoi, sauf la vérité. Il n’y a que ça qui ne se vend pas ». - Boris Vian

L’organisation autoproclamée Reporters Sans Frontières (RSF), qui dit défendre la presse dans le monde, attaque maintenant la Bolivie comme elle a coutume de le faire s’agissant des pays catalogués « adversaires » des États-Unis, en ourdissant une nouvelle agression envers cette nation des Andes, déjà la cible, tous ces temps derniers, de campagnes médiatiques incessantes et d’actions subversives.

« Reporters Sans Vergogne » ainsi qu’on appelle communément cette organisation (subventionnée par Washington et ses alliés européens) en raison de ses sempiternelles accusations sans fondement, met en cause la décision du gouvernement du président Evo Morales de porter plainte contre trois organes de presse boliviens accusés d’avoir déformé ses déclarations.

Depuis Paris, les représentants de RSF ont en outre injurié Evo Morales en déclarant que les médias de cette nation d’Amérique du Sud ont le droit de réfuter « l’aspect équivoque et maladroit » des déclarations du président élu.

Évidemment, ladite organisation, liée aux services secrets nord-américains et européens, s’arroge un droit qu’elle n’a pas, celui de s’immiscer dans les affaires intérieures d’un État souverain qui a parfaitement le droit de dénoncer un organe de presse lorsque celui-ci déforme ou manipule les informations, fait tout à fait courant dans l’actualité internationale.

Et ce sont bien de tels faits avérés qui sont reprochés aux médias boliviens suivants : Agencia de Noticias Fides (Agence de Presse Fides) et les quotidiens Página Siete et El Diario, tous connus pour leur ligne éditoriale ultraconservatrice et discriminatoire et qui ne perdent pas une occasion de diffamer Evo Morales et de travestir non seulement la réalité de la Bolivie, mais également celle qui prévaut dans d’autres pays d’Amérique Latine.

C’est pourquoi le Ministère de la Présidence de Bolivie a déposé plainte devant la justice contre Fides, Página Siete et El Diario en s’appuyant sur une loi qui sanctionne la diffusion et l’incitation au racisme ou à la discrimination.

Il convient de se demander pourquoi « Reporters Sans Vergogne » choisit comme cible de ses charges " et pourquoi précisément en ce moment " la Panchamama (la terre mère) victime, ces derniers temps, d’actions incessantes de déstabilisation visant à faire tomber le gouvernement d’Evo Morales.

La réponse n’est pas très difficile : La Bolivie est plongée dans un processus de changements et cherche à atteindre une plus grande indépendance et souveraineté tout comme plusieurs nations sud-américaines et, parmi elles, l’Équateur et le Venezuela, politique qui dérange énormément Washington et qui doit, par conséquent, être torpillée à partir de tous les flancs.

Pour cette tâche, non seulement la presse de droite bolivienne répond présent, mais aussi, comme il fallait s’y attendre, RSF, vieil outil des puissances occidentales pour attaquer des États qui ont l’audace de s’opposer aux gouvernements dits, jusqu’à aujourd’hui, tout-puissants.

Patricio Montesinos

http://www.rebelion.org/noticia.php?id=155252

Traduit par Manuel Colinas Balbona pour Le Grand Soir

URL de cet article 17590
  

Même Thème
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

[Jusqu’à présent] le savoir a toujours coulé vers le haut, vers les évêques et les rois, jamais vers les serfs et les esclaves.

Julian Assange

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.