RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Vénézuéla avance à grands pas : la misère recule.


Les cordons bleus de Gramoven


Caracas, mercredi 8 Juin 2005.

Tôt le matin, à Catia, les buhoneros installent leurs échoppes, les livreurs apportent poissons et quartiers de viande aux épiceries. L’odeur de friture des empanadas a déjà envahi les rues, signe que le petit déjeuner est prêt ; « a la orden » comme disent les vendeurs de rues. Ce quartier populaire de Caracas commence à entrer dans son ébullition quotidienne.

La camionnette qui nous emmène dans le secteur Gramoven, plus haut dans la colline, est remplie d’étudiants qui partent acheter leur carnet de bus au quart du prix normal au Nucleo de Desarollo Endogeno implanté dans le quartier.

Les résidents du secteur Gramoven ont nommé ainsi leur lieu de vie en raison de l’implantation de l’entreprise nationale : « Farine Gramoven ». Depuis le haut de la butte où celle-ci est située, on retrouve chaque jour sa production dans les assiettes vénézuéliennes.

Dans ce quartier populaire, la misère et la faim ont fait leur oeuvre, et certaines assiettes restaient, bien souvent, désespérément vides. La pauvreté a crû tout au long des années où les politiciens ne venaient ici que pour présenter une longue liste de promesses qu’ils oubliaient une fois élus.


La cantine des déshérités.

Aujourd’hui, les bénévoles de la « Maison d’Alimentation Populaire » utilisent aussi la farine Gramoven. Cette cantine des pauvres est située dans une des nombreuses rues du Barrio, au pied de l’entreprise. Dans un petit local, quatre joyeuses grands-mères s’affairent à la préparation du déjeuner.

Cette Maison d’Alimentation Populaire a vu le jour il y a huit mois. Fruit de la nécessité du quartier et de l’organisation de la communauté pour y remédier, elle offre deux repas par jour aux plus déshérités. Gladys, une des cuisinières, nous en explique sa genèse : « Avant on travaillait à notre compte, puis on a monté cette Casa de Alimentacion. Pourquoi ? Premièrement pour aider ceux qui en avaient le plus besoin et deuxièmement pour la Révolution, pour aider notre Président dans sa gestion du pays ».

Chaque jour, 160 personnes bénéficient, midi et soir, des talents de cordon bleu de Gladys et de ses trois compañeras.

«  Avant va savoir où ils mangeaient ! On voit ici des gens de la rue mais aussi des parents qui donnent tout ce qu’ils ont à leurs enfants et restent sans manger. Parfois, on voit aussi des enfants... » nous dit Augusta, coupant des oignons avec énergie.

Apres avoir ouvert cette cantine populaire, les quatre mamies ont parcouru le quartier à pied, rue par rue, maison par maison, pour informer ceux qui en avaient besoin de l’existence de ce système d’entraide. Petit a petit, de plus en plus de gens ont commencé à affluer.

Une odeur céleste emplit la petite cuisine. Comme je m’approche des marmites, par l’odeur alléché , Gladys m’informe du menu : « Aujourd’hui nous sommes en train de préparer du poulet, des pâtes et des bananes cuites...là on est en train de faire la sauce... »

La qualité des menus est l’objet de toutes les attentions. Les médecins cubains du Plan Barrio Adentro aident les cuisinières à élaborer des menus nutritionnels, copieux mais sains. Chaque repas est accompagné d’un verre de lait pour pallier les déficiences en calcium.


Lutte contre la faim.

Selon les chiffres de la Food and Agriculture Organisation of the United Nations (F.A.O), 17% de la population vénézuélienne souffraient de sous-alimentation fin 2002 . C’est pour endiguer cette endémie que ce type d’initiatives est née au Venezuela bolivarien. Cet exemple de la détermination des classes populaires à s’organiser pour résoudre les problèmes de leur communauté n’est pas isolé. Dans chaque quartier, dans chaque secteur, de semblables initiatives ont vu le jour. Plus de 600.000 vénézuéliens profitent de cette avancée sociale au travers de plus de 4000 maisons d’ alimentation.

Elles sont soutenues en ce sens par les institutions gouvernementales qui leur procurent gratuitement les aliments et fournissent les bonbonnes de gaz nécessaires à la cuisson. Les Mercal, supermarchés gouvernementaux dont les produits sont vendus à un prix abordable pour tous, et le Programme d’Alimentation (ProAl), collaborent à l’essor des Maisons d’Alimentation Populaire. Assise au fond de la cuisine, Juana me montre des caisses d’aliments : « le Mercal du quartier nous apporte le lait et la viande, et les caisses de légumes que tu vois la bas, c’est par ProAl que nous les recevons. »

Dans le Venezuela bolivarien, les institutions demeurent au service de l’organisation populaire. Et le véritable contrôle et la gestion des Missions ou des initiatives comme celle des cantines populaires sont assumés par la communauté.

Lorsque Luiz Ignacio da Silva, en septembre 2004, présenta aux Nations Unies son programme « Zéro Faim », Hugo Chavez, en adhérant à cette proposition, a fait part de l’expérience vénézuélienne : « Pour en finir avec la pauvreté et la faim dans le monde, il faut donner le pouvoir aux pauvres. ».

Nos quatre cuisinières sont, chaque jour, derrière leurs fourneaux, pour témoigner de la pertinence de cette affirmation.

Romain MIGUS



La Caverne de Romulo Baba


Samedi 18 juin 2005

Lorsque le soleil décide de se déchaîner et d’inonder le 23 de enero d’une chaleur étouffante, il n’y a d’autre alternative que d’arrêter de parcourir le quartier et de rentrer dans une des quelques tiendas pour s’y désaltérer.

Romulo est propriétaire de son épicerie, il l’a achetée avec son frère au mois de mai 2002. « A peine quelques mois après, nous a surpris le lock-out. »

De décembre 2002 a février 2003, le pays fut paralysé. La Confédération des Travailleurs du Venezuela alliée au patronat a déclenché un arrêt de travail illimité. Le but poursuivit n’était en rien une augmentation salariale ou une revendication pour améliorer la vie des travailleurs vénézuéliens. Ces élites ont retenté ce qu’elles avaient échoué en Avril 2002 : un coup d’État, économique celui-ci, pour en finir avec le gouvernement révolutionnaire.

Pendant 3 mois, l’industrie pétrolière fut sabotée et les exportations bloquées. De la même manière que le Chili d’Allende fut sévèrement touché par la grève des camionneurs, les préjudices éprouvés par le gouvernement bolivarien s’élevèrent vite en milliards de dollars. La cible stratégique de cette grève était le Peuple des barrios . Privé de tout, le Peuple va se retourner contre celui qui leur parle d’un paradis sur terre, sans rien, il va se retourner contre Chavez. Ainsi pensèrent-ils, méprisant le Peuple qui savait où était son intérêt.

«  Nous étions dans une situation très, très critique. Le lock-out nous a conduit quasiment à la faillite. Nous n’avions plus rien à vendre, absolument rien ! Seulement du café...nous avions ouvert notre commerce pour vendre uniquement du café !! Et le peuple était dans une situation de famine. »

La tentative de déstabilisation par lock-out fut un nouveau knock-out pour l’opposition ! Pour Romulo et son frère, la situation s’avérait difficile à surmonter.

«  Nous n’avions plus rien. Mais grâce à la loi sur les micro-credits, nous avons obtenu très rapidement un micro-credit qui nous a permis de repartir, puis un deuxième pour que nous continuions de croître. Aujourd’hui grâce à ces crédits nous employons des personnes... »

Les banques pratiquant le micro-credit prêtent de l’argent aux plus démunis qui n’offrent aucune garantie de remboursements et qui sont totalement rejetés par les conditions traditionnelles de prêts. Ce petit pécule d’investissement leur permet de développer leur propre micro-entreprise, acheter une vache,... Du Bengladesh au Venezuela, du Vietnam au Mali, certaines études montrent que le micro crédit concerne à 70% les femmes et le taux de recouvrement est de 98%. Cela en fait un instrument efficace de lutte contre la pauvreté.

Au Venezuela, la loi sur le micro-credit oblige toutes les banques à consacrer un certain pourcentage de leur prêt au micro-credit. De plus, plusieurs banques se consacrent particulièrement à cette activité . L’ introduction de cet instrument dans l’économie vénézuélienne par le gouvernement bolivarien a en tout cas permis à Romulo et sa famille de ne pas tomber dans la misère.

«  Face à la situation désastreuse pour le Peuple provoquée par le lock-out, le gouvernement se rendit compte qu’il fallait reprendre les cartes en main, ainsi naquit MERCAL, et je peux te dire qu aujourd hui je suis fier de participer à cette expérience »

Le réseau d’alimentation MERCAL fut créé pour ne plus uniquement dépendre de l’approvisionnement privé en produits de première nécessite. Mais comme nous le confirme Romulo, ce n’est pas seulement un réseau gouvernemental d’alimentation : « Nous sommes un MERCAL type 1, c’est à dire que nous vendons seulement certains produits, nous touchons énormément de gens, mais pour le reste il y a les MERCAL du gouvernement »

Les produits du réseau MERCAL proviennent pour partie des coopératives d’agriculteurs favorisées par la reforme agraire. Les MERCAL leur assurent donc un débouché commercial dans un secteur dominé par les grandes sociétés agro-alimentaires. La conséquence à la vente s’impose d’elle-même : « Il y a une différence de prix de 50 a 60% en moins par rapport aux marques traditionnelles, et la qualité est très bonne...Pour mon épicerie, ça m a fait augmenter des ventes, parce qu’avant il y avait des gens qui ne pouvaient venir chez moi...c était trop cher »

Comme bien souvent, c’est aux personnes du barrio que revient la promotion des mesures gouvernementales. La nouvelle de l’implantation d un MERCAL typo 1 dans l’épicerie de Romulo s’est propagée comme une traînée de poudre. Plus efficace qu’un sondage, ou qu’une analyse politique, l’adhésion à une mesure gouvernementale se mesure par la rapidité et la force avec laquelle le Peuple s’en empare.

Romulo et son frère sont un bon exemple de la vie quotidienne de commerçants bolivariens. Lock-out, Micro-credit, Mercal, entre l’Histoire contemporaine et les tentatives du gouvernement d’avancer sans oublier personnes, leur vie se colle a celles de leur barrio et du Venezuela bolivarien.

«  Sans être dans aucune organisation de base, nous avons le sentiment de participer à la politique de ce pays...Le 23 de enero change, les gens proposent des solutions et trouvent des interlocuteurs . C’est incroyable, et pour ça, j appuie tout à fait mon président, Hugo Chavez.....tu sais, il faut pas croire, il y a aussi des gens de la classe moyenne comme nous qui le soutiennent !! »

Romain MIGUS



Le poumon de l’ alternative économico-social


Samedi 18 juin 2005

Les Nucleos de Desarrollo Endogeno sont des complexes construits pour améliorer la qualité de vie des habitants du quartier. Un autre modèle de croissance économique se développe au coeur de ces entités, afin de diversifier l économie vénézuélienne essentiellement basée sur le pétrole. Mais ce sont surtout de véritable laboratoire d organisations populaires et de transformations sociales.


Bien avant l’ ouverture du Nucleo de Desarrollo Endogeno, situé à Gramoven, une longue file d’ attente se forme devant la porte. Mères de familles, ouvriers des coopératives, étudiants, sans-emploi,... attendent que les portes s’ ouvrent sur les nombreux projets sociaux que comptent cet espace.

Implanté sur les collines de Catia, barrio populaire de Caracas, le Nucleo de Desarollo Endogeno Fabricio Ojeda a une histoire récente.

Cet espace industriel était auparavant une propriété de PDVSA abandonnée depuis 12 ans. Fin 2003, le Président Chávez proposa de remplacer ces installations vacantes par un Nucleo de Desarollo Endogeno, fer de lance d’ une économie solidaire et d’ un développement durable.

La communauté s’ est organisée et l’aménagement du centre a été décide démocratiquement au cours d’ une assemblée. Plusieurs étapes de construction et de réalisations de projets ont été décrétées. Le 24 mai 2004, le premier coup de pioche a résonné dans la vallée de Caracas. La première étape du centre Fabricio Ojeda venait d’ être lancé.

La construction du centre fut le fruit d’ un partenariat entre les coopératives de construction du quartier et les ingénieurs de l’ armée vénézuélienne. « Notre coopérative a construit toutes les structures métalliques et 80% des terrains de sport. Nous l’ avons fait main dans la main avec les ingénieurs militaires. Cette oeuvre est le résultat de l’ union civico-militaire » nous explique Juan, membre d’ une des coopératives qui ont participé a l’ édification du Nucleo de Desarollo Endogeno.

La première étape de ce centre comprend une dizaine de projets que l’ on pourrait regroupé en 3 secteurs.


Le secteur de la santé.

Le Nucleo compte deux pharmacies populaires ou les clients bénéficient d’ une remise de 85% par rapport aux prix habituelles des médicaments, ce qui fait le bonheur de Carmen, venue de la colline voisine : « mon fils est malade, sans la pharmacie populaire je ne pourrais pas lui acheter ce dont il a besoin. » Ces deux pharmacies attirent chaque jour, à elles deux, 210 personnes.

L’ une de ces deux pharmacies est installée à l’ ombre d’ un large édifice. A l’ intérieur de ce dernier se trouve la clinique populaire. Elle accueille les patients souffrant d’ un mal trop grave pour être pris en charge par les médecins de Barrio Adentro.

La technologie de pointe du matériel utilise dans la clinique fait taire tous les mensonges médiatiques faisant de ce lieu une clinique de seconde zone.

Spécialisé en pédiatrie, gynécologie, traumatologie, rayon X, soins dentaires et disposant aussi d’ un laboratoire, la clinique populaire Fabricio Ojeda accueille 150 personnes par jours et emploient directement 92 habitants du quartier.

Considéré comme un élément de santé publique, et intégrant le Plan Barrio Adentro, le sport n a pas été oublié du complexe Fabricio Ojeda. Deux terrains multisports accueillent les jeunes et les moins jeunes désireux de préserver un mens sana in corpore sanum.


Le secteur des coopératives.

La première étape du développement du Nucleo Fabricio Ojeda compte trois coopératives. Les ouvriers de ces coopératives ont tous été formés dans leurs spécialités par la Mission gouvernementale Vuelvan Caras. Ce programme qui vise a donner une formation et une intégration professionnelle au sein d’ une coopérative aux chômeurs du pays a permit a 286.000 lanceros de se reclasses dans une des 6096 coopératives que compte le Venezuela.

La Coopérative Cipriano Castro, composé de 200 lanceros, est une coopérative agricole, implantée sur la colline adjacente. Sa production n’ est pour le moment pas destiné à la vente. Elle reste artisanale et contribue à la formation de nouveaux agriculteurs ou au loisir des personnes âgées.

En revanche, les coopératives Venezuela Avanza et NUENFAO ont quant à elle une vocation commerciale.

La première est une coopérative de confection de textile. Formée par 280 lanceros ou plutôt lanceras dans ce cas, elle fabrique chemise, uniformes scolaires , draps... Lors de notre visite, les travailleuses de la coopérative sont en assemblée générale. « Ce n est pas seulement une réunion ordinaire, me confie Wikelman, le président du NDE, la plupart de ces femmes n’ ont jamais eus accès a la gestion de leur entreprise, elles apprennent aussi a prendre la parole publique et a s’ autogérer. »

Les 139 employés de la coopérative NUENFAO produisent des chaussures. Chaussures scolaires ou rangers pour l’ armée, bottes pour les mineurs de l’ Orénoque, la coopérative fonctionne pour l’ instant avec les institutions gouvernementales qui lui assurent un débouché commercial. Mais la vente à des partenaires privées n’ est pas exclus par les responsables.

La chaîne de production de ces deux coopératives a été installée par PDVSA. [1] Comme nous l’ avoue Eleana, une des responsables du NUENFAO : « PDVSA a installé les machines mais ils n’ ont pas été très clair pour ce qui est de savoir s’ ils nous les vendent, quand vont-ils le faire et a quel prix. Enfin, l’ essentiel, c est qu’ on puisse travailler... »


Le secteur de la démocratie solidaire et participative.

Les étudiants qui formaient la majeure partie de la file d’ attente matinale attendait l’ ouverture du guichet leur permettant d’ obtenir des tickets de bus au quart du prix normal, rendant possible leur déplacement jusqu à l’ université.

De même, un Super Mercal est installé dans le Nucleo de Desarrollo Endógeno. Cette chaîne de distribution d’ alimentation gouvernementale a vu le jour au lendemain du lock-out patronal de 2003-2003 qui avait paralysé le pays et affamé la population des barrios. Ces lieux de vente sont le débouché commercial de beaucoup de coopérative agricole. Les prix a la vente s’ en ressentent et sont inférieurs à plus de 50% à ceux des marques des grandes transnationales agro-alimentaires. Chaque jour, plus de 600 personnes viennent faire leurs courses au Supermarché Mercal Fabricio Ojeda.

Non loin du Super Mercal, trône la Place Communautaire. Située au centre du complexe, elle est lieu de parole, d’ échanges démocratiques. Du haut des gradins construits autour, nous contemplons cette véritable agora ou sont discuté chaque décision avec l’ ensemble de la communauté. C’ est ici que tous les mercredis se tient l’ assemblée générale du NDE, ou chacun est invité à donne son avis, à faire part de ses projets. Fort souvent, elle est le lieu de manifestations culturelles ou sert de réunion au organisations locales.


Transfert du pouvoir.

Le développement endogène est un système économique alternatif dont le but est de diversifier l’ économie pétrolière du Venezuela. Il inclue une participation active de la communauté à la transformation structurelle du pays. C’ est de la communauté que partent les décisions en vue d’ améliorer la qualité de vie de tous, de préserver l’ environnement et de garantir le bien être social.

Aujourd’hui 40.000 familles profitent de l’ implantation du Nucleo de Desarollo Endogeno Fabricio Ojeda. Espace social mais aussi espace politique, il symbolise la prise en main par la communauté de son devenir.

«  C est un lieu de transfert du pouvoir » nous dit Wilkelman. Fort du soutien logistique que leurs apporte le gouvernement les familles du barrio s’ autonomisent au sein de nouvelle structure.

De ce fait, le cadre traditionnel du pouvoir s’ en trouve bousculé. Il s’ échappe des fenêtres des palais et des ministères pour se livrer au main du peuple vénézuélien, qui n’ entends pas s’ arrêter la. La seconde étape de développement du NDE Fabrizio Ojeda a été arrêtée. Elle comprendra une Ecole bolivarienne, une cantine populaire, une Maternelle Simoncito, une cafeteria et un auditorium. La communauté a tranché et a considéré que ces futures implantations étaient les plus nécessaires à leur lieu de vie commun.

Ce complexe est réalisé par le Peuple, pour le peuple et avec le peuple. La façon dont les personnes s’ emparent du lieu en témoigne. Face a cet homme, pris en flagrant délit en train de jeter un papier par terre, 3 femmes le sermonnent : « Mais qu’ est-ce que tu es en train de faire ? Si on ne fait pas attention à ce lieu nous même, personne ne le fera ! »

L’ homme se baisse, ramasse ses détritus : « excusez moi c’ était un reflex. ». Changer les habitudes, en finir avec certains conditionnements culturels nuisible à l’ entourage, le Nucleo de Desarollo Endogeno est décidément plus qu’ un seul complexe social.

Romain MIGUS



La haute technologie médicale mise au service du Peuple


Samedi 18 juin 2005

Fuerte Tiuna peut paraître un village, inscrit dans la métropole de Caracas. Au coeur de cet espace vert est implantée la plus grande caserne du Venezuela.

Haras, Ecole Militaire, baraquements, Hôpital, terrain de sport, auditorium, monuments historiques et le Ministère de la Défense forment ce grand ensemble, voisin du barrio El Valle.

En avril 2002, lors de l’éphémère coup d’État, Hugo Chávez y fut emprisonné avant d’être envoyé sur l’île de La Orchila. Ce fut devant ce lieu que ce concentrèrent plus d’un million de Vénézuéliens, le 13 avril, pour rappeler aux militaires, avec le succès que l’on sait, leurs devoirs constitutionnels.

Il y a encore quelques années, pénétrer dans cet espace militaire pour un civil n’était pas chose aisée. Aujourd’hui, au nom de l’union civico-militaire, Fuerte Tiuna s’est ouvert à tous et chacun peut désormais profiter du Centre de Diagnostique Intégral installé en ce lieu.

Les Centres de Diagnostiques Intégral (CDI), forment avec les Salles de Réhabilitation Intégrales (SRI) et les cliniques populaires la deuxième partie de la mission Barrio Adentro.

Lors de son allocution télévisée du dimanche 12 avril, le Président Hugo Chávez a donné le coup d’envoi officiel de la mission Barrio Adentro II et annoncé l’ouverture dans le pays de 30 CDI et 30 SRI, premier pas vers l’objectif d’implanter 1200 de ces centres médicaux de haute technologie avant la fin de l’année.


Les moyens de Barrio Adentro II.

Le but des CDI est de décongestionner les hôpitaux traditionnels pour offrir un meilleur cadre de soins aux patients. Dotés d’un service d’urgences, ils fonctionnent 24h/24 et 7j/7.

Le CDI de Fuerte Tiuna a pu bénéficier d’une structure préexistante au sein de l’espace militaire. Après des semaines de travaux, il comprend, comme tous les CDI du pays, un laboratoire, un centre de thérapie intensive, un espace chirurgical, d’ophtalmologie, une salle de soins dentaires, une autre d électrocardiogramme pour traiter les problèmes de coeur, empêcher les infarctus. Rayon X et ultrasons font aussi partie de l’arsenal technologique mis au service du Peuple vénézuélien.

Comme nous le résume Leonor Franco, coordinatrice de la Mission, « Barrio Adentro II doit profiter à l’ensemble des Vénézuéliens. Jusqu’à maintenant ce genre de matériel ne se trouvait que dans les cliniques privées, le peu qui se trouvait dans le secteur public était en voie de privatisation. »

Pour le moment ce sont 15 médecins Cubains qui s’occupent du fonctionnement du CDI de Fuerte Tiuna, mais de nombreux médecins Vénézuéliens se sont portés volontaires pour travailler dans de tels cadres médicaux, y et ce malgré une condition impérative au travail : vivre à côté du centre médical. Le ministère de la santé prépare actuellement leur introduction dans ce système.

L’implantation géographique des CDI cherche à ce que le plus grand nombre de communautés en bénéficient à travers le pays, et ce avec la plus grande efficacité. En sortant de ce centre de santé, Lina nous explique la situation antérieure : « Avant je devais aller loin de chez moi pour ce genre de soins. Il y avait de longues files d’attente, tu devais prendre un ticket et attendre ton tour, y compris en cas d’urgence. Ici c’est plus facile, plus rapide et en plus tu bénéficies d’une attention spéciale. »

Les SRI s’occupent quant à eux des soins qui réclament une attention spécifique et s’inscrivent dans la durée. Traumatismes ou problèmes moteurs, gynécologie, podologie,... sont traités dans ces centres qui proposent à coté de leurs moyens technologiques de pointe, des méthodes liées aux médecines naturelles et traditionnelles. Le laser côtoie l’acupuncture, les ultrasons voisinent avec l’hydrothérapie et l’ostéopathie. La science et le savoir traditionnel et artisanal se réconcilient au sein de cet espace pour apporter le maximum de solutions aux maux des patients.


Développer et coordonner un service public de santé de qualité.

Nés de la coopération entre le Venezuela et Cuba au sein de l’Alternative Bolivarienne pour les Amériques (ALBA), les CDI, SRI et les cliniques populaires offrent à tous les Vénézuéliens sans distinction de classe ou de couleur politique des centres médicaux publiques et gratuits de qualité. Forts de l’expérience cubaine en matière de santé, les complexes de la Mission Barrio Adentro II disposent d’un matériel technologique de pointe

La Mission Barrio Adentro I a permis l’implantation dans les quartiers populaires de 8500 modules de santé délivrant une médecine préventive et généraliste. Aujourd’hui, les centres de Barrio Adentro II collaborent au transfert des cas que le médecin du module n’a pas les capacités techniques de traiter. Mais plus que cette collaboration, ce sont toutes les personnes munies d’une ordonnance d’un organisme publique qui peuvent bénéficier gratuitement de cet accès au centre de haute technologie. La classe moyenne n’est donc pas oubliée dans l’effort social du gouvernement de tous les Vénézuéliens.

Le ministère de la santé, l’Institut Vénézuélien de Sécurité Sociale (IVSS), l’Institut de Prévision du Ministère de l’Education (IPASME), la Mission Cubaine et le Ministère de l’Habitat (pour la construction de nouvelles structures) ont rendu possible ce salto adelante.

Selon les prévisions du Ministère de la Santé, 23.760.000 cas devraient être traités dans les CDI et SRI au cours de l’année 2005.

Le gouvernement bolivarien entend consacrer 7% de son P.I.B aux dépenses de santé dans les années qui viennent, la reconstruction du système public ne fait que commencer.

Romain MIGUS.

- Source : Cercle Bolivarien de Paris
http://cbparis.free.fr




- Lire aussi :

Vénézuéla : Le festin du savoir, par Romain Migus.

Venezuela : La citoyenneté retrouvée, par Romain Migus.

Vénézuéla : Une révolution baillonnée, par Ernesto Cardenal.



[1Société nationale pétrolière vénézuélienne. Lire aussi Chavez et la pétro-diplomatie bolivarienne, par Pascale Bonnefoy. Ndlr.


URL de cet article 2431
  

Même Thème
Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le fait de se définir Blanc ne s’est pas construit à travers des séances d’œnologie ou de dégustations de glaces entre amis, mais sur le saccage de la vie, de la liberté, du travail et des terres ; sur la lacération des dos ; l’enchaînement des membres ; l’étranglement des dissidents ; la destruction des familles ; le viol des mères ; la vente des enfants ; et tant d’autres actions destinées avant tout à nous refuser à toi et moi le droit de protéger et de disposer de nos propres corps. »

Ta-Nehisi Coates

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.