RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

Législatives : la victoire du PS et la défaite de la gauche

Le premier tour est donc terminé. Les commentateurs reconnaissent assez largement une victoire de la gauche qui s’approche de la majorité absolue à l’Assemblée Nationale, tandis qu’ils soulignent, faussement étonnés, la percée du FN qui se maintient dans des triangulaires tout de même assez nombreuses : 32 en tout.

Les projections en sièges à l’Assemblée estiment donc de 310 à 356 sièges pour la «  gauche parlementaire », tandis que la «  droite parlementaire en obtiendrait 224 à 261. Avec le Modem de 0 à 3 et le FN de 0 à 2 ; la majorité absolue se trouvant être à 289 sièges.

Regardons maintenant la composition précédente : 359 pour la droite, 26 pour le Modem, et 170 pour la gauche.

Si l’on considère les élections sous l’angle des projections actuelles (et donc non définitives), il est évident de parler d’une victoire de la gauche, encore que l’écart pourrait se resserrer lors du second tour, mais nous n’en sommes pas encore là .

Car pour le moment on peut aussi -et surtout- parler d’une continuité dans le fonctionnement des institutions qui imposent le bipartisme, et qui -depuis la mise en place du quinquennat- accorde presque automatiquement à la majorité présidentielle fraichement élue une autre majorité, à l’Assemblée Nationale. En soulignant la quasi-disparition du modem, l’effondrement du Front de Gauche et la montée du FN.

Mais doit-on s’arrêter là  ?

32 triangulaires avec le FN, cela pose question à droite comme à gauche d’un point de vue stratégique d’une part, et d’une autre part d’un point de vue idéologique. Et il apparaît qu’avec l’installation dans le champ politique du FN et le rejet des idées du PS le «  front républicain » cher au bipartisme classique vole en éclat, au profit d’une droitisation que certains membres de l’UMP ne nient désormais plus. C’est qu’en s’alliant avec le FN, la droite serait presque en mesure de faire vaciller l’équilibre de l’Assemblée Nationale de son côté.

Car cette hypothèse, qui n’a certainement pas pu échapper aux analyses des différents partis, implique pour chaque camp de ne pas se tromper d’ennemi : le PS engage à conserver le front républicain (même en laissant l’UMP gagner les triangulaires ils conserveront la majorité), le FN maintient tous ses candidats (ce qui met l’UMP au pied du mur quant à son positionnement), et l’UMP se trouve bien embarrassé avec d’un côté une large victoire du PS en cas de refus d’une alliance avec le FN, et d’un autre une alliance gênante qui la contraindrait à faire une place non négligeable au FN à l’Assemblée.

Résultats : pour l’UMP, dans tous les cas une scission entre ceux qui souhaitent l’alliance et ceux qui la refusent (les uns accuseront les autres de l’avoir -ou de ne pas l’avoir- acceptée). Ensuite, et quoi qu’on en dise ou en pense un scandale démocratique si le FN n’obtient pas de siège à l’Assemblée Nationale ; un Front de Gauche qui aura tout perdu dans cette bataille. Un centre moribond, et un mouvement écologiste désintégré…

Il semble pourtant que l’UMP n’ait pas souhaité franchir d’un seul coup et la fin du Front Républicain et l’alliance officielle avec le Front National (voir ici) en laissant pour ainsi dire l’option d’un désistement en faveur du FN à la discrétion des candidats eux-mêmes. Mais il est désormais évident qu’avec les législatives on assiste à un éclaircissement progressif du champ des possibles politiques, avec une droitisation de plus en plus assumée de la «  droite parlementaire », et la mainmise du PS sur le pouvoir exécutif et législatif sans l’aide du Front de Gauche ni des écologistes… Quand on pense que l’Assemblée Nationale est censée représenter le peuple…

Au final, cette «  victoire » de la gauche n’est sans doute pas celle à laquelle s’attendaient bon nombre de citoyens, et il apparaîtra sans doute bientôt qu’en l’absence d’une opposition véritablement à gauche le curseur idéologique du PS penche lui aussi sur sa droite (ils feront eux-aussi payer le peuple). J’espère maintenant que la soumission des Français au sort qu’on leur prépare n’augure pas de celle des Grecs qui constituent aujourd’hui le dernier rempart à la généralisation de l’austérité et à la mainmise des marchés sur l’Europe. S’ils acceptent eux-aussi, alors l’Europe prendra peut-être bientôt le visage d’un autre empire bien connu, qui s’appelait «  Oceania »…

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

URL de cet article 16955
  

Même Thème
Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Aucune femme en burka (ou en hijab ou en burkini) ne m’a jamais fait le moindre mal. Mais j’ai été viré (sans explications) par un homme en costume. Un homme en costume m’a vendu abusivement des investissements et une assurance retraite, me faisant perdre des milliers d’euros. Un homme en costume nous a précipités dans une guerre désastreuse et illégale. Des hommes en costume dirigent les banques et ont fait sombrer l’économie mondiale. D’autres hommes en costume en ont profité pour augmenter la misère de millions de personnes par des politiques d’austérité. Si on commence à dire aux gens la façon dont ils doivent s’habiller, alors peut être qu’on devrait commencer par interdire les costumes."

Henry Stewart, Londres

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.