RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les caractéristiques économiques de la question palestinienne

Introduction

Les événements du 7 octobre et ceux qui se sont déroulés dans les semaines qui ont suivi ont sans aucun doute été caractérisés par un niveau de violence sans précédent. Bien que l’attaque palestinienne ait certainement été mise en exergue et instrumentalisée avec brutalité, avec des rapports qui sont largement non vérifiés à l’heure actuelle (nous parlons de viols, de décapitations d’enfants israéliens, etc.) [1], il est certain que beaucoup de sang a été versé par le Hamas, les autres groupes qui ont organisé l’attaque et l’armée israélienne elle-même [2], qui est intervenue [3].

Dans les semaines qui ont suivi, les représailles contre Gaza et la Cisjordanie ont été extrêmement violentes, faisant un nombre de victimes qui, au 27.11.2023, s’établit comme suit selon l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme : 61 % des victimes ne sont pas des hommes adultes. 8 176 sont des enfants et 4 112 des femmes. En outre, sur les 20 000 morts confirmés, 92 % sont des civils et plus de 80 % de la population de Gaza (environ 1,7 million d’habitants) ont été déplacés de leurs maisons et vivent dans des endroits peu sûrs avec d’énormes difficultés, en premier lieu pour trouver de la nourriture. En d’autres termes, au cours des 50 premiers jours de l’agression israélienne, 167 enfants et 377 civils en moyenne ont été tués chaque jour. Imaginez que dans une situation quelque peu similaire, celle du conflit russo-ukrainien, moins de 10 000 civils ont été tués en moins de deux ans de guerre.

En bref, l’énorme agression a affecté intimement ceux qui ont essayé de connaître les faits en ne s’abandonnant pas aveuglément à la propagande des médias occidentaux qui, alignés de manière monolithique sur la volonté des gouvernements, tous ou presque pro-israéliens, ont tenté de cacher une vérité qui est devenue progressivement énorme et qui a commencé à effriter le mur de silence granitique érigé par les bourgeoisies occidentales. Les réactions de rue océaniques, parfois inattendues, observées dans le monde entier - même dans des endroits inhabituels comme Washington et Londres - ont interprété ce besoin émotionnel de mettre un terme à un massacre qui aura un écho totalement imprévisible à l’heure actuelle.

Toutefois, comme dans tous les autres cas de conflit, nous avons reçu pour instruction de suivre le principe de "follow the money", c’est-à-dire d’identifier ses racines économiques, afin de comprendre pleinement quels pourraient être les objectifs matériels du conflit, souvent cachés par de prétendus nationalismes (souvent créés ad hoc) et des casus belli présumés ou fortement induits justifiant des interventions militaires qui durent parfois de nombreuses années.

Plus précisément, le conflit israélo-palestinien a une origine très ancienne, même si nous nous référerons - également pour des raisons d’espace - à ce qui s’est passé après la Seconde Guerre mondiale. En effet, il nous semble tout à fait déformant et erroné de raconter l’histoire comme si elle avait commencé le 7 octobre 2023, en oubliant l’énormité des faits qui ont été façonnés au cours des 75 dernières années au moins.

Cet essai tentera d’étudier les caractéristiques économiques de la guerre, tout d’abord en examinant la question de l’expropriation illicite des ressources naturelles (eau, gaz et pétrole surtout) par Israël (tant à Gaza qu’en Cisjordanie), en montrant brièvement ses impacts asymétriques sur les deux économies : Il tentera ensuite de fournir une clé pour comprendre comment le conflit peut s’inscrire dans la phase actuelle de l’impérialisme, en saisissant la montée des contradictions inter-impérialistes dans une perspective de conflit monétaire qui oppose désormais de manière flagrante les capitaux liés au dollar aux monnaies asiatiques.

Le vol des ressources naturelles

Il s’agit certainement d’une question qui n’est pas suffisamment connue et discutée dans quelques forums internationaux, mais l’agression israélienne contre le peuple palestinien - qui dure continuellement, avec des hauts et des bas, au moins depuis 1967 - est également basée sur l’accaparement et l’exploitation des ressources naturelles présentes à la fois près de la bande de Gaza et à l’intérieur de la Cisjordanie (Rive Gauche). Selon certains analystes, en fait, la question des gisements de gaz et de pétrole ainsi que des ressources en eau réparties sur le reste du territoire palestinien et, surtout, dans les territoires occupés pourrait représenter l’une des principales raisons de l’agression militaire et politique constante et continue qui, outre les guerres, les politiques de ségrégation violente, voit dans la prolifération des colonies un élément très important (les derniers recensements estiment à environ 800 000 le nombre de colons en Cisjordanie) [4].

Les études produites dans le passé qui tentaient de trouver un moyen de rendre les relations inévitables entre les États israélien et palestinien compatibles et, d’une certaine manière, économiquement viables, ont dû se rendre à la dure réalité qui montrait sans équivoque qu’Israël - qui avait déjà un PIB 10 fois supérieur à celui de la Palestine en 1967 - a délibérément agi pour empêcher les populations des territoires palestiniens de se développer, à tel point que la CNUCED (2019) affirme que l’occupation et les politiques militaires en général ont gravement érodé les possibilités économiques et sociales de la Palestine. Sans elles, elle aurait eu au moins deux fois le PIB qu’elle avait avant la énième attaque militaire qui a suivi les événements du 7 octobre 2023 (bien sûr, après les dévastations constatées, l’écart s’est considérablement creusé).

Aussi intuitif que cela puisse être, il semble donc important de rappeler que les politiques d’occupation et d’agression militaire continue à tous les niveaux ont profité à la richesse du peuple israélien - richesse "dégoulinante" jusque dans la classe moyenne - tout en faisant s’effondrer celle du peuple palestinien. Dans ce type de raisonnement, un rôle crucial peut être trouvé dans le vol et l’exploitation des ressources naturelles situées entre la Cisjordanie et Gaza, ce qui est tout à fait parlant si l’on considère que de 1993 à 2020, Israël s’est approprié 60 % de la zone de la Cisjordanie et 40 % de la bande de Gaza (CNUCED, ibid.). Dans ces territoires, usurpés en violation d’un grand nombre de résolutions de l’ONU, se trouvent des ressources naturelles d’une importance stratégique tant au niveau local qu’international.

En ce qui concerne l’eau, les dernières estimations internationales - relatives à 2004 - parlent d’une appropriation par Israël d’un peu moins de 90% des ressources présentes dans le sous-sol de la Cisjordanie ; avec ce véritable vol, environ un quart des demandes en eau d’Israël (pour l’agriculture et la consommation privée) sont satisfaites, tandis que les Palestiniens sont contraints d’importer précisément d’Israël plus de 50% de leur propre eau [5]. La conséquence la plus évidente est que, par cette confiscation illégale, sa répartition est profondément inégale : un citoyen israélien peut compter sur six fois plus d’eau utilisable chaque année qu’un habitant palestinien (A. Kubursi et F. Naqib, 2008) et seulement 35% des terres fertiles reçoivent de l’eau régulièrement et sont donc susceptibles d’être utilisées pour la production alimentaire ou le pâturage (Banque Mondiale, 2009). Il est clair que, de ce point de vue, l’occupation israélienne de la zone C de la Cisjordanie joue un rôle crucial : représentant près de 60 % de toute la zone (2/3 des pâturages), elle a gravement compromis les occupations traditionnelles de la population locale, qui ont été pendant des années l’agriculture et l’élevage. En effet, si l’on considère que depuis la date de son occupation (1967), environ 2,5 millions d’arbres productifs (non seulement des arbres fruitiers, mais aussi des oliviers) ont été détruits et que le préjudice estimé pour l’économie palestinienne est de l’ordre de 35 % du PIB total, auquel il faut ajouter 1 milliard de dollars de manque à gagner lié à la taxation des activités économiques qui en auraient résulté, il n’en demeure pas moins que la Cisjordanie est une zone de grande importance pour l’économie palestinienne.

Mais si la question de l’eau semble être le résultat d’un différend clairement déséquilibré, injuste et à bien des égards illégal, mais en tout cas limité aux populations vivant sur le territoire palestinien, les ressources pétrolières et gazières stimulent nécessairement les convoitises, non seulement d’Israël, mais aussi des pays voisins et des consommateurs avides de ressources énergétiques situées ailleurs dans le monde (l’Europe surtout). On a beaucoup parlé de l’énorme quantité de gaz et de pétrole en Cisjordanie et dans les eaux devant Gaza (la dernière estimation, 2019, s’élève à un peu moins de l’équivalent de 600 milliards de dollars), mais on a moins parlé de l’embargo décidé unilatéralement en 2007 par Israël contre les habitants de Gaza et les Palestiniens qui n’ont pas accès aux ressources naturelles et aux revenus qu’elles génèrent. Par ailleurs, de nombreux chercheurs sont convaincus qu’il existe des réserves souterraines tout aussi importantes - et encore inexploitées - dans les territoires palestiniens occupés. De plus, selon une estimation de 2010 (Unités States Geology Survey, 2010), le bassin du Levant semble posséder l’un des gisements potentiellement les plus importants au monde, avec une capacité de 1,7 milliard de barils de pétrole et de 122 billions de pieds cubes de gaz extractible.

L’histoire de l’exploitation des gisements offshore devant Gaza est manifestement liée aux invasions périodiques de la bande par l’armée israélienne (CNUCED, 2019). Les accords d’Oslo II de 1995 ont accordé à l’ANP la juridiction maritime sur les eaux jusqu’à 20 miles nautiques de la côte, et c’est précisément pour cette raison que l’ANP a conclu un contrat d’extraction avec le British Gas Group (BGG) pour les 25 prochaines années, à partir de 1999. Au tout début de cette année-là, BGG avait découvert un grand champ de gaz naturel (Gaza Marine) qui se trouvait à une distance compatible avec les accords de juridiction palestinienne signés quelques années auparavant. Les activités de forage ultérieures ont donné d’excellents résultats, au point d’estimer le débit à 1 milliard de pieds cubes de gaz naturel de bonne qualité qui dépasserait les besoins palestiniens et offrirait également une bonne marge pour les exportations. La construction d’un gazoduc qui acheminerait le gaz extrait jusqu’aux côtes de Gaza a donc fait l’objet d’un plan d’investissement convenu entre la BGG et l’ANP. Les années suivantes, au moins jusqu’à la première partie de 2007, ont été caractérisées par un partage substantiel des objectifs entre les gouvernements israélien et palestinien dans la gestion de Gaza Marine I et II, avec des résultats qui semblaient satisfaire les deux parties ainsi que le droit international. Le grand changement, cependant, s’est produit l’année suivante, culminant avec l’opération de décembre 2008 (appelée Plomb Fondu) qui, sous le prétexte de vouloir éradiquer le terrorisme islamique, a conduit - en plus des milliers de morts, de blessés et de la dévastation - à refuser aux Palestiniens l’accès à leurs propres ressources gazières offshore, sous prétexte que les recettes finançaient des groupes terroristes, configurant ainsi une confiscation qui était clairement en contradiction avec les accords signés et le droit international. Techniquement, l’immense gisement de gaz a donc été intégré dans les installations offshore et les corridors énergétiques très proches d’Israël, qui pourraient éventuellement être reliés au corridor turc, bien que les relations politiques ne semblent pas présager un débouché de ce point de vue pour l’instant. Mais, comme chacun sait, les dirigeants de nombreux pays - qui sont l’expression de la classe dirigeante - sont facilement enclins à changer d’avis face aux gains somptueux des bourgeoisies locales et internationales.

Dans les territoires occupés de Cisjordanie, il existe également des gisements de pétrole et de gaz qui sont entièrement gérés et exploités par les autorités israéliennes. Il s’agit d’une vaste zone (Meged, découverte dans les années 1980) avec un potentiel d’environ 1,5 milliard de barils de pétrole, ainsi que de gaz naturel, dont la production a commencé au cours des premières années de ce siècle.

Comme cela a été amplement démontré, la confiscation et l’expropriation des ressources naturelles vont de pair avec la politique agressive et, selon certains, génocidaire de l’État d’Israël à l’égard des territoires palestiniens. Bien qu’elle ne puisse et ne doive pas être considérée comme la seule cause de la violence à laquelle nous sommes contraints d’assister depuis des décennies, le poids de cette convoitise est certainement réel et tangible. Surtout si l’on considère qu’en plus de sa dépendance à l’eau - évoquée plus haut - l’État d’Israël ne couvre ses besoins énergétiques domestiques avec ses propres ressources qu’à hauteur de 13,4 % du total (chiffre de 2012) [6]. En d’autres termes, Israël est structurellement dépendant des ressources d’autrui et, étant donné que les relations diplomatiques avec ses voisins immédiats ne sont pas exactement "idylliques", les solutions recherchées ont été multiples, outre la "principale", à savoir l’invasion continue et l’expropriation illicite des ressources du peuple palestinien. Depuis 1999, avec la collaboration d’une série de sociétés énergétiques d’origine étasunienne, les gouvernements israéliens ont encouragé à coups de milliards la recherche de gisements à l’intérieur (et à l’extérieur) de leur territoire, ce qui a conduit à d’importantes découvertes mais, à l’heure actuelle, la dépendance à l’égard des ressources offshore de Gaza et de la Cisjordanie semble être telle qu’ils ne peuvent prévoir un retour de ces litiges dans l’enceinte du droit international, du moins dans l’immédiat.

La crise économique mondiale et l’affrontement des monnaies

Autant la question énergétique a toujours été au moins en arrière-plan des opérations militaires israéliennes au cours des 25 dernières années, autant celle de l’après 7 octobre 2023 s’annonce substantiellement différente des précédentes. Elle se déroule dans une phase de l’impérialisme où les possibilités de croissance du capital lié au dollar et à l’euro sont au plus bas. Au moins depuis le début de ce siècle, l’accumulation mondiale de capital est devenue de plus en plus dépendante des performances de l’économie chinoise et de l’économie asiatique en général. En raison d’une longue crise de surproduction qui remonte au moins aux années 1970, les pays capitalistes avancés enregistrent en fait une détérioration de leurs taux de croissance, ce qui préfigure une situation de stagnation substantielle alternant avec des récessions de plus en plus fréquentes. En particulier, le capital hégémonique, au moins depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, lié au dollar, a enregistré d’énormes revers de plus en plus rapprochés dans le temps (celui de 2008, qui a coïncidé avec la faillite pilotée de Lehman Brothers, a probablement été le plus important à bien des égards), dessinant les contours d’une crise qui tend à être inexorable. Les tentatives de la résoudre par des attaques spéculatives (sur l’euro, par exemple) ou par la guerre (Afghanistan, Irak II, Libye) n’ont pas eu les effets escomptés et n’ont réussi qu’à générer un peu d’oxygène provenant en grande partie du jeu boursier non régulé qui a encore gonflé les bulles spéculatives déjà énormes qui dansent mortellement au dessus de nos têtes depuis des dizaines d’années.

La guerre russo-ukrainienne, qui a débuté en 2014 et qui, en 2022, a vu l’une des deux forces en présence - la Russie - pénétrer militairement à l’intérieur des frontières de l’autre, contrôlant, à la fin de 2023, environ un cinquième de son territoire, a représenté un saut quantique par rapport aux conflits précédents. Pour la première fois, la contraposition n’a pas eu lieu sur des territoires "tiers" (Irak, Libye, Afghanistan), mais s’est déroulée sur un site interne très proche des frontières de l’OTAN (l’Ukraine), en Europe, et donc à proximité de certains des centres de l’impérialisme. De plus, elle a opposé une puissance nucléaire, la Russie, à un pays qui n’était "non-aligné" qu’en apparence mais qui, en réalité, dès 2008, puis avec véhémence depuis 2014, avait déjà demandé à renoncer à ce statut, en optant pour l’adhésion à l’OTAN, ce qui était souhaité par les dirigeants de l’OTAN comme un élément important de son expansion à l’Est et fortement contesté par la Russie, qui aurait voulu maintenir un tampon entre son territoire et celui de l’OTAN. Ce n’est pas un hasard si, quelques mois seulement avant l’invasion militaire russe, c’est-à-dire en juin 2021, lors d’un sommet tenu à Bruxelles, les hauts responsables de l’organisation avaient publiquement déclaré que l’adhésion de l’Ukraine serait une priorité de la stratégie MAP (plan d’action et d’adhésion) de l’alliance.

Quoi qu’il en soit, comme nous l’avons déjà dit, malgré 20 mois de guerre qui ont vu matériellement l’intervention de l’OTAN et des pays adhérents (par le biais d’énormes financements, de la fourniture d’armes dont on ne sait pas où elles ont abouti), à la fin de l’année 2023, la situation semble être au point mort. Même le président russe, lors du G20 de fin novembre, a reconnu l’opportunité de "réfléchir à la manière de mettre fin à cette tragédie" qui, pour l’instant, a vu la victoire de l’armée russe, qui contrôle encore une part importante du territoire de la nation hostile, malgré l’hémorragie des caisses des pays européens qui ont docilement suivi les instructions de Washington DC pour soutenir Zelensky, en payant une facture très élevée - surtout dans le cas des classes subalternes - en termes d’inflation et d’endettement.

La question palestinienne semble être une pièce supplémentaire dans le cadre d’une guerre globale, résultat de l’augmentation inexorable des contradictions inter-impérialistes, typiques du mode de production du capital dans sa phase de crise prolongée, dont il n’a pas pu sortir depuis longtemps. Nous assistons, de manière moins évidente et moins claire - compte tenu de la complexité des relations commerciales et diplomatiques - mais tout aussi importante, à l’affrontement entre les blocs liés au dollar et les monnaies asiatiques. Le soutien prévisible des États-Unis à Israël a également été imité par l’UE de manière pratiquement non critique - malgré les déclarations importantes du secrétaire général des Nations unies, qui a carrément décrit Gaza comme un "cimetière d’enfants" ; d’autre part, le soutien immédiat de l’Iran et de nombreux pays arabes à la cause palestinienne a été rejoint par celui de la Chine et de nombreux pays du groupe BRICS+. De ce point de vue, l’attitude ambiguë de la Russie s’explique par les liens commerciaux et politiques qu’Israël a tissés ces dernières années (rappelons qu’Israël ne respecte pas les sanctions imposées par l’Europe et les États-Unis à la Russie après l’invasion de l’Ukraine).

Dans un article récent (Schettino, 2023[7]) concernant précisément le conflit russo-ukrainien, nous soulignions précisément comment celui-ci devait être lu comme la première étape d’un conflit monétaire plus large et plus complexe qui trouvait sa raison d’être dans le déclin décennal des capitaux liés au dollar (et à son vassal l’euro) et dans la montée en puissance violente des économies asiatiques. En effet, en utilisant les données du WDI, nous avons montré comment le poids relatif des principales économies de l’Organisation de coopération de Shanghai (Chine, Inde, Russie, Iran et Pakistan) avait dépassé celui des États-Unis d’ici au moins 2021, comblant ainsi un fossé qui aurait pu sembler infranchissable au milieu des années 1990. Mais les tendances concernent également le marché des devises. En fait, la situation s’est lentement adaptée à ce "rattrapage", principalement en ce qui concerne la détention à des fins de réserve internationale, une fonction préparatoire à l’utilisation dans l’échange de biens et de capitaux.

Le dollar reste la principale monnaie de réserve internationale, bien qu’il soit en baisse de 10 % depuis plus de deux décennies. Le Yuan, quant à lui, malgré son poids spécifique important, ne fait pas encore l’objet d’une attention proportionnelle, représentant moins de 3 % des réserves mondiales (l’Euro se maintient fermement autour de 20 % même si la crise de 2012 a fortement limité son potentiel). Si l’on regarde les données sur les paiements internationaux via SWIFT, une image très similaire se dessine, puisque 40 % des échanges à la fin de 2022 se faisaient en dollars et un peu plus d’un tiers en euros. Même en ce qui concerne les obligations, celles émises en yuans restent en deçà de la barre des 3 % au niveau mondial. Par ailleurs, si l’on considère que la Chine est devenue le premier partenaire commercial de 61 pays, alors que les Etats-Unis s’arrêtent à 30, il semble clair que cette disproportion devra naturellement se résorber, ce qui conduira inévitablement à une diminution du rôle du dollar et à une augmentation de l’importance des monnaies des pays de l’Organisation de coopération de Shanghai. Certes, les formidables investissements liés à ce que l’on appelle la "nouvelle route de la soie" (BRI - Belt and Road Initiative) serviront de vecteur à une internationalisation du yuan qui, toutefois, n’a pas encore l’ambition d’ébranler le frère ennemi de l’Amérique, mais qui prêtera certainement main forte à ce processus de dédollarisation que certains analystes considèrent comme acquis, mais qui suscitera certainement d’énormes réactions militaires, avant même d’être économiques, de la part des gouvernements des États-Unis. Nous ne pensons pas que ce soit une coïncidence si le premier pays à avoir officiellement lancé une stratégie explicite de dédollarisation a été la Russie, en 2018, à la suite des sanctions pour l’occupation de la Crimée, en vendant des titres libellés en dollars, en remplaçant ses réserves internationales par des euros et en partie par des yuans, et en exigeant le paiement en euros pour le gaz et d’autres produits de base vendus aux Européens. Et cela, les États-Unis ne l’ont jamais pardonné. Il faut ajouter que l’inévitable processus de dédollarisation ne se fera pas aux mains du frère ennemi de l’euro, mais, comme l’ont amplement démontré Arsanalp et al. (2022), par un groupe de monnaies alternatives qui inclura sans aucun doute le yuan.

Nous avions conclu l’article (Schettino, ibid.) en affirmant que "le capital lié au dollar ne peut pas subir passivement cette évolution qui (...) pourrait porter gravement atteinte à sa centralité et à la stabilité même d’une économie, celle des Etats-Unis (...)". "L’attaque de l’OTAN contre la Russie doit donc être considérée comme la première étape d’une guerre qui sera sans doute plus longue et qui impliquera aussi directement des sujets qui se sentent actuellement attaqués mais qui jugent opportun de ne pas s’impliquer directement dans les opérations de guerre". Il nous semble donc que cette dernière flambée peut et doit s’articuler autour d’une dynamique ainsi esquissée, même si ses spécificités nous amènent à réfléchir à d’autres éléments.

Pacte d’Abraham, "Belt and Road Initiative" et "India-Middle East-EU Corridor" (imec)

Depuis sa définition initiale en 2013, l’initiative Belt and Road (BRI, également connue dans certains pays sous le nom de Nouvelle route de la soie) a stimulé le débat international sur le degré de menace qu’elle pourrait représenter pour les économies jusqu’ici hégémoniques du capitalisme mondia l[8]. Comme nous l’avons mentionné dans la section précédente, cet énorme projet d’investissement, outre la création d’infrastructures monumentales sur trois continents, pourrait favoriser l’acquisition par des entreprises chinoises - principalement des entreprises d’État - d’actifs stratégiques tels que, par exemple, le port du Pirée en Grèce, débouché naturel de l’un des corridors économiques de la BRI (le plus méridional, qui va de l’Asie à l’Europe en passant par la Turquie). Il était donc clair pour tous que le lancement de ce projet pluriannuel représentait un nouveau pas en avant dans la politique économique internationale de la Chine, qui, selon certains, prendrait une forme impérialiste, bien que distincte de celle, nettement plus agressive, des États-Unis et même de l’Europe. L’adhésion de certains pays stratégiquement inclus dans la zone monétaire dollar/euro - comme ce fut le cas de l’Italie en 2019 - n’a fait que brouiller momentanément les cartes, à tel point que le gouvernement italien élu plus tard, en 2022, pour montrer sa fidélité au pacte atlantique, s’est empressé de déclarer qu’il voulait "sortir" du partenariat stratégique avec la République populaire de Chine.

Mais la question a pris une telle importance planétaire que, lors de la réunion du G7 de juin 2021, le président des EU a lancé un projet intitulé "Build Back Better World" (B3W), dont l’objectif était essentiellement de définir un plan alternatif à celui de la BRI en ramenant un certain nombre de pays en développement dans sa sphère d’influence, en les soustrayant à l’hégémonie antagoniste de la Chine. L’année suivante, dans la continuité du B3W, a donc été lancé le PGII (Partnership for Global Infrastructure and Investment) qui, peut-être aussi en raison de l’escalade militaire concomitante en Ukraine, n’a pas eu beaucoup de suites.

Au lieu de cela, le projet qui semble être façonné de manière plus décisive et délimitée pour contrer l’expansion économique chinoise par le biais de la BRI est l’IMEC (corridor Inde-Moyen-Orient-Europe), qui suivrait précisément ce qui a déjà été identifié par l’une des routes de la soie de la BRI, mais serait, comme on peut le deviner, piloté par les États-Unis. L’IMEC a été lancé quelques semaines seulement avant l’attentat du 7 octobre (dans la première quinzaine de septembre 2023, à l’occasion du G20 de Doha) et, en résumé, il s’agit d’un long réseau d’infrastructures ferroviaires, portuaires et énergétiques (qui transporterait également des données) qui relierait l’Inde, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, la Jordanie et Israël et arriverait ensuite en Europe, plaçant les pays du Golfe au centre de l’infrastructure, exactement comme le fait l’une des Routes de la Soie. Mais l’élément novateur par rapport au passé semble être l’implication d’Israël, pays historiquement et culturellement hostile aux pays arabes et à l’Iran, en tant que terminal d’une structure aussi complexe et économiquement stratégique. Ainsi, les États-Unis occupent le terrain avec l’IMEC, s’opposant visiblement à la République populaire de Chine également au niveau des investissements internationaux et des corridors économiques/énergétiques[9]. En d’autres termes, l’intensité du conflit monétaire augmente considérablement après la confrontation entre l’Ukraine et la Russie, avant même l’ouverture du front palestinien.

Cependant, autant l’IMEC peut représenter sur le papier un instrument pouvant prétendre à l’hégémonie sur l’ensemble de la zone, autant la coprésence de l’Arabie Saoudite et d’Israël est un aspect qui a immédiatement suscité une certaine méfiance et de nombreuses déclarations d’indignation. Selon de nombreux analystes, en effet, le plus célèbre des pactes de Abraham, c’est-à-dire ce processus de normalisation des relations politiques et économiques entre l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis et Israël, qui a débuté en 2020, serait un préalable au lancement définitif et au développement de l’IMEC. Et ce n’est pas une coïncidence si beaucoup ont soupçonné que le début du conflit palestinien ait pu désavantager la définition même d’un tel accord en raison du soutien historique que l’Arabie saoudite - souvent seulement comme une arme de propagande interne - a fourni précisément à la population palestinienne.

Si notre analyse était correcte, nous pourrions commencer à esquisser un scénario dans lequel, en plus des dizaines de milliers d’innocents massacrés, déplacés, mutilés et humiliés au cours des deux derniers mois, l’IMEC est l’une des premières victimes - bien que partielle et peut-être transitoire - c’est-à-dire l’un des instruments déployés par les États-Unis pour soutenir le conflit en cours contre le bloc asiatique (dont les intérêts, d’une certaine manière, pourraient être précisément représentés par les BRICS+). Si l’on examine également la façon dont les grandes puissances ont pris parti immédiatement après le 7 octobre, on obtient une carte du monde qui ressemble à ceci : Israël soutenu par les États-Unis et l’Europe, tandis que les autres pays - en particulier ceux des BRICS - appellent au calme en condamnant publiquement les massacres perpétrés par l’armée israélienne à l’encontre des populations de Gaza et de Cisjordanie. Il convient de mentionner que les exceptions sont l’Inde, qui a immédiatement soutenu Israël (évidemment dans le but de préserver l’accord de 2023) et l’Arabie saoudite, qui, par son attitude ambiguë, tente de jouer un rôle d’équilibriste, afin de ne pas sacrifier le rôle de plaque tournante stratégique qu’elle a acquis à la fois pour la BRI et l’IMEC[10].

Pour les raisons mentionnées ci-dessus, nous considérons qu’il est important de situer au moins une partie de la dynamique qui se déroule entre Israël et la Palestine dans le concept de conflit monétaire dans la phase actuelle de décadence de l’impérialisme. Il s’ensuit qu’au moment où nous écrivons cet essai, il est impensable de comprendre comment ce système magmatique d’équilibres économiques internationaux peut tendre à prendre forme et quels rapports de force peuvent prévaloir. En tout état de cause, pour confirmer la dimension monétaire du conflit, il semble opportun de noter que la trêve entre les belligérants de fin novembre 2023 - pourtant rapidement violée - a immédiatement suivi la rencontre entre Xi Jin Ping et Biden (16.11.2023 - San Francisco, Californie, EU), à l’occasion de laquelle le président chinois a publiquement déclaré au pair étasunien lors d’une chaleureuse poignée de main : " la planète est assez grande pour que la Chine et les États-Unis réussissent économiquement l’un avec l’autre ", montrant ainsi qu’il souhaitait une concurrence " loyale " plutôt qu’une guerre. Mais il n’est pas du tout certain que, d’une part, le capital lié au dollar approuve cette stratégie et que, d’autre part, des perspectives de guerre encore plus importantes se cachent derrière des déclarations distrayantes.

Bibliographie

Arsanalp S, Eichengreen B and Simpson-Bell C, 2022, The Stealth Erosion of Dollar Dominance, IMF Working papers, no. WP/22/58.

Haibing Z, 2019, The Belt and Road Initiative : How China and the United States Could Avoid Conflict and Promote Cooperation, in Perspectives on the Global Economic Order in 2019 : A U.S.-China Essay Collection, Oct. 1, 2019, pp. 7-10.

Sachs N et Boersma T, 2015, The energy island : Israel deals with its natural gas discoveries, Policy paper No. 35, Foreign Policy at Brookings.

Schettino F, 2023, As Raízes Monetarias Do Conflito Na Ucrânia, in Guerra da Ucrania e crise mundial, O.Coggiola (org), Livraria da Fisica, Sao Paulo, BRASILE.

UNCTAD, 2015, The Besieged Palestinian Agricultural Sector (United Nations publication, New York and Geneva).

UNCTAD, 2019, The Economic Costs of the Israeli Occupation for the Palestinian People : The Unrealized Oil and Natural Gas Potential. UN, ISBN : 978-92-1-112947-2.

United States Geological Survey (USGS), 2010, Assessment of undiscovered oil and gas resources of the Levant Basin Province, Eastern Mediterranean, Fact sheet 3014, available at https://pubs.er.usgs.gov/publication/fs20103014.

World Bank, 2009, Assessment of restrictions on Palestinian water sector development, Report No. 47657-GZ.

[1] L’histoire des 40 enfants prétendument décapités par le Hamas a été presque immédiatement démentie et relancée dans le chaudron des "fake news". Pour une reconstitution minutieuse de la manière dont les fausses nouvelles ont été emballées, voir également https://www.wired.it/article/hamas-bambini-decapitati-kibbutz-israele-storia/.

[2] Une bonne reconstitution se trouve dans l’article de Max Blumenthal, https://thegrayzone.com/2023/10/27/israels-military-shelled-burning-ta....

[3] De ce point de vue, il semble important de noter que près de deux mois après l’attaque, nous ne connaissons toujours pas le nombre officiel exact de victimes. Ce dernier augmente en effet de manière inexplicable chaque semaine, suivant une raison exponentielle : si le 7 octobre on dénombrait un peu plus de 300 morts, on en est aujourd’hui à environ 1500 (chiffre de fin novembre 2023). De plus, le poids des victimes militaires par rapport aux victimes civiles reste inconnu, ce qui, bien que dramatique, connote le décompte tragique d’une autre manière [4].

[4] De ce point de vue, le commentaire de Borrell, Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la sécurité, qui, le 28 novembre, s’est déclaré étonné par la nouvelle de l’augmentation des fonds alloués par Israël aux colonies à un moment aussi dramatique (https://twitter.com/JosepBorrellF/status/1729066280613757249), est emblématique.

[5] CNUCED, 2015, The Besieged Palestinian Agricultural Sector (publication des Nations unies, New York et Genève).

[6] N Sachs et T Boersma, 2015, The energy island : Israel deals with its natural gas discoveries, Policy paper No. 35, Foreign Policy at Brookings.

[7] Schettino F (2023), AS RAÍZES MONETARIAS DO CONFLITO NA UCRÂNIA, in Guerra da Ucrania e crise mundial, O.Coggiola (org), Livraria da Fisica, Sao Paulo, BRAZIL.

[8] Voir aussi Haibing (2019), https://www.jstor.org/stable/resrep22588.6

[9] Voir également https://news.abplive.com/india-at-2047/india-middle-east-europe-corrid... pour plus de détails.

[10] Il est important de noter que l’Arabie saoudite deviendra un membre à part entière des BRICS+ à partir de 2024, aux côtés de l’Argentine, de l’Égypte, de l’Éthiopie, de l’Iran et des Émirats arabes unis, représentant ainsi pour l’ensemble du bloc près de 40 % du PIB mondial et plus de 60 % de la population mondiale.

Source  : https://www.marxismo-oggi.it/saggi-e-contributi/saggi/590-le-caratteri...

10/12/2023

»» https://italienpcf.blogspot.com/2023/12/les-caracteristiques-economiqu...
URL de cet article 39232
  

Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pauvreté n’est pas naturelle, ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront. Vaincre la pauvreté n’est pas un acte de charité, c’est un acte de justice.

Nelson Mandela

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.