Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les écoliers finlandais décident du contenu et des méthodes de leur enseignement

Le nouveau programme d’études de ce pays qui se distingue au classement PISA rend les élèves responsables de leurs progrès. Une si grande autonomie inquiète un peu les familles.

Helsinki - En finnois, les verbes ne se conjuguent pas au futur, ce qui donne une idée de l’attitude des Finlandais devant la vie. Leur devise est "Je peux le faire et je vais le faire". Les Finnois sont un peuple résistant, le pays a été dominé 650 ans par les Suédois, puis 110 ans par les Russes. Ses habitants ont intériorisé qu’ils devaient être autosuffisants et les écoliers le sont grâce à un modèle d’éducation presque sans devoirs, ni évaluations – envié à cause de ses brillants résultats – qui évolue constamment et qui leur donne désormais plus de pouvoir dans la classe et plus de responsabilité dans leur progression scolaire. Mais pourquoi modifier un modèle gagnant ? "Le monde ne s’arrête pas et nous non plus", répondent, avec surprise, l’enseignante Ilona Taimela et Pia Pakarinen, l’adjointe au maire d’Helsinki chargée de répartir les ressources et les enseignants dans les établissements de la capitale. "Les familles s’étonnent que nous modifions un système qui n’est pas défectueux, mais nous devons nous adapter aux besoins. Helsinki a de meilleurs résultats que Singapour, bien que 20% des étudiants viennent d’un autre pays", s’enorgueillit Pakarinen.

Le monde dont ils parlent est en reconversion permanente et les enfants doivent être préparés à un avenir incertain dans lequel il y aura de nouvelles professions – les machines remplaceront les êtres humains –, de nouvelles technologies et des problèmes inimaginables aujourd’hui. Les Finlandais se livrent à des expériences et ne semblent pas s’inquiéter de la publication, le 3 décembre, du classement PISA (qui mesure les connaissances en mathématiques, en lecture et en sciences des jeunes de 15 ans) qui les a rendus célèbres en 2000. "On n’y attache pas plus d’importance aujourd’hui qu’hier", ajoute-t-elle avec un certain dédain.

Ces dernières années, la Finlande a partagé la tête du PISA avec l’Estonie et des pays asiatiques (Singapour, Japon et Taipei). Ces derniers doivent leur bon classement à un travail acharné – beaucoup d’élèves ne quittent pas l’école avant 22h. C’est l’antithèse du modèle nordique, qui prône le temps libre et qui est aussi 95% public. L’Espagne est au milieu du classement PISA avec des résultats très différents selon les régions. Les écoliers de Castilla-et-León, par exemple, pourraient rivaliser avec ces Scandinaves.

En Espagne, de plus en plus d’écoles, en particulier d’écoles primaires, travaillent comme en Finlande à des projets multidisciplinaires, mais maintenant les Nordiques vont beaucoup plus loin et prennent des risques qui, selon certains, pourraient nuire aux écoliers. Ils craignent qu’une telle autonomie ne ralentisse leur progression. "On leur demande d’être responsables de leur propre formation pour qu’ils deviennent des travailleurs autosuffisants", souligne Taimela.

Dans les années 1970, la Finlande a été le premier pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) à exiger de tous les étudiants un niveau élevé qui n’étaient auparavant demandé qu’aux meilleurs. Et depuis, elle n’a cessé d’innover. Tous les 10 ans, le pays nordique adopte un nouveau programme d’enseignement primaire (de 7 à 16 ans, avec, depuis 2015, une année de maternelle obligatoire) et il applique actuellement le programme de 2016, qui va un peu plus loin qu’à ses débuts. En 2021, il sera appliqué à l’école secondaire (de 16 à 18 ans). Depuis plusieurs années, beaucoup d’es enseignants remplacent les livres par des ordinateurs portables, suppriment les examens et les notes et travaillent sur des projets en abandonnant les matières habituelles. Les brillants résultats de cette méthode ont impressionné la presse internationale. Désormais les enseignants n’ont plus le choix ils sont légalement obligés d’appliquer la méthode d’"enseignement phénomènes"* en créant un plan d’études pour chaque élève.

Traduction : Dominique Muselet

Note :

*Les Finlandais appellent ça « l’enseignement phénomène » mais on peut l’appeler plus sobrement l’ »enseignement par sujets ».

Source et liens : https://elpais.com/sociedad/2019/11/22/actualidad/1574450032_618780.html

»» https://elpais.com/sociedad/2019/11/22/actualidad/1574450032_618780.html
URL de cet article 35480
   
La Guerre d’Espagne - Révolution et contre-révolution (1934-1939)
Burnett Bolloten
« La révolution espagnole fut la plus singulière des révolutions collectivistes du XXe siècle. C’est la seule révolution radicale et violente qui se soit produite dans un pays d’Europe de l’Ouest et la seule qui ait été, malgré l’hégémonie communiste croissante, véritablement pluraliste, animée par une multitude de forces, souvent concurrentes et hostiles. Incapable de s’opposer ouvertement à la révolution, la bourgeoisie s’adapta au nouveau régime dans l’espoir que le cours des événements changerait. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le succès ou l’échec d’une révolution peut toujours être mesuré par l’ampleur avec lequel le statut de la femme a rapidement évolué dans un sens progressiste.

Angela Davis


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.