RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les familles des Brigades al-Qassam gardent vivant l’idéal de la résistance (Al Akhbar)

Quand on rend visite aux familles des martyrs palestiniens de Gaza, en particulier celles des leaders de la résistance assassinés par l'état sioniste, on s'aperçoit que, malgré le grand chagrin [d'avoir perdu ceux qu'ils aimaient], ces familles restent fidèles à l'idéal de la résistance et veulent venger la mort de leurs proches. Al-Akhbar s'est rendu au domicile de Wadad Asfour, la défunte épouse du commandant militaire des Brigades al-Qassam, Mohammed al-Daif, et à celui du commandant défunt, Raed al-Attar.

Gaza – Les habitants n’ont pas eu le temps de se demander combien de temps allait durer la trêve. Les hostilités ont repris tout de suite, cette fois sous la forme d’assassinats ciblés.

Israël utilise la même stratégie depuis le début de la lutte palestinienne ; elle consiste à punir la résistance et ceux qui la soutiennent.

A cet effet, l’état sioniste a tiré 5 missiles sur la maison de la famille al-Dalou, faisant 5 morts et 40 blessés, pour être sûr de ne pas manquer une cible qu’il voulait assassiner dans le quartier de Sheikh Radwan [de la ville de Gaza].

Le jour qui a suivi la frappe, les sauveteurs ont sorti des décombres le corps d’une petite fille, la fille du commandant en chef des Brigades al-Qassam, Mohammed al-Daif, qui a rejoint sa mère et son frère dans l’autre vie.

La femme d’Al-Daif, Wadad Asfour, a été tuée avec ses 2 enfants, Ali et Sarah ; sa fille Halima a été gravement blessée, et ses 2 fils, Omar et Khaled, ont échappé au massacre, a appris Al-Akhbar de sources proches de la famille.

Wadad a d’abord été l’épouse du martyr Bilal Kassa’a, le commandant des Brigades al-Qassam du nord de Gaza, et a eu des enfants avec lui. Après l’assassinat de Kassa’a par Israël, elle a épousé le commandant -Daif en 2010.

Du fait du haut rang d’al-Daif’s, Wadad a dû constamment se cacher. Elle a été obligée de renoncer à son travail de chercheuse dans une oeuvre de charité locale parce que des collaborateurs au service d’Israël surveillaient ses mouvements pour assassiner son mari. Il y a environ un an, elle a loué une maison et y a vécu jusqu’à ce que les forces d’occupation la bombardent, il y a quelques jours.

Hajja Omm Mustafa Asfour, la mère de Wadad, a reçu la nouvelle du martyr de sa fille avec des ululations*. Pour elle, sa fille a donné sa vie pour son pays et son peuple.

Omm Mustafa a dit à Al-Akhbar qu’elle était très fière du martyr de sa fille et qu’elle était prête à donner toutes ses filles en mariage au commandant al-Daif l’une après l’autre, “pour partager avec lui la récompense de la Résistance [au paradis].”

“Je savais que nous partagerions cette récompense avec lui depuis qu’il a demandé ma fille en mariage et je ne regretterai jamais d’avoir approuvé ce mariage. J’ai d’ailleurs été la première a encourager cette union,” a-t-elle dit et elle a ajouté que sa fille Wadad n’avait pas hésité à épouser al-Daif parce qu’elle considérait cela comme un grand honneur pour elle et sa famille.

Omm Mustafa a expliqué que du vivant de sa fille, elle la voyait très peu pour des raisons de sécurité et que cela lui manquait. Elle l’avait vue brièvement pour la dernière fois quelques jours avant sa mort.

Les funérailles ont eu lieu à la mosquée d’al-Khalfa’a au nord de Gaza et des milliers de personnes ont porté les cercueils de Wadad et de son fils Ali. Sarah, la fille d’Al-Daif a été enterrée le jour suivant après que son corps ait été sorti des décombres de sa maison.

Il faut noter qu’al-Daif a deux femmes et que, selon des sources de la sécurité proches du Hamas, plusieurs collaborateurs ont été récemment arrêtés pour avoir espionné les membres des familles des deux femmes.

On trouve le même mélange d’horreur et de fierté, qui caractérise le chagrin de la famille de la femme d’al-Daif, dans les maisons des autres martyrs tués par Israël à Tel al-Sultan dan la région de Rafah au sud de Gaza. Trois membres du conseil militaire des Brigades al-Qassam ont été assassinés dans la même attaque : les commandants Raed al-Attar, Mohammed Abu Shamaleh et Mohammed Barhoum.

Le temps a marqué le visage de la mère d’al-Attar. Elle a expliqué qu’elle s’attendait à tout moment à l’annonce du martyr de son fils parce les Israéliens le poursuivaient sans répit depuis 20 ans.

Elle a parlé à Al-Akhbar, des innombrables dangers que son fils avait courus et de la menace permanente qui pesait sur sa vie. Al-Attar avait déjà échappé à 4 tentatives d’assassinat avant que les Israéliens ne réussissent à le tuer.

La mère endeuillée a confié à Al-Akhbar que son fils lui avait dit, quelques jours avant la dernière agression israélienne de la bande de Gaza assiégée, que ce serait peut-être sa dernière bataille. Et il lui avait promis de ne pas laisser l’occupant en repos et de faire tout son possible pour kidnapper des soldats israéliens. Elle a ajouté que son fils espérait bien y arriver en cas d’invasion au sol de l’armée israélienne.

La femme d’Attar, quant à elle, a dit qu’elle n’avait jamais vu le commandant plus heureux que le jour où le soldat israélien, Gilad Shalit, avait été kidnappé en juin 2006. Sa libération, 5 ans plus tard en 2011, a abouti à l’accord sur l’échange de prisonniers — un accord qu’Israël a violé en re-kidnappant des centaines de Palestiniens dont ceux qui avaient été libérés lors de l’accord. Attar supervisait l’échange de prisonniers avec le commandant Ahmed al-Jaabari, comme on le voit sur une vidéo récemment diffusée par les Brigades al-Qassam.

La femme d’Attar a aussi dit que son mari avait un plan “pour prendre l’ennemi par surprise, s’il se risquait à saboter l’échange de prisonniers ou à tuer ou kidnapper Shalit avant qu’il ne leur soit remis.”

Comme les femmes des autres martyrs, la femme d’Attar savait que son mari pouvait mourir à tout instant. Elle a dit à Al-Akhbar qu’il avait beaucoup plus de chance de mourir en martyr que de rentrer sain et sauf à la maison.

Les reporters d’ Al-Akhbar n’ont pas pu parler aux autres membres de la famille parce que des dizaines de milliers de personnes se pressaient pour leur présenter leurs condoléances.

Une grande foule a suivi la procession funéraire des 3 commandants du Hamas et, un peu plus tard, beaucoup d’entre eux ont participé à la manifestation pour appeler la Résistance à punir les "traîtres".

Les manifestants voulaient à tout prix que tout le monde soit bien conscient de ce qui leur arriverait s’ils collaboraient avec l’occupation israélienne en espionnant les amis et les familles des chefs de la Résistance pour que l’armée d’occupation puisse assassiner ceux qu’elle voulait en provoquant d’infinis souffrances au peuple palestinien.

Hani Ibrahim

Note :
* C’est une manifestation de joie

Traduction : Dominique Muselet

»» http://english.al-akhbar.com/content/families-al-qassam-brigades-keep-...
URL de cet article 26759
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.