Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les frappes de drones américains créent un "dangereux précédent"

Le recours par les Etats-Unis à des frappes de drones contre des extrémistes a créé un "dangereux précédent" qui risque d’être imité par d’autres pays et d’engendrer des conflits, affirment d’anciens hauts responsables américains dans un rapport jeudi.

Ces appareils pilotés à distance constituent un outil utile et sont "là pour rester", reconnaissent les auteurs.

Mais le président américain Barack Obama doit lever le voile de secret qui entoure ces frappes, durcir les règles de recours à ces frappes et de vérification de leur utilité, ajoutent-ils dans un rapport du Stimson Center, un cercle de réflexion de Washington.

"Le recours accru à des drones armés risque de (nous) conduire vers une pente glissante aboutissant à des guerres continuelles ou plus importantes", insistent les auteurs, parmi lesquels se trouve l’ancien général John Abizaid, ex-patron des forces américaines au Moyen-Orient.

Les frappes de drones hors des champs de bataille traditionnels "risquent d’être imitées par d’autres pays" et d’alimenter l’instabilité dans de nombreuses régions, mettent-ils en garde.

Ils y voient un "dangereux précédent", notamment parce que certains de ces pays —non nommés— "ne seront -selon eux- vraisemblablement pas aussi scrupuleux" que les Etats-Unis dans les procédures régulant ces frappes.

Aux yeux du monde, Washington s’est arrogé le droit de tuer quiconque "dans n’importe quel pays, à n’importe quel moment, sur la base de critères et de preuves secrets", jugent-ils.

Ce caractère secret empêche le Congrès d’effectuer sa mission de contrôle et risque de menacer les principes qui sont à la base du droit international.

En mai, le président américain avait promis de lever une partie du voile sur les frappes de drones, plaidant que toute opération ne devrait pas "créer davantage d’ennemis que nous n’en éliminons du champ de bataille".

Mais si le nombre de frappes au Yémen et au Pakistan s’est réduit depuis 2010, le secret les entourant n’a jusque-là quasiment pas changé, engendrant des critiques contre Barack Obama, accusé de ne pas tenir parole.

Le rapport du Stimson Center appelle l’administration Obama à adopter une position plus transparente en reconnaissant les frappes après qu’elles ont été menées.

A ce stade, les responsables américaines reconnaissent tout juste du bout des lèvres l’existence de telles frappes et ne révèlent pas qui est la cible ni si des civils ont été victimes de l’attaque, comme c’est le cas en Afghanistan. Plusieurs civils ont été tués en Afghanistan par les tirs de drones américains sous prétexte de vouloir traquer les talibans.

»» http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/06/26/les-frappes-de-drones-am_n_...
URL de cet article 26085
   
DE QUOI SARKOZY EST-IL LE NOM ?
Alain BADIOU
« Entre nous, ce n’est pas parce qu’un président est élu que, pour des gens d’expérience comme nous, il se passe quelque chose. » C’est dans ces termes - souverains - qu’Alain Badiou commente, auprès de son auditoire de l’École normale supérieure, les résultats d’une élection qui désorientent passablement celui-ci, s’ils ne le découragent pas. Autrement dit, une élection même présidentielle n’est plus en mesure de faire que quelque chose se passe - de constituer un événement (tout au plus une « circonstance », (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est difficile d’intéresser ceux qui ont tout à ceux qui n’ont rien.

Helen Keller


Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.