RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Marches Internationales vers Bruxelles

Acte 1

Dans la nuit de mon bureau bruxellois, je m’écris, puise au fond de moi et me plonge dans le monde de l’intangible. Animé par le désir de transposer mon esprit dans le corps d’un marcheur, dans la peau d’un de ces voyageurs dont les pas se dirigent vers ma ville, je transporte donc ma pensée dans cet être qui parcoure les routes, les places et les villages et dont le regard redécouvre en permanence son horizon alors que son esprit lui, s’est déjà projeté vers sa destination.

J’aligne ces mots et les regarde tracer sa voie à travers l’Europe, comme s’ils s’imprimaient sous les pas de ce marcheur, fidèles et dévoués aux moindres de ses mouvements. Nos esprits et nos corps se quittent et se cherchent pour se retrouver. Les premiers imaginent les seconds et inversement. C’est un échange immatériel, au croisement des consciences, le marcheur et l’auteur ne se connaissent pas, ils ne se sont jamais vus, n’ont jamais communiqué sous quelques formes que ce soient. Ils existent, l’un et l’autre, l’un sans l’autre, l’un dans l’autre, tout deux habités par le besoin de soumettre leurs corps au service de leurs idées.

Tous les gens que je croise me demandent où je vais et je leur réponds : « Je vais à moi, oui à moi ! Mon corps marche pour rejoindre mon esprit et les milliers d’autres corps de marcheurs qui font de même ». Bruxelles est sur toutes les lèvres et les âmes des voyageurs de l’Europe s’y trouveraient donc déjà , attendant patiemment que leurs corps les rejoignent. La capitale européenne se dessine comme une ligne d’arrivée, une source de lumière au bout du tunnel de ma conscience. C’est en cela que Les Marches Internationales vers Bruxelles sont une utopie qui se réalise.

Littéralement,

Badi BALTAZAR

www.lebuvardbavard.com

URL de cet article 14319
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Donde Estan ? ; Terreurs et disparitions au Pérou (1980-2000)
Daniel Dupuis
La pratique des arrestations illégales, des tortures et des exécutions en dehors de tout procès régulier puis de la dissimulation des dépouilles (d’où le terme de « disparus ») est tristement célèbre en Amérique latine où les dictatures ( l’Argentine de la junte militaire, le Paraguay dirigé par le général Alfredo Stroessner, le Chili tenu par Augusto Pinochet...) y ont eu recours. De 1980 à 2000, sous un régime pourtant démocratique, l’armée du Pérou n’a pas hésité à recourir à la terreur pour combattre la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le succès ou l’échec d’une révolution peut toujours être mesuré par l’ampleur avec lequel le statut de la femme a rapidement évolué dans un sens progressiste.

Angela Davis

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.