RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les modèles de vertu de l’Occident

Apprenez à vos enfants à mentir ou à se taire !

S’ils disent la vérité et que celle-ci dérange les puissants, leur patron, leur président, leur institution, ils seront probablement jetés en prison, mis au placard, humiliés et accusés de trahison.

S’ils sont courageux, ne supportent pas le mensonge, la compromission et la corruption, et deviennent des lanceurs d’alerte, ils seront pourchassés, mis à pied, ridiculisés, menacés.

Entre Georges W. Bush et Saddam Hussein, quelle différence ?

Un « vainqueur », un vaincu.

Un menteur, un pendu.

Le bien ? Le mal ?

Saddam Hussein qui n’a pas hésité à gazer sa propre population kurde l’a fait avec les armes et la bénédiction de l’Occident, surtout la France [1] et Bush Junior n’a pas hésité non plus à sacrifier la vie de centaines de milliers de personnes pour des armes de destruction massive dont il connaissait très bien l’inexistence [2].

Tony Blair, main dans la main avec le président républicain, a trompé son peuple.
Lui aussi n’a pas hésité à sacrifier des milliers de vies britanniques en usant de mensonges, délibérément [3].

Plus d’un million de morts, en majorité irakiens, plus de quatre millions de déportés et des milliers d’enfants souffrant de faim, de blessures et de malformations.
« Les forces britanniques ont employé environ 1,9 tonnes de munitions d’uranium appauvri contre l’Irak en 2003 » a déclaré le secrétaire à la défense, Liam Fox, devant le Parlement le 22 juillet 2010.

Toute une série d’armes « antipersonnelles » toxiques, telles les bombes à fragmentation, ont été employées par les forces britanniques et US [4].

Tony Blair et Georges W. Bush devraient être traduits en justice et condamnés pour ces crimes de guerre, des invasions basées sur des mensonges et des histoires montées de toutes pièces, dont les conséquences ne sont toujours pas terminées.

Les mensonges de la conseillère en Sécurité Condoleeza Rice [5], du Vice-président Dick Cheney [6], sont tous prolongés par les mensonges, les demi-vérités, las affirmations truffées d’omissions, les déclarations remplies d’affabulations de Barack Obama, l’actuel président des Etats-Unis, élu pour un soi-disant changement [7].

Ces menteurs, vu la gravité des conséquences, sont-ils menacés, hués, mis à pied, accusés de trahison par les démocraties occidentales et leurs populations promptes à donner la leçon ?

L’idéal de paix, de vérité et de vertu avancés sans arrêt par nos démocraties arrogantes n’est-il pas foulé aux pieds constamment par ces responsables et leurs émules ?
Ne devraient-ils pas rendre compte de leurs actes et de leurs mensonges, les assumer, en payer le prix ?

Au contraire, ils se baladent, de librairie en librairie, nous gratifient de dédicaces pour leurs mémoires sélectives, parlent de conférence en conférence, reçoivent des millions de dollars ou d’euros pour des conseils, des analyses…

Sur l’art du mensonge ? De la tromperie ?

Tony Blair a touché 4,6 millions de livres sterling en guise d’acompte pour la publication de son livre [8].

Al Gore, dont le film sur le réchauffement climatique est truffé de mensonges et de désinformations scientifiques [9-10-11-12], est enseigné dans les écoles.

Ils reçoivent même des prix Nobel de la paix, en attendant celui de littérature.

Ben Bernanke est le Président de la Réserve Fédérale, la Banque Centrale US depuis le 1er février 2006, maintenu à ce poste par Obama. C’est un rôle-clé, surtout en cette période de turbulences économiques.

Il a été nommé personnalité de l’année 2009 [13] par le magazine Time pour avoir, selon le mensuel, sauvé les États-Unis du désastre financier, et « huitième personne la plus puissante du monde » par le magazine Forbes en 2010 [14].

Cet analyste financier est adulé dans plusieurs universités.

Certaines voix, dont Gerard Adams de l’Association sur l’Inflation Nationale (NIA National Inflation Association-http://inflation.us/), ou Glenn Beck, journaliste et analyste de Fox News Channel, soutiennent que Bernanke ment au peuple des Etats-Unis et mène le pays au désastre, comme un Titanic ivre déjà incapable d’éviter la collision fatale avec l’iceberg de l’hyperinflation [15].

D’autres observateurs se joignent à eux et voudraient voir Bernanke mis à pied, traduit en justice, comme le congressiste Ron Paul [16].

Récemment, devant les caméras de télévision de CNN (http://dailybail.com/home/bernanke-on-60-minutes-were-not-printing-money.html), à l’émission 60 minutes, Bernanke malgré le sérieux de sa charge, n’hésite pas à mentir aux Etats-uniens en affirmant que la Réserve Fédérale n’imprime pas d’argent.

Grâce à des chercheurs sérieux comme Antony C Sutton [17], Edward Griffin (http://www.thedailybell.com/332/Edward-Griffin-Federal-Reserve.html), certains aspects cachés de la Réserve Fédérale et des Banques Centrales ont pu être révélés [18], dont la corruption et les modes occultes de fonctionnement, ce qui entraîna ces écrivains dans les ennuis de toutes sortes : éviction de leur poste, intimidations, menaces.

Contrairement à Gorges W. Bush et Tony Blair qui peuvent vendre des mensonges déguisés en souvenirs pour des millions de dollars et de livres sterling, malgré les guerres qu’ils ont déclenché sans raison valable et sans qu’ils en éprouvent le moindre remords, l’ex-technicien atomiste israélien, Mordehaï Vanunu a lui purgé une peine de 18 ans de prison pour avoir révélé la vérité, l’existence du programme nucléaire clandestin d’Israël, une arme de destruction massive bien réelle, celle-là [19].

Au-delà de Julian Assange, le fondateur du site Wikileaks, celui-ci est montré comme un ennemi public, un traître, un site « terroriste ».

Mais il est l’ennemi de qui ? Qui terrorise-t-il vraiment ?

Pas la vérité.

Sibel Edmonds, ancienne traductrice pour le FBI à l’époque des attentats du 11 septembre 2001 et de la guerre contre le terrorisme qui a suivi, a essayé de révéler à ses supérieurs ce qu’elle a découvert : mensonges, manipulations, traîtrises, agents doubles…et en fut « remerciée » en étant harcelée, renvoyée, intimidée et placée par l’administration Bush sous une contrainte exceptionnelle, le "gag order", l’empêchant de révéler la teneur exacte des faits qu’elle reproche (et tout particulièrement les noms des plus hauts responsables qu’elle suspecte) et de prouver ou de documenter ses propos.

La liste des lanceurs d’alerte, dont beaucoup sont très peu connus du public, contrairement aux menteurs écrivains ou nobélisés, est longue comme en témoigne The Independant dans un article du 3 janvier 2005 sur certains d’entre eux [20].

Brian Jones et Katharine Gun sur l’Irak, Marta Andreasen sur les finances de la Commission Européenne, Craig Murray sur l’Ouzbékistan, Cate Jenkins et William Sanjour sur les collusions entre l’EPA (Agence de Protection de l’Environnement US) et la multinationale Monsanto [21]…

Malgré la mise en danger de leur carrière, de leur famille, de leur vie, ces personnes courageuses n’ont pas pu s’empêcher de dire la vérité.

Le monde occidental « vertueux » dont ils sont issus a tout fait pour les briser.

On nous dit que le président iranien et son gouvernement nous mentent sur leurs intentions nucléaires, comme autrefois Saddam Hussein, tout cela sans aucune preuve.
La personne qui a révélé le programme nucléaire d’Israël, avec preuves, lui il est mis en prison, et traité comme un traître.

Tel est le message envoyé à nos enfants. A nous tous.

Mentez. Fermez les yeux. Ne soyez pas courageux. Taisez-vous.

Si vous dites la vérité, vous trahissez. Si vous mentez, vous servez votre pays.
Adorez l’argent, la corruption, peu importent les conséquences de vos actions, sur la santé des gens, sur l’équilibre géopolitique du monde ou sur l’environnement.
Ecrivez même un livre sur vos mensonges, sur tous vos crimes, et appelez-le pompeusement « Mémoires ».

Vous signerez des dédicaces et on vous demandera même, pour beaucoup d’argent, de venir donner des leçons de morale, d’honneur, de vérité et de paix à tous ces pays qui ne respectent pas notre loi du plus fort et du plus trompeur.

Vous pourriez même recevoir un Prix Nobel.

Pacal Sacré

Sources :

[1] http://www.monde-diplomatique.fr/1998/03/NEZAN/10174

[2] http://www.liberation.fr/monde/010123608-les-935-mensonges-de-l-admini...

[3] http://www.archivesolidaire.org/scripts/article.phtml?lang=1&obid=20772

[4] http://www.alternatives.ca/fra/journal-alternatives/publications/nos-p...

[5] http://www.voltairenet.org/article13345.html

[6] http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=19275

[7] http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=16439

[8] http://www.alternatives.ca/fra/journal-alternatives/publications/nos-p...

[9] http://leconservateur.bafweb.com/index.php?2007/10/11/978-un-juge-brit...

[10] http://scienceandpublicpolicy.org/monckton/goreerrors.html

[11] http://www.nationalreview.com/planet-gore/18147/court-finds-truth-inco...

[12] http://www.internationalnews.fr/article-13035537.html

[13] http://www.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1946375_1947251,00.html)

[14] http://www.forbes.com/profile/ben-bernanke

[15] http://www.examiner.com/public-safety-in-national/glenn-beck-may-be-ri...

[16] http://www.dailypaul.com/node/64360

[17] De formation universitaire (Economie, Génie Civil), Antony Sutton exerça dans les Industries minières et de l’acier. Diplômé des Universités de Londres, de Göttingen et de Californie, A. Sutton sera, dans les années 60, professeur d’Economie à l’Université d’Etat de Californie (Los Angeles) et pendant sept ans, chercheur à l’Université Stanford (Fondation Hoover).

[18] http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=695
Les secrets de l’institut d’émission des Etats-Unis
Par Wolfgang Freisleben, Vienne
Horizons et Débats, 14 janvier 2008

[19] http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/israel-l-espion-nucleai...

[20] http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/i-just-had-to-tell-the-t...

[21] http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article14

URL de cet article 12251
  

Même Thème
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.