Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les nouvelles mesures de l’administration Trump vont encore restreindre les droits des Américains et porter préjudice à l’économie cubaine.

Josefina Vidal : "Elles n’ont pas fonctionné, elles ne fonctionnent pas, elles ne fonctionneront pas".

179 Entités cubaines interdites aux étasuniens :
- 2 Ministères
- 5 Groupes d’entreprises
- 83 Hôtels (pour tout Cuba)
- 2 Agence de Voyages
- 5 Marinas
- 10 Magasins
- 38 entités liées à la Défense et à la Sécurité
- 16 Entités du Groupe CIMEX
- 18 Entités de Gaviota, Habaguanex et Terminaux de Conteneurs.

Les dispositions publiées aujourd’hui par les départements d’Etat, du Trésor et du Commerce "nuiront aux citoyens américains, dont le droit de se rendre à Cuba, le seul pays au monde qu’ils ne puissent visiter librement, sera encore plus restreint", a déclaré Josefina Vidal Ferreiro, Directrice générale pour les États-Unis au Ministère des affaires étrangères de Cuba.

Elle a estimé que les nouveaux règlements, injustifiés et éminemment politiques, affecteront les hommes d’affaires américains qui perdront des occasions d’affaires intéressantes existant sur l’île aujourd’hui, face à leurs concurrents. En même temps, ils nuiront à l’économie cubaine, à la fois à l’État et au secteur privé.

"Les mesures confirment un grave recul dans les relations bilatérales suite aux décisions prises par le gouvernement du président Donald Trump, et ne cachent pas leur arrière-plan subversif, puisqu’elles encouragent les voyageurs à mener des activités de ce genre pour justifier la légalité de leurs visites à Cuba" a déclaré Vidal.

Ce 8 novembre, les Départements d’Etat, du Trésor et du Commerce ont émis de nouvelles dispositions et règlements, pour mettre en œuvre des "actions coordonnées" qui intensifient le blocus contre Cuba, annoncées le 16 juin par Trump et incorporées dans la directive intitulée "Mémorandum Présidentiel de Sécurité Nationale sur le Renforcement de la Politique des États-Unis à l’égard de Cuba."

Ces dispositions et règlements, qui entrent en vigueur ce 9 novembre, sont contenus dans trois documents :

1- Liste du Département d’Etat sur les "Entités Cubaines Restreintes".

2- Règlement du Bureau de Contrôle des Actifs Etrangers (OFAC) du Département du Trésor sur les transactions financières et les voyages à Cuba.

3- Règlement du Bureau de l’Industrie et de la Sécurité (BIS) du Département du Commerce, sur la politique d’octroi des licences d’exportation et de réexportation à Cuba.

"Entités cubaines restreintes"

Conformément au Mémorandum Présidentiel de Sécurité Nationale (NSPM), le Département d’État a publié aujourd’hui une liste qui répertorie 179 entités cubaines avec lesquelles, à l’avenir, les transactions financières directes des entités américaines et des citoyens sont interdites, et une politique de refus des licences d’exportation pour la réexportation de biens et de services en provenance des États-Unis sera appliquée.

"Il s’agit d’une liste arbitraire, composée de diverses entités cubaines prétendument liées, de manière non fondée, au secteur de la défense et de la sécurité nationale. Il comprend les ministères des Forces Armées et de l’Intérieur, la Police Nationale Révolutionnaire, les Troupes Garde-frontières, des entreprises, des sociétés anonymes, la ZED de Mariel, les Terminaux à conteneurs de Mariel et de La Havane, plus de 80 hôtels à Cuba , les agences de voyages, des magasins, principalement ceux situés dans le centre historique de la Vieille Havane" a expliqué l’ambassadeur.

On atteint les sommets avec l’inclusion de marques commerciales de boissons gazeuses (comme Tropicola et Cachito) et de rhums, et même d’un service photo tel que PhotoService. Il a également averti que la liste n’est pas définitive, elle sera revue périodiquement par le Département d’Etat.

Désormais, ceux qui viennent dans l’île doivent présenter un programme d’activités à plein temps, ce qui implique, selon le modèle américain, maintenir des contacts avec les gens, soutenir la "société civile" et promouvoir leur indépendance par rapport à l’État cubain.
L’intention politique de ces restrictions est explicitement énoncée dans les exigences spécifiques établies pour la catégorie de voyage dans "le soutien au peuple cubain".

En outre, l’OFAC élargit la liste des fonctionnaires du gouvernement et de l’État, des représentants des organes judiciaires, des organisations de masse et de la presse avec lesquels il est interdit d’effectuer des transactions.

Exemples d’activités autorisées par le gouvernement américain :

- Louer une chambre dans une résidence privée cubaine (maison privée).
- Manger dans les restaurants cubains privés (paladares).
- Effectuer des achats dans des magasins privés gérés par des Cubains qui travaillent à leur compte (travailleurs indépendants).

Josefina Vidal a déclaré que les sanctions unilatérales n’ont pas leur place dans le monde. "Elles finissent par endommager les gens, les peuples, les pays, les entités, les entreprises. Elles blessent inutilement. Elles ne devraient pas faire partie de l’arsenal des politiques d’un pays contre un autre".

Par conséquent, Cuba ne prendra aucune mesure discriminatoire ou de représailles contre ces mesures. "Nous n’appliquerons pas non plus de sanctions contre les Américains ou leurs compagnies. Ceux qui peuvent encore venir chez nous - dans les espaces encore réduits pour commercer, et échanger avec Cuba - nous continuerons à les recevoir. En fait, nous continuons à les recevoir, cela n’a pas cessé" a déclaré Josefina.

À la fin de ses déclarations, Joséfina Vidal a synthétisé "l’efficacité" des règlements et des sanctions du gouvernement des États-Unis contre Cuba : "Ils n’ont pas fonctionné, ils ne fonctionnent pas, ils ne fonctionneront pas".

(traduction Michel Taupin)

»» http://www.cubadebate.cu/noticias/2017/11/08/josefina-vidal-medidas-re...
URL de cet article 32559
   
Même Thème
« Fidel Castro, Biographie à deux voix », interview d’Ignacio Ramonet
Hernando CALVO OSPINA, Ignacio RAMONET
« Ce livre est une semence qui va germer » Paris le 22 février 2007. Ignacio Ramonet est le directeur du mensuel français de référence Le Monde Diplomatique, mais aussi l’une des personnalités les plus prestigieuses parmi les intellectuels progressistes à travers le monde. Voici un an qu’est sortie en Espagne la première édition de son livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix » où il s’entretient longuement et sans réserves avec le dirigeant principal de la révolution cubaine. Le livre se vend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.