Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Il a mis en oeuvre toute une batterie de réformes cruciales qui horrifieraient le réformiste Macron

Les progrès socio-économiques de l’Équateur sous le gouvernement de Rafael Correa : Quelles leçons pour Haïti ?

Le bilan de Correa

En mai 2017, Rafael Correa, alors élu président en 2006, a remis le pouvoir à son vice-président, Lenín Moreno, après dix ans à la tête de l’Équateur. Pendant son règne, Correa a radicalement transformé son pays et l’a mis sur la voie de la stabilisation économique et sociale. Durant cette période, le niveau de vie des citoyens a augmenté, les services publics ont été grandement améliorés, et le paysage équatorien a été transformé grâce à la multiplication d’infrastructures de base. Entre 2007 et 2016, le taux de pauvreté est passé de 37% à moins de 23%, et l’extrême pauvreté de 17% à 9%. Les inégalités sociales, mesurées par l’indice Gini, ont aussi considérablement chuté pendant cette même période [1]. En effet, entre 2006 et 2011, l’économie équatorienne a connu l’une des croissances les plus inclusives au monde ; les revenus des 40% des plus pauvres ont augmenté de près de 8 fois la moyenne nationale [2]. Grâce à l’élan d’espoir qu’a suscité la présidence de Correa, des centaines de milliers d’Équatoriens qui ont laissé leur terre natale dans les années 1990 y sont retournés [3]. Pour qualifier le mandat de Correa, certains parlent d’une « décennie gagnée », d’autres d’un « miracle équatorien » ; ceux-ci ne sauraient être des exagérations, car très peu souvent, en Amérique latine, l’on enregistre des victoires sociales aussi impressionnantes en si peu de temps.

Si certains voient la touche d’un politicien et d’un économiste surdoué dans tout cela, Correa lui-même a crédité son succès à sa « Revolución ciudadana » (Révolution citoyenne). Lancé lors de sa première campagne électorale en réponse aux inégalités criantes en Équateur, la révolution citoyenne visait un changement radical des structures existantes afin de « transformer le pays en une nation véritablement populaire ». Au cœur du programme de cette révolution figurait la réforme constitutionnelle, la renégociation de la dette extérieure, une meilleure séparation des ressources pétrolières, justice sociale, et reconquête de la souveraineté nationale.

Les actions du gouvernement de Correa

Animé par un sentiment de justice sociale, Correa a fait de la réduction de la pauvreté et des inégalités sa seule boussole. Dès son arrivée au pouvoir, il s’est écarté des politiques néolibérales et a plutôt embrassé un fort interventionnisme étatique. En conséquence, sous sa présidence, les dépenses sociales ont doublé en proportion du PIB, le salaire minimum a été révisé à la hausse à deux reprises, et plus d’un million de familles ont accédé à la sécurité sociale [4] [5]. De plus, Correa a fait usage de la manne pétrolière pour investir massivement dans des secteurs clés comme la santé, l’infrastructure et l’éducation. Ces investissements ont débouché sur des avancées sociales indéniables telles que l’accès aux services de base (eau, assainissement, électricité) en milieu rural, l’augmentation du taux de scolarisation, et la gratuité des études universitaires.

Correa a aussi promu des efforts pour refonder son pays en imposant des réformes cruciales à tous les niveaux. En effet, l’une de ses premières actions comme président était de convoquer une assemblée constituante pour proposer une nouvelle constitution au peuple équatorien. La nouvelle constitution reposait sur la philosophie du « bien-vivre » qui encourage une transformation des institutions étatiques et des citoyens afin que ces derniers atteignent le plus haut niveau de bonheur possible. À part de la réforme constitutionnelle, Correa a mis en œuvre d’autres réformes et a dû prendre des décisions amplement difficiles. Par exemple, en dépit de l’opposition de quelques groupes d’intérêt, il a remis les ressources pétrolières sous le contrôle de l’État et a renégocié la dette de son pays auprès des organismes financiers internationaux. Il a accentué la régulation bancaire en prenant des mesures strictes pour rapatrier des liquidités vers l’Équateur tout en taxant les capitaux quittant le pays. Il a aussi établi un système fiscal plus progressif, ce qui a permis à l’Équateur de doubler ses recettes. De nombreux économistes conviennent que ces réformes ont été d’une importance cruciale, permettant au pays de s’épargner de la récession mondiale de 2009 et de soutenir une croissance économique assez forte jusqu’en 2015.

Quelles leçons pour Haïti ?

D’un pays qui a été ravagé par l’instabilité politique et économique, et qui aujourd’hui marche vers le progrès social et démocratique, Haïti peut tirer quelques leçons. La plus importante est peut-être la nécessité de prioriser les problématiques des inégalités sociales et de la pauvreté pour parvenir enfin à des résultats durables et une vraie transformation du pays. Haïti figure parmi les pays les plus pauvres du monde, et aussi l’un des plus inégalitaires. Une politique qui priorise la réduction de la pauvreté et des inégalités diminuera l’incohésion sociale, l’instabilité politique et le sous-investissement, des facteurs qui pèsent lourdement sur la croissance économique [6]. L’impact de la pauvreté et des inégalités sur la croissance économique est de moins en moins contestable. En effet, même dans les grandes institutions internationales le consensus à ce sujet a évolué. Selon une étude récente du Fonds Monétaire International (FMI), les politiques de réduction des inégalités sont indispensables à une croissance économique plus soutenable [7]. En d’autres termes, pour une croissance plus durable, il nous faut une croissance plus équitable.

Une autre leçon à retenir de l’expérience équatorienne est qu’aucun progrès économique n’est possible sans la refonte d’un État fort. En partie, Correa a pu réussir ses programmes grâce à une succession de réformes qui ont radicalement modifié la structure politique et économique de son pays. Plus que jamais, Haïti a grand besoin de réformes majeures dans tous les domaines. Il est clair que tous les secteurs à impact direct sur le développement sont stagnants, voire en déclin : santé, éducation, agriculture, environnement, transport, industries, etc. Des réformes manifestes et structurelles à tous les niveaux pourront jouer un rôle catalyseur, redynamisant les secteurs clés et rapprochant le pays de la rampe de l’émergence.

Enfin, il y a beaucoup à apprendre de la révolution de Correa. En effet, Haïti a désespérément besoin de sa propre « révolution citoyenne », un soulèvement pacifique par les urnes qui redonnera le pouvoir à la classe populaire et modifiera les structures socio-politiques existantes. Il est évident que le présent système socio-politique n’est pas favorable aux classes défavorisées et ne prête aucune attention à leur sort. Au cours des 30 dernières années, pendant que la qualité de la vie dans plusieurs pays de l’Amérique latine s’est améliorée, les conditions de vie de l’haïtien moyen n’ont fait que s’empirer. Après l’occasion ratée des années 1990, il est donc grand temps de repenser les structures actuelles et de promouvoir un système plus soutenable, axé sur une croissance économique partagée. En dépit de tous les maux qui pèsent sur notre pays, nous devons continuer à croire en un avenir meilleur. Car, si l’expérience équatorienne nous a appris quelque chose, c’est que même s’il serait inconcevable qu’un pays soit complètement transformé en une courte durée de temps, avec l’aide de quelques leaders zélés et un peuple déterminé de changer sa condition de vie, un revirement de situation est certainement possible.

Boaz Anglade

Boaz Anglade est un chercheur postdoctoral en économie appliquée. Ses intérêts de recherche portent sur l’économie du développement et des ressources naturelles. Suivez-le sur Facebook : www.facebook.com/boanglade

»» https://www.mondialisation.ca/les-progres-socio-economiques-de-lequate...

Notes

1. http://www.cepr.net/images/stories/reports/ecuador-217-02.pdf

2. http://www.odi.org/opinion/9960-inclusive-progress-poverty-ecuador

3. http://www.cuencahighlife.com/thousands-of-ecuadorians-who-left-for-th...

4. http://www.pour.press/quel-avenir-pour-la-revolution-citoyenne-en-equateur/

5. http://www.economist.com/the-americas/2017/02/18/what-to-expect-from-e...

6. http://www.letemps.ch/economie/inegalites-ont-un-impact-negatif-croissance

7. http://www.imf.org/external/pubs/ft/sdn/2014/sdn1402.pdf


URL de cet article 33453
   
Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
Né en 1952, Daniel Vanhove a une formation en psycho-pédagogie. Par ailleurs, il est bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il participe à la formation des candidats et à la coordination des Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une trentaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Au fil de ses voyages dans la région, l’urgence s’est manifestée de témoigner de l’insoutenable réalité de ce qu’il a vu et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.