Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les rebelles afghans sont en train de gagner la guerre à cause de la division du commandement américain

Les États-Unis sont en train de perdre leur guerre en Afghanistan. Les divisions au sein du commandement et le manque de prévoyance politique rendent la défaite des États-Unis inévitable.

Au cours des derniers mois, les ’rebelles modérés’ d’Afghanistan ont fait de grands progrès contre les forces gouvernementales parrainées par les États-Unis.

  • La semaine dernière, un convoi d’une quarantaine de camions chargés de matériel militaire a été pris en embuscade et anéanti (photos, vidéos). Il s’agissait du plus grave incident de ce genre depuis que les Soviétiques ont quitté l’Afghanistan.
  • La semaine dernière également, une grosse bombe a frappé des installations de sécurité dans le quartier international fortifié de Kaboul. Au moins cinq personnes sont mortes et une centaine d’autres ont été blessées.
  • Dimanche, une voiture piégée a frappé le convoi du gouverneur de la province du Lôgar. Huit de ses gardes du corps sont morts dans l’attaque.

Plus tôt aujourd’hui, un raid contre un centre d’entraînement militaire de la Direction de la sécurité nationale, la branche afghane de la CIA, a tué environ 200 soldats. Les rebelles attaquants ont utilisé un blindé Humvee de fabrication américaine pour pénétrer dans le centre et le faire exploser. Une unité d’infanterie est arrivée sur leurs talons pour achever les survivants. Voir photo

Il y a de nombreux raids couronnés de succès contre des postes de sécurité et des postes de contrôle de la police périphériques, mais ils sont passés sous silence par les médias occidentaux. Le gouvernement afghan a cessé de donner le nombre de victimes.

La politique étrangère des États-Unis à l’égard de l’Afghanistan est plus absurde que jamais. Voyez comment le chef du Conseil des relations extérieures parle avec angoisse de ce qui n’est pas possiblede faire :

Richard N. Haass @RichardHaass - 13:36 utc - 14 jan 2019

Gagner la guerre, ou négocier une paix durable n’est pas vraiment possible en Afghanistan. Mais partir, comme nous sommes sur le point de le faire en Syrie, serait une erreur. Ce qu’il nous faut, c’est une stratégie ouverte et praticable pour ne pas perdre.

Qu’est-ce que c’est qu’une stratégie pour ne pas perdre, je vous le demande ? Surtout quand la situation sur le terrain s’aggrave depuis des années en dépit de plusieurs énormes opérations étasuniennes.

La guerre soviétique en Afghanistan a duré neuf ans. Mais elle a réussi à mettre en place un gouvernement stable et les Soviétiques ont laissé derrière eux une armée afghane relativement compétente. Trois ans plus tard, la Russie a mis fin à son soutien financier au gouvernement afghan. C’est seulement cela qui a donné à la guérilla la possibilité de détruire l’État.

Après 18 ans en Afghanistan, l’armée américaine semble toujours incapable de recruter et de former des forces locales compétentes.

Malgré les 8 milliards de dollars dépensés pour l’armée de l’air afghane, la force aérienne demeure incapable de se passer des Américains pour faire voler ses avions. Tout cela à cause de mauvaises décisions :

Les experts de l’aviation ont critiqué la décision de remplacer progressivement les vieux zincs des forces afghanes - les hélicoptères Mi-17 de fabrication russe – par des Black Hawks UH-60 de fabrication américaine.

M. Michel, le général à la retraite, a déclaré que le Mi-17 était ’l’hélicoptère parfait’ pour l’Afghanistan parce qu’il peut transporter plus de troupes et de matériel que le Black Hawk et qu’il est moins compliqué à piloter.

’Soyons francs’, a-t-il dit à propos du remplacement. ’C’était surtout pour des raisons politiques.’

L’armée américaine a construit une force afghane à son image :

Les entraîneurs américains ont construit une armée afghane qui dépend fortement d’une puissance aérienne que l’armée de l’air pourrait ne pas être en mesure de fournir pendant encore des années, a déclaré John F. Sopko, l’inspecteur général spécial pour la reconstruction afghane.

Comment l’armée américaine, qui depuis le Vietnam s’est montrée incapable de lutter contre les guérillas locales, a pu croire que sa technique de combat conviendrait à une force afghane, cela reste un mystère. Si les talibans réussissent à gagner la guerre sans armée de l’air, pourquoi l’armée afghane devrait-elle en avoir une ?

Les seules unités afghanes ’efficaces’ sont les brigades contrôlées par la CIA qui sont connues pour les terribles atrocités qu’elles font subir à la population civile :

Alors que M. Khan était emmené pour être interrogé, il a vu sa maison s’enflammer. A l’intérieur se trouvaient les corps de deux de ses frères et de sa belle-sœur Khanzari qui avait reçu trois balles dans la tête. Les villageois qui se sont précipités vers la maison ont trouvé le corps calciné de sa fille de 3 ans, Marina, dans le coin d’une chambre incendiée.

Les hommes qui ont fait une descente au domicile de la famille cette nuit de mars, dans le district de Nader Shah Kot, faisaient partie d’une force d’intervention afghane entraînée et supervisée par la Central Intelligence Agency dans le cadre d’une mission parallèle à celle de l’armée américaine, mais avec des règles d’engagement plus souples.

Le rapport, malheureusement publié le 31 décembre, contient de nombreux exemples de ce genre. Kate Clark mentionne aussi un incident plus récent :

Un survivant de l’attaque perpétrée dans le village de Surkai, dans le district de Zurmat, dans la province de Paktia, a raconté à l’AAN que cinq hommes de sa famille, dont trois étudiants universitaires, et un voisin, avaient été sommairement exécutés et qu’il avait été interrogé par un Américain en uniforme qui accompagnait les hommes armés afghans. Le porte-parole du gouverneur de Paktia a également confirmé que des ’troupes étrangères’ étaient impliquées dans l’opération (et le porte-parole militaire américain a affirmé que l’armée américaine n’était pas impliquée).

Pendant que les militaires et diplomates américains et l’armée afghane tentent de se concilier la population afghane, ces forces de la CIA continuent de se l’aliéner. Elles poussent la population dans les bras des talibans :

Les unités ont également opéré sans respecter les règles de la guerre conçues pour protéger les civils, en menant des raids nocturnes, en torturant et tuant presque impunément, dans le cadre d’une campagne secrète qui, selon certains responsables afghans et américains, mine l’effort américain plus large pour renforcer les institutions afghanes.

Ces abus poussent activement les gens vers les talibans, disent les responsables.

Il est probable que la grande attaque d’aujourd’hui contre les installations de la DNS vise des forces contrôlées par la CIA :

Bon nombre des forces d’attaque ont été officiellement placées sous le contrôle des services de renseignement afghans à partir de 2012. Mais de hauts responsables afghans et internationaux affirment que les deux forces les plus efficaces et les plus impitoyables, dans les provinces de Khost et de Nangarhar, sont toujours parrainées principalement par la C.I.A.

On a vu le même conflit apparaître entre les forces mercenaires militarisées de la CIA et les forces entraînées par l’armée américaine dans toutes les guerres récentes que les États-Unis ont menées. En Irak, des unités chiites parrainées par la CIA se sont heurtées à des milices sunnites parrainées par le Pentagone. En Syrie, des ’rebelles’ formés par la CIA ont fini par tirer sur des ’rebelles’ formés par l’armée américaine et vice versa. En Afghanistan, la force de nervis sous contrôle de la CIA compte entre 3 000 et 10 000 hommes. Elle aliène la population que l’armée afghane tente de protéger.

L’unité de commandement est une condition importante du succès des campagnes militaires. Du fait que les militaires travaillent dans une direction tandis que la CIA tire dans une autre, la campagne en Afghanistan continue d’échouer.

On observe un clivage similaire dans le domaine politique afghan. Il est notoire que La CIA soudoie des politiciens afghans, pendant que l’armée lance des campagnes anti-corruption. Le système politique mis en place par ces deux forces en concurrence n’est pas viable.

Les dernières élections afghanes, dont les principaux candidats étaient le Pachtou Ashraf Ghani et le Tadjik Abdallah Abdallah Abdallah, ont été entachées d’irrégularités. L’issue incertaine a conduit les États-Unis à truquer les résultats en faisant du président Ghani et d’Abudullah son ’directeur général’. Les deux hommes sont de nouveau en compétition l’un contre l’autre pour les élections qui se tiendront plus tard cette année. Elles seront aussi irrégulières que toutes les élections en Afghanistan. Le résultat contesté pourrait bien conduire à de nouveaux affrontements entre groupes ethniques.

Ce nouveau conflit va affaiblir davantage l’État afghan. Pourquoi rien n’a-t-il été fait pour l’empêcher ?

Moon of Alabama

Traduction : Dominique Muselet

»» https://www.moonofalabama.org/2019/01/disunity-of-us-commmand-lets-afg...
URL de cet article 34457
   
Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis.

Ramsey Clark
Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.