Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’extraordinaire inflation subite des comptes twitter des putschistes boliviens

Les réseaux sociaux et le coup d’Etat contre Evo Morales

Deux enquêtes indiquent que des milliers de comptes Twitter (jusqu'à près de 70 000) ont été créés dans le seul but de légitimer la destitution du président bolivien Evo Morales.

13 novembre 2019. Les défenseurs du coup d’État en Bolivie ont cherché à blanchir l’image du nouveau régime dans les réseaux sociaux ainsi qu’à légitimer la destitution du président Evo Morales. Dans le cadre d’une campagne menée sur la plateforme de microblogging Twitter, plus de 4 500 nouveaux comptes ne comptant presque aucun abonné ont été créés ces derniers jours pour positionner le hashtag #BoliviaNoHayGolpe (#Iln’yaPasdeCoupdEtatEnBolivie).

Luciano Galup, spécialiste de la communication politique et auteur du livre "Big Data and Politics", a déclaré à Página/12 qu’"il y avait une action clairement coordonnée pour créer des comptes afin de donner du volume à cette tendance". Galup, directeur de la société de conseil Menta Comunicación, a annoncé hier qu’il y avait des milliers de messages contre Evo Morales provenant de comptes qui n’avaient pratiquement aucun abonné : "3 612 comptes ont participé au hashtag #BoliviaNoHayGolpe et ils ont entre zéro et un abonné. Et le plus scandaleux, c’est qu’il y a 4 492 comptes qui ont été créés entre hier et aujourd’hui pour participer au hashtag. Ils ont créé 4 492 comptes en deux jours ", a-t-il rajouté sur Twitter. Tout en reconnaissant que beaucoup de ces comptes pourraient être authentiques - produit d’une société effervescente qui, face à la crise, ouvre un compte pour pouvoir participer - Galup a assuré que la plupart d’entre eux avaient été créés pour installer au niveau international un sentiment de perturbation démocratique en Bolivie.

"De telles actions coordonnées n’ont pas beaucoup d’impact sur la politique intérieure. Un trending topic (une tendance sur Twitter) n’a pas tellement d’impact pour les personnes qui vivent ces expériences sur place et sont sur le terrain. Mais au niveau mondial, ils peuvent fonctionner comme de la propagande", a expliqué M. Galup. Selon l’auteur du livre "Big Data et politique » (Penguin Random House, 2019), la campagne contre Evo sur les réseaux vise avant tout à légitimer le coup d’Etat et à blanchir le nouveau gouvernement illégitime. "Les dictatures et les coups d’État doivent être légitimés face à la communauté internationale, sinon il existe la possibilité d’être sanctionné. Il s’agit donc plus d’une stratégie orientée vers l’international que vers l’interne.

Evo annonçant sa démission pour éviter une escalade de la violence, Fernando Camacho entrant dans le palais présidentiel avec une Bible et un chapelet, les incendies et les pillages dans les maisons des leaders du Mouvement vers le socialisme (MAS), les mobilisations dans les rues en faveur et contre le coup d’Etat, la sénatrice Jeanine Áñez exigeant que les Forces armées interviennent pour "empêcher le bain de sang", le Pérou empêchant l’avion transportant Evo vers le Mexique de survoler son territoire, la mutinerie des prisonniers dans la plus importante prison à la Paz... Une succession d’images illustrant le coup d’État a inondé les portails des médias du monde entier. "Lorsqu’un conflit surgit et qu’un pays se retrouve dans l’œil du cyclone médiatique, leur interprétation est contestée à l’échelle mondiale. Le cas bolivien est particulier parce qu’il a les caractéristiques d’un coup d’État traditionnel avec des forces armées demandant la démission d’un président. Le nouveau gouvernement a donc un vice de légitimité d’origine ce qui oblige [ses partisans] à présenter des arguments au niveau international pour défendre son point de vue sur les évènements".

Avec des hashtags comme #EvoAsesino, #EvoDictador ou #EvoEsFraude, l’objectif est de tâcher l’image d’Evo Morales en l’accusant de corruption ou encore d’avoir "volé" les élections d’octobre dernier, tout en célébrant l’arrivée de sa remplaçante Jeanine Añez en indiquant que le coup d’Etat a finalement apporté "démocratie et liberté" au peuple Bolivien.

Maria CAFFERATA
(Pagina 12, Argentine).
Traduit par Luis Alberto Reygada (@la_reygada) pour LGS.

NOTES DU TRADUCTEUR :

Quelques jours après la parution de cet article, une enquête menée par Julián Macías Tovar (responsable des réseaux sociaux du parti espagnol Unidas Podemos) révélait comment plus de 68 000 faux comptes nouvellement créés auraient opéré sur Twiter pour « accompagner le coup d’État ». Ses analyses prouveraient qu’une stratégie visant à inonder les réseaux sociaux de propagande a été mise en place en amont du coup d’État. Selon Macías, le compte Twitter Luis Fernando Camacho est passé en 15 jours de 3 000 à 130 000 abonnés. Pour sa part, la présidente autoproclamée Jeanine Añez Chavez a vu son compte twitter passer de 8 000 à près de 150 000 abonnés. La grande majorité de ces abonnés seraient en fait des comptes automatisés (des « bots ») récemment créés et utilisés notamment pour diffuser et propager des fausses nouvelles.

Ci-après les vidéos éditées par Julian Macías dans lesquels il analyse le comportement des comptes Twitter de Luis Fernando Camacho et de Jeanine Añez Chavez :

Cuentas falsas apoyan golpe de Estado en Bolivia : Seguidores de Camacho (Youtube, 17/11/2019) : https://www.youtube.com/watch?v=zl7B-u4A_IA
Cuentas falsas apoyan golpe de Estado en Bolivia : Seguidores de Jeanine Añez (Youtube, 17/11/2019) : https://www.youtube.com/watch?v=DBom23yZvzM
Cuentas falsas apoyan golpe de Estado en Bolivia : Base de datos (Youtube, 17/11/2019) : https://www.youtube.com/watch?v=G4bmcm7UYZg

Source : Más de 68 000 cuentas falsas en Twitter apoyan Golpe de Estado en Bolivia (Rosa Miriam Elizalde, CubaDebate, 17/11/2019) http://www.cubadebate.cu/noticias/2019/11/17/mas-de-100-000-cuentas-falsas-han-sido-creadas-para-apoyar-el-golpe-de-estado-en-bolivia/

»» https://www.pagina12.com.ar/230693-las-redes-sociales-y-el-golpe-contra-evo
URL de cet article 35442
   
Même Thème
Google contre Wikileaks
Julian ASSANGE
En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice."

Mona Chollet


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.