RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Liban : « Le discours fondamentaliste est passé du côté occidental ».





Le Courrier, samedi 12 Août 2006.


L’écrivain israélien Michel Warschawski dénonce l’attaque du Liban par Israël. Loin d’être une réaction d’autodéfense, elle a pour objectif « d’apprendre aux Libanais » à ne pas tolérer le Hezbollah, selon lui.


Infatiguable militant pour une paix négociée avec les Palestiniens depuis 1967, l’écrivain israélien de gauche Michel Warschawki est persuadé que l’intervention militaire au Liban était préparée de longue date. Interrogé par téléphone à Jérusalem, le fondateur du Centre d’information alternative (AIC) www.alternativenews.org analyse la stratégie politico-militaire israélienne au Liban.


Le Courrier : De nombreux commentateurs justifient l’attaque israélienne au Liban par le droit d’Israël à se défendre. Qu’en pensez-vous ?

Michel Warschawski : Cet argument donne l’impression que le conflit avait commencé avec l’enlèvement il y a un mois de deux soldats israéliens par le Hezbollah. C’est un peu court. Israël est en guerre contre la Palestine, menace la Syrie. Quant au Liban, sa souveraineté n’a jamais été vraiment reconnue par Israël. L’aviation israélienne survole fréquemment son territoire, des commandos israéliens y procèdent à des expéditions punitives et sa flotte enlève des Libanais en mer. Israël détient aussi trois prisonniers de guerre libanais. Le cheikh Hassan Nasrallah (le chef du Hezbollah, ndlr)avait prévenu à plusieurs reprises qu’il entendait capturer des soldats israéliens pour avoir une monnaie d’échange afin d’obtenir la libération des prisonniers libanais. Israël occupe également le territoire des fermes de Chebba sur les hauteurs du Golan, revendiqué par le Liban.


La prise d’otages des soldats israéliens par le Hezbollah ne fait-elle pas partie d’une stratégie plus vaste de l’Iran et de la Syrie ?

Je ne crois pas. Il s’agissait d’un des nombreux accrochages à la frontière. Et je ne vois pas quel intérêt auraient l’Iran et la Syrie à prendre l’initiative, sachant qu’ils sont dans le collimateur des Américains.


Justement, peut-être pour dévier l’attention des Américains sur le Liban ?

Cette stratégie serait extrêmement risquée, car elle ouvrirait la voie à une extension du conflit, que ne désirent ni l’Iran ni la Syrie. Cette dernière veut au contraire relancer des négociations avec Israël, notamment sur la question du Golan, ce que le gouvernement israélien refuse.


Le Hezbollah est-il indépendant ou sous la coupe de l’Iran ?

Ni l’un ni l’autre. Un peu à l’image des Etats-Unis et d’Israël. Le soutien politique et militaire de leur allié leur est indispensable. Le Hezbollah n’est pas une marionnette de l’Iran, il dispose d’une large autonomie. Mais il n’aurait pas enlevé les soldats israéliens s’il y avait eu un feu rouge iranien. Je suggère de lire les déclarations du cheikh Nasrallah. Il parle très clairement, avec une grande cohérence, et ne cache pas son jeu. On a l’impression aujourd’hui que le discours fondamentaliste est passé dans le camps occidental, à écouter George W. Bush et Ehoud Olmert, et que les islamistes sont devenus les plus rationnels. Nasrallah est confronté à des objectifs politiques et non « civilisationnels », alors que Tel Aviv et Washington se gargarisent de « clash des civilisations ».


Quelle est la stratégie du gouvernement israélien au Liban ?

Je pense qu’une offensive se préparait depuis longtemps, coordonnée avec les Etats-Unis. Ceci dans le but d’ouvrir un deuxième front dans ce qu’ils appellent la « lutte contre le terrorisme », voire « les peuples terroristes ». Mais cette offensive est disproportionnée. Il y a une brutalité irrationnelle (plus de mille morts au Liban, dont une majorité de civils ndlr). C’est une sorte d’ivresse de la puissance. On ne peut accepter que « ces petits », le Hamas, le Hezbollah, ou le Liban, osent nous narguer.


L’armée israélienne vise-t-elle délibérément des civils ?

Non, mais il y a eu un changement dans la manière dont on perçoit les victimes civiles. Au temps de la guerre du Liban, il y a vingt-cinq ans, Israël considérait qu’occasionner des pertes civiles signifiait un échec de l’opération. Cela n’est plus le cas aujourd’hui. On bombarde un site ou une ville sachant délibérément qu’il y aura de nombreux morts civils. Washington considère que la quatrième Convention de Genève n’est plus applicable.


Que cherche Israël en détruisantles principales infrastructures du Liban ?

Là , on rentre dans l’aveuglement. L’idée d’Israël, vieille comme le colonialisme, c’est de faire en sorte que les Libanais n’aiment pas le Hezbollah, qu’ils le blâment pour les malheurs arrivés au pays. Or, l’histoire démontre à 100% que c’est toujours l’inverse qui résulte de ce type de stratégie. En menant une guerre contre la population et les symboles du Liban, Israël fait passer le message contraire à celui qu’il voulait. La population sympathise davantage avec le Hezbollah. Pour la première fois, on retrouve de l’estime pour le Hezbollah même dans les quartiers chrétiens au Liban. La logique israélienne est militaire, pas politique : « On frappe, on frappe, ils apprendront ».


La résolution américaine et française au Conseil de sécurité pourrait-elle rétablir la paix ?

Elle s’est beaucoup améliorée. Au début, il s’agissait d’une résolution américaine, à laquelle s’était ralliée la France, visant à démanteler le Hezbollah en envoyant une force d’intervention internationale. Un projet qui aurait inévitablement déclenché une guerre de guérilla au Liban, menée par de nombreux groupes, ce qui aurait conduit au chaos. Aujourd’hui, on parle plutôt de force d’interposition entre les parties en conflit. Et une bonne partie de la classe politique - contrairement aux Américains et aux Israéliens - considère le Hezbollah comme un parti au pouvoir, avec qui on peut négocier. Non pas comme une organisation terroriste, mais comme un mouvement de masse soutenu par une grande partie de la population. Le Hezbollah est prêt à envisager un accord sur les fermes de Chebba et les prisonniers politiques, et il le respectera. Son démantèlement éventuel ne pourra intervenir qu’après, à la suite d’un processus de dialogue interne au Liban sur le désarmement des milices des différents partis.


Le mouvement pour la paix recule en Israël


Comment réagit la population israélienne à l’intervention au Liban ?

La majorité de la population continue à penser qu’il s’agit d’une guerre d’autodéfense ; « on ne leur a jamais rien fait, pourquoi nous attaquent-ils ? » Les centaines de roquettes qui s’abattent sur le nord d’Israël renforcent cette idée. Mais une lassitude commence à s’installer, d’autant que la guerre a entraîné des centaines de milliers de déplacés. Dans les médias, il y a de plus en plus de critiques. On commence à parler d’échec car aucun des objectifs de l’armée n’a été réalisé. Deux camps qui se dessinent, ceux qui veulent doubler la mise et conquérir le Liban pour en finir militairement et ceux qui souhaitent négocier. Mais il n’y a pas de division gauche-droite. Le leader du Parti travailliste, Amir Peretz, est le plus va-t-en guerre des ministres. Alors qu’Ehoud Olmert, de Kadima, souhaite négocier. Même le parti de la gauche de la gauche, Meretz, soutient la guerre.


Où en est le mouvement pacifiste en Israël ?

Le grand mouvement « La Paix maintenant », qui a beaucoup contribué au retrait des troupes israéliennes en 2000, soutient à présent la guerre, même s’il critique sa disproportion. Quant aux opposants, nous réussissons à réunir 4000 à 5000 personnes lors de manifestations à Tel Aviv. Nous nous mobiliserons ce samedi (aujourd’hui, ndlr) devant la prison militaire pour protester contre l’emprisonnement de trois soldats ayant refusé de servir au Liban.


Le Liban éclipse quelque peu la guerre en Palestine... Que s’y est-il passé ?

Depuis le début de la guerre au Liban, il y un mois, 163 personnes, dont une majorité de civils, ont été tués par l’armée israélienne à Gaza et en Cisjordanie. Et ce toujours sous le prétexte de retrouver le soldat enlevé à Gaza. On bombarde des quartiers dans ce but. En réalité, la logique est la même qu’au Liban, « on va leur apprendre », une phrase au coeur des discours politiques israéliens. Mais les Palestiniens refusent d’« apprendre » depuis cinquante ans.


Propos recueillis par Chrsitophe Koessler


- Source : Le Courrier de Genève www.lecourrier.ch



Les intérêts de Washington dans la guerre d’Israel, par Seymour M. Hersh.


De Gaza au Liban : une initiative 100% israélienne, par Michel Warschawski.

Liban : La guerre préventive permanente d’Israël et les limites de l’unilatéralisme, par Michel Warschawsky.




- Photo : Xavier.
M. Warschawski en Juillet 2005 avec la 107e mission de protection du peuple Palestinien. http://ccippp34.protection-palestine.org


URL de cet article 3991
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

"L’Industrie du mensonge - Relations publiques, lobbying & démocratie"
Sheldon Rampton, John Stauber
En examinant le monde des lobbyistes, ce livre dévoile l’ampleur des manipulations pour transformer l’« opinion publique » et conforter les intérêts des grands groupes industriels. Des espions aux journalistes opportunistes, en passant par des scientifiques peu regardants et de faux manifestants, l’industrie des relations publiques utilise tous les canaux possibles pour que seule puisse être diffusée l’information qui arrange ses clients - gouvernements et multinationales, producteurs d’énergie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le journalisme véritablement objectif non seulement rapporte correctement les faits, mais en tire leur véritable signification. Il résiste à l’épreuve du temps. Il est validé non seulement par des "sources sûres", mais aussi par le déroulement de l’Histoire. C’est un journalisme qui, dix, vingt ou cinquante ans après les faits, tient encore la route et donne un compte-rendu honnête et intelligent des évènements.

T.D. Allman (dans un hommage à Wilfred Burchett)

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.