RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Libye : ces morts qui indiffèrent

Où sont-ils ces « amis du peuple libyen », ces patrons de presse et leurs reporters, ces ONG, qui se sont mobilisés des mois durant pour nous faire croire que les Libyens faisaient une « révolution » ? Où se terrent ces « analystes » de plateaux qui ont fourni au monde l’image de « révolutionnaires » épris de liberté, de démocratie et de justice ? Que peut dire, aujourd’hui, Barack Obama qui a lâché ses vassaux sur la Libye et les a aidés à la détruire, au nom de sa « libération » de la « dictature » de Mouammar Kaddafi ? Plus personne n’est là pour répondre de son crime ou de sa participation au crime. L’affaire a été pliée, on passe à autre chose, la Syrie.

Mais là-bas c’est plus coton que prévu. En Libye les « révolutionnaires » se disputent les lambeaux du pays ravagé par l’armada aéroportée de l’OTAN. Ils se coupent des morceaux de territoire, terrorisent, emprisonnent et tuent. Ces jours-ci les Zentanis et les Misratis s’entre-tuent pour le privilège de garder les infrastructures pétrolières. Les morts qui s’accumulent ne comptent pas. Personne ne s’attarde à leur chevet. Ils ne sont pas intéressants pour l’épopée « civilisatrice ». Quand on en parle c’est en passant, sans commentaires. Simple statistique qui illustre un article. Les milliers de prisonniers torturés par les milices, aussi, n’existent presque pas, sauf quand une ONG reconnue veut faire bonne figure, obligeant les Nations unies à se fendre d’un communiqué qui déplore les faits.

Le pouvoir issu de la « révolution no fly zone » n’en peut mais. A-t-il seulement été prévu pour diriger quoi que ce soit ? Nul doute que non, puisqu’il étale superbement sa nature de fiction politique héritée de ce CNT exhibé dans les capitales occidentales, le temps que les bombardements « chirurgicaux » fassent leur œuvre. C’est-à-dire fournir le tapis de cadavres sur lesquels vont s’avancer les « Thouars », drapeau d’Idriss au vent, jusqu’à ce jour où fut assassiné Kaddafi provoquant le rire carnassier de Hillary Clinton et de ses compères dans la prédation. Maintenant, peut-être, puisque la guerre que se mènent les hordes armées compromet quelque peu l’exploitation du pétrole, va-t-on assister à un retour des « amis ». Cette fois-ci, pour mettre tout le monde d’accord. Ce qui expliquerait ce silence sidéral sur la situation qui prévaut. Un appel éploré viendra certainement de ce pouvoir confiné dans ses quartiers à Tripoli, qui appellera à l’aide. Plus besoin ni de l’ONU et pas de risque de veto russo-chinois. Il s’agit d’une affaire qui relève de la « souveraineté » libyenne. Se concrétiseront alors les objectifs de la « révolution no fly zone ».

Reste à savoir jusqu’où l’OTAN laissera faire ceux à qui elle a fait croire qu’elle leur a réellement donné un pays. Possiblement, parce que la chose est dans l’air, il sera attendu que se fasse la partition de la Cyrénaïque, c’est-à-dire des gisements d’hydrocarbures, ce qui permettra de se débarrasser de quelques millions de Libyens qui prétendent à la manne. Ils n’auront qu’à se débrouiller avec ce qu’il leur restera comme désert à fructifier, s’ils le peuvent et s’ils arrivent à se mettre d’accord.

Nazim Rochd

»» http://www.lejourdalgerie.com/Editions/300613/une/Lejour.htm
URL de cet article 21235
  

Même Thème
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

There is no French word for entrepreneur.

George Walker Bush

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.