RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Loi travail : La lutte des classes en France

Si Marx vivait encore, une nouvelle occasion d'ajouter une nouvelle "saison" à sa "lutte des classes en France" lui serait fournie.

Tous les ingrédients dignes de son talent sont présents.

- Un président socialiste dévalué par ses reniements apparents mais largement prévisibles dès sa candidature.

- Un parti du président, jadis populaire, doyen des partis français, en voie d’implosion entre deux minorités diamétralement hostiles et une majorité, centriste, d’intérêts particuliers voire personnels.

- Une droite, idéologiquement unie, mais aux prise avec des ambitions personnelles aussi multiples que massacrantes.

- Et une extrême droite qui est unie sur une seule candidature, appuyée sur un programme dont la véhémence attrape-tout permet, depuis des décennies une progression régulière au dessus des deux chiffres au delà des quel la crédibilité devient préoccupante pour ses adversaires.

- Enfin une extrême gauche minoritaire qui se partage entre ceux qui veulent refaire le Front Popu en unifiant les prolétaires de toute la gauche et ceux qui, depuis 1917, rêvent au "Grand Soir" d’octobre 17 ou de la "sociale" de 1848, ou 1871.

Tout ce monde essaie de peser, au grès de chaque événement, sur les comportements politique de la classe immensément majoritaire dans cette France du XXIe siècle, à savoir ceux qui doivent travailler pour vivre, j’ai nommé le prolétariat moderne fait d’autant de cols blancs que de cols bleus. Etant bien entendu qu’une autre classe, extrêmement minoritaire en nombre, mais extrêmement majoritaire sur les comptes bancaires, à savoir la bourgeoisie, manoeuvre, elle, au grès des circonstances pour que ses intérêts matériels gardent toujours leur primauté. Son parti est unique. Jamais il ne participe directement aux élections ni au gouvernement, mais le sous parti qui obtient son soutient a toujours de bonnes chance de l’emporter, tant sont puissants les médias qu’il commande. Ce parti unique, c’est le Medef.

Depuis janvier 2016, des observateurs se demandent si le moment pour introduire la "réforme" du code du travail a été bien choisi. Mais avait-il un autre moment disponible ? A un an des présidentielles, le Medef commence à préparer ses chevaux. Le meilleur cheval, Hollande le sait, sera celui qui aura donné les preuves les plus tangibles. Dans les sondages, les autres sont devant, mais, dans leur besace, ils ont des programmes, mais aucune garanties sur leur application, alors que Hollande, lui, a, encore plus d’un an, pour faire du concret.

Toute l’histoire de la loi El Khomri est là. Le Medef veut faire baisser le prix de la force de travail. Si Hollande y parvient, l’artillerie du patronat pourrait passer de son côté et dans nos médias préférés, Juppé deviendrait alors trop vieux, Sarko trop agité, Lemaire trop tendre etc... et finalement, avec un gros câble à la patte, Hollande, pour cinq petites années, ne serait-il pas, parmi tous, le plus passable ? Refrain sur tous les plateaux.....

Voilà pourquoi le tandem Hollande-Valls a réalisé dans ses moindre détail un montage où plusieurs sorties de secours étaient prévues sauf sur "l’inversion des normes" et les heures sups à 10% (contre les 25% actuels) ; deux éléments qui condamnent, rapidement, aussi bien les conventions collectives (acquises en 36), qui alignent les situations par le haut, que les 35h de Martine Aubry. et leur cortège insupportable, pour le MEDEF, de RTT. La commercialisation de ce produit a été confiée à une enfant de l’immigration, sans doute pour montrer que les immigrés apprécient les salaires en baisse.

Ainsi, pour sauver une petite place dans l’histoire de France, et un brin de vanité, Hollande aura, dans un accord tacite avec le MEDEF, pris le risque d’exploser son parti en reniant deux de ses plus positives actions historiques. Reste une inconnue dans les plans hollandistes : comment cette manip va s’interpréter dans la gauche du prolétariat ? Ici, ceux qui avaient déjà de gros doute en 2012 ont, manifestement, fait des petits. Alors que l’assiette du MEDEF déborde, celle du prolo ne contient plus qu’une arête d’un minuscule poisson. Cette image accompagne la contestation anti loi El Khomri qui dure depuis des mois, et c’est finalement sans doute là que se joue la candidature de Hollande puisqu’un retrait lui retirera, automatiquement, l’appui du MEDEF.

Du coup le retrait de cette loi remettrait la vrai gauche, celle qui ne suivrait pas Macron (candidat de survie du hollandisme), au centre du jeu avec une possibilité, si les égos individuels s’effaçaient devant les intérêts des prolétaires, de battre, dès le premier tour, tous les candidats du MEDEF. Et, du même coup, le combat contre cette loi pourrait, de loin, dépasser son objet.

Les prochaines semaines vont donc être décisives pour toute la politique française.

CN46400

URL de cet article 30364
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un ouvrage aussi important que passionnant. Les conclusions politiques laissent parfois un peu à désirer, mais la démarche sociologique est de premier plan. Et puis, disposer d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réfléchir à partir d’autres référents, d’autres hiérarchies aussi. Ce livre répond brillamment à la question cruciale : pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ? L’auteur articule, de manière puissante et subtile, les questions écologiques, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus grand crime depuis la deuxième guerre mondiale a été la politique étrangère des Etats-Unis.

Ramsey Clark
Ministre de la Justice des Etats-Unis sous la présidence de Lyndon Johnson

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.