RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
87 
Un article qui va déplaire aussi à Pierre Laurent

Macron ou le casseur de France

On a tout dit à gauche sur le caractère antisocial du macronisme. Même un aveugle verrait en effet que ce président-« trader » favorise par tous les moyens sa caste oligarchique aux dépens des « petites gens » « qui ne sont rien » : code du travail, conventions collectives, statuts, subventions aux communes, impôt sur la fortune, APL, « tout doit disparaître » pour « rembourser la dette », rentrer dans les clous de Maastricht, désosser la fonction publique, privatiser EDF, purger les retraités, aggraver la sélection à l’Université, augmenter la contribution française à l’OTAN et surtout, « baisser le coût du travail », comme l’exige le monstrueux MEDEF.

Mais on attend plus des marxistes que de constater ce que tout travailleur de base aperçoit du premier coup d’œil (56 % des citoyens n’a pas voté au second tour des législatives, bien plus si l’on prend pour base la population ouvrière et employée : nombre d’ouvriers savent qui est Macron et ne le reconnaissent pas comme leur président !), à savoir le contenu grossièrement anti-ouvriers, anti-fonctionnaires, anti-chômeurs, anti-artisans, anti-petits paysans de la politique Macron. Le rôle des marxistes n’est pas de répéter ce que tout le monde voit par lui-même, il est de montrer la cohérence stratégique de la politique capitaliste et de lui opposer une contre-cohérence progressiste et révolutionnaire. Or la politique antisociale de Macron est adossée à sa politique ANTINATIONALE, ANTIDEMOCRATIQUE (voire fascisante) et IMPERIALISTE.

Antinationale : rien qu’aujourd’hui, 27 septembre 2017, on apprend qu’Alstom, c’est-à-dire le TGV dont certains actifs ont déjà été abandonnés à General Electrics (EU), va passer sous le contrôle de l’allemand Siemens (tout en gardant quelque temps un président « français » pour l’image), tandis que la « nationalisation provisoire » des Chantiers de St-Nazaire, cet amuse-gogos de l’été, cède déjà la place au rachat par Fincantieri (Italie). On apprend aussi que Macron veut des listes transnationales aux européennes. Ben voyons... Qu’il souhaite au plus tôt un « gouvernement de la zone euro » ; une « défense européenne complémentaire de l’OTAN » ; bref le contrôle germano-étasunien sur la force de frappe française (alors que le nationalisme allemand le plus rétrograde vient de faire un bond qualitatif au Bundestag et que les EU sont dirigés par un homme préhistorique !). Et au jour le jour, on constate le désossage de la République une et indivisible au profit des « grandes régions » (en fait, des nouveaux Länder « français ») et des « euro-métropoles » (Macron appelle cela le « pacte girondin », ce qui est un hommage a contrario à Robespierre) ; sans parler du lâche abandon quotidien au tout-anglais de ce veule gouvernement de « managers » (il n’y a même plus, ne serait-ce que pour la frime, de ministère de la Francophonie).

Bref, les écolos qui dénoncent à raison la fonte des glaciers sous l’effet du réchauffement climatique devraient s’intéresser de plus près à la fonte des nations libres et de la diversité des langues sous l’impact totalitaire de l’euro-mondialisation néolibérale...

Très logiquement, cette politique est grossièrement impérialiste, ce qui signifie de moins en moins « nationale » (soit dit à l’usage de ceux qui croient que « le nationalisme », ce leurre idéologique, fut à l’origine des guerres IMPERIALISTES du 20ème siècle !), néocoloniale en Afrique (Libye, Centrafrique, Mali...), déstabilisatrice au Proche-Orient (où un soldat français, tiens, tiens ! vient d’être tué lors d’un engagement au sol : on ne sache pas que le Parlement ait donné un quelconque feu vert à ce sujet...), pousse-au-crime en Ukraine où toute l’UE soutient un gouvernement cyniquement pronazi, pourvu qu’il s’affiche belliqueusement anticommuniste (interdiction du PC ukrainien) et antirusse...

Enfin la politique de Macron est fascisante avec la tentative d’inscrire l’état d’urgence dans la loi ordinaire, c’est-à-dire de permettre en permanence à la police (donc au pouvoir exécutif, au besoin cautionné par un « juge » administratif qui n’entendra jamais préalablement que la police, jamais la personne « suspecte ») d’agir avec le plus total arbitraire. Quelle tristesse à ce sujet, que des démocrates, et plus encore, des « marxistes » aient par deux fois cautionné Macron au second tour (comme les mêmes avaient déjà cautionné les « antifascistes » bien connus Estrosi et Xavier Bertrand !) en l’érigeant en « barrage antifasciste » face à Le Pen, comme, bien plus gravement encore, des fort étranges « communistes » ont cru bon, symétriquement, de voter Le Pen au second sous couvert de patriotisme (sans comprendre que lepénisme et macronisme fonctionnent ensemble, comme une tenaille politique broyant l’alternative révolutionnaire) !

Il s’ensuit que face à cette cohérence antisociale, antinationale, antidémocratique, anti-pacifique, le mouvement populaire doit réagir de manière globale. C’est ce que lui propose de faire le PRCF en avançant l’idée d’un Front antifasciste, patriotique, populaire, pacifique et écologique qui frapperait le mal à la racine : le capitalisme mondialisé et sa stratégie délétère de substitution aux nations souveraines d’un Empire euro-atlantique baptisé « construction européenne ».

Combattre « seulement » la politique antisociale sans dire un mot contre l’UE, comme le fait encore la gauche politico-syndicale établie, c’est en réalité desservir le progrès social. Et se réclamer du patriotisme en rejetant toute forme de lutte anticapitaliste, c’est en réalité enterrer la France en la coupant de son meilleur défenseur de toujours : la classe ouvrière.

Il fut un temps, celui du Front populaire, de la Résistance, de la Libération, des années 50 à 70, où le grand PCF des Cachin, Duclos, Thorez, Frachon, Croizat, Marcel Paul, « tenait » l’ensemble de ces combats : c’est ce que symbolisait l’union des drapeaux rouges et tricolores, de l’Internationale et de la Marseillaise. Par conséquent, si nous ne voulons pas perdre jusqu’au dernier acquis social et la dernière liberté démocratique, tout en perdant notre pays lui-même, il urge que renaisse un vrai parti communiste portant toute cette cohérence politique antifasciste, patriotique, démocratique, pacifique, en la tournant contre à la fois contre le MEDEF, l’UE, l’OTAN, l’euro, Le Pen (de plus en plus ralliée à l’UE) et contre le capitalisme lui-même.

C’est à quoi s’évertue le PRCF qui mérite d’être, non seulement soutenu, mais rejoint par tous les communistes pleinement conscients des urgences de l’heure.

Retrouvez les billets rouges de Floreal, Aris et les autres sur www.initiative-communiste.fr

»» http://https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/ma...
URL de cet article 32372
  

Les caisses noires du patronat
Gérard FILOCHE
A quoi servent les 600 millions d’euros des caisses noires du patronat, et où vont les 2 millions d’euros distribués chaque année en liquide par l’UIMM et le Medef ? Gérard Filoche dénonce ce scandale du siècle au coeur du patronat français. Il soulève toutes les questions posées par ce trafic d’argent liquide qui circule depuis si longtemps au Medef et montre comment le patronat se servait de cette caisse anti-grève pour briser la fameuse concurrence libre et non faussée. Denis Gautier-Sauvagnac, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.