Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

18 

On a tous sur soi la carte du parti

À chacun de juger s’il a « en lui quelque chose de Tennessee », comme le chantait jadis Johnny Hallyday : ce qui est sûr en tout cas, c’est que tous les Français, y compris les anticommunistes les plus sots, portent sur eux sans s’en douter la carte du Parti communiste français !

Oh, il ne s’agit pas de celle du PCF-PGE actuel qui, sur bien des sujets (adhésion à la « construction européenne » et ralliement irréversible à l’ « eurocommunisme » obligent) tourne le dos au grand PCF ouvrier, patriote et marxiste-léniniste qui fut le fer de lance de la Résistance armée et des conquêtes de la Libération.

Il s’agit, si l’on veut, de la carte du parti communiste idéal, celui dont le mot d’ordre impérissable, qui définit même d’après Marx le « mode de répartition » propre au communisme et s’énonce ainsi : « de chacun selon les moyens, à chacun selon ses besoins ». Ce mot d’ordre est en effet celui de la Sécurité sociale à la française telle que l’institua Ambroise Croizat, député communiste du Chemin de l’honneur et secrétaire national de la CGT-Métallos. Emprisonné durant la guerre, Croizat fit partie du gouvernement de la Libération et on lui doit aussi – excusez du peu ! – les retraites par répartition, le code du travail, les comités d’entreprise et la généralisation des conventions collectives de branche. Bref, tout ce que Macron, après Sarkozy et Hollande, a entrepris de démanteler sur les injonctions convergentes de l’UE et du MEDEF (dont le n°2 sommait Sarkozy, alors tout nouveau président de la République de « démanteler le programme du CNR », ce hideux « compromis entre gaullistes et communistes » conclu à une époque où « le PCF obtenait près d’un tiers des voix », où la CGT syndiquait « cinq millions de salariés » et où l’ « Armée rouge campait à quelques centaines de kilomètres de nos frontières » : disait Denis Kessler dans l’édito de Challenges en novembre 2007 !).

Bref, le pire anticommuniste, quand il se rend à l’hôpital pour y faire soigner aux frais de la Sécu son infarctus, la malformation cardiaque de son épouse ou telle autre affection très coûteuse à traiter, profite à son insu d’une avancée d’inspiration clairement communiste. Et qui est intimement liée aux sacrifices sans égal consentis par les communistes durant la Seconde Guerre mondiale !

Cela ne signifie nullement que la Sécu représenterait on ne sait quel îlot de communisme au sein du capitalisme comme le ressassent certains théoriciens réformistes. Bien évidemment, le pouvoir politique et les moyens de production étant restés aux mains des capitalistes dans notre pays, tout est fait pour limiter, et quand c’est possible, dévoyer la noble institution de la Sécu au profit de l’industrie capitaliste du médicament. Mais l’orientation principale de la grande bourgeoisie française s’agissant de la Sécurité sociale, de la démission surprise de De Gaulle en 1946 au plan Juppé de 1995 en passant par les ordonnances sur la Sécurité sociale édictées par Pompidou en 1967, est bien d’éradiquer la Sécu à la française, comme elle est d’araser s’il est possible le statut de la fonction publique et le SMIC (institués par Maurice Thorez), d’en finir avec les retraites par répartition (au profit de la « retraite aux points » chère à Macron) et de briser le secteur public industriel que mirent en place les ministres résistants François Billoux, Charles Tillon et Marcel Paul, membres ô combien dynamiques du gouvernement de 1945 issu du CNR.

Mais cela en dit long sur l’acharnement revanchard de la grande bourgeoisie à l’encontre de la Sécu. Au-delà de l’immense manne financière que constituerait pour le capital, et notamment pour le secteur assurantiel, sa mainmise définitive sur les fonds considérables encore gérés par la Sécu ou par les caisses de retraite, il s’agit d’abattre le mauvais exemple permanent que donne aux citoyens français un mode de gestion des dépenses sociales qui est fondé sur les besoins et non sur le tout-profit. Un tout-profit que le grand patronat et son UE de malheur voudraient faire régner sans partage dans tous les secteurs. Alors, pensez-y la prochaine fois qu’un ignorant agressif tempêtera devant vous contre le communisme tout en bénéficiant au quotidien de la Sécu et des autres grandes avancées arrachées par les communistes de 1945 à 1947 !

»» https://www.initiative-communiste.fr/articles/billet-rouge-2/on-a-tous...
URL de cet article 35184
   

Europe Israël : Une alliance contre-nature
David CRONIN
Israël est souvent perçu comme le 51ème État des États-Unis. Désormais, il serait en passe de devenir membre de l’Union européenne. David Cronin a parcouru les couloirs de Bruxelles pour interroger hauts fonctionnaires et diplomates. Il a épluché les programmes européens et examiné les liens étroits que tissent les entreprises du continent avec ce petit État du Moyen-Orient. Loin des discours officiels, vous trouverez dans ce livre les résultats d’une enquête déroutante qui montre comment le prix Nobel (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est un paradoxe que la nation qui a tant fait pour intégrer les droits de l’homme dans ses documents fondateurs se soit toujours opposé à la mise en place d’un cadre international pour protéger ces mêmes principes et valeurs.

Amnesty International - "United States of America - Rights for All" Oct. 1998

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.