Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

11 

Affaire Epstein, l’humeur reste Mossad et Robert Maxwell a bien été assassiné.

Le sex-people autour de l’affaire Epstein, après l’avatar Wenstein, n’a aucun n’intérêt pour qui ne remonte le passé. Celui de Ghislaine Maxwell, décrite aujourd’hui comme rabatteuse d’adolescentes pour le plaisir du millionnaire pédophile et celui de ses amis puissants. Intérêt encore si on remonte aussi dans la vie de son père, Robert Maxwell, tycoon de presse, mort par noyade aux Canaries le 5 novembre 1991.

La carrière de Robert Maxwell – un Tchèque de confession juive – commence en 1940 quand, parvenant à échapper à l’Holocauste, il se réfugie à Londres pour devenir interprète de l’armée britannique. Cette jeune carrière va bientôt le conduire à Prague et sur le front de l’Est, là où se rencontrent deux lames des forces de libération du nazisme : celle des Occidentaux et celle des Soviétiques. Le plus souvent l’ambiance vécu par le jeune traducteur ressemble à celle décrite dans le film « Le Troisième Homme » : espionnage, trahison, double jeu. L’habile Maxwell, devenu citoyen britannique, sait se faire l’ami et le confident de certains as du KGB. A Berlin, dans une ville qui n’est plus qu’une ombre, il lance de petits réseaux de marché noirs. Avec cet argent il peut prendre la main chez l’éditeur allemand Springer Verlag, spécialiste des publications scientifiques, mais interdit d’exercice après son engagement nazi. C’est le début d’une aventure qui va, en 1985 alors qu’il a été élu député travailliste, le conduire à la tête du groupe britannique « Mirror » journal « de caniveau » (mais « de gauche ») qui publie le « Daily » et le « Sunday » Mirror.

Pendant toutes ces années Maxwell n’a jamais perdu le contact avec ses amis vrais des services israéliens au point de devenir un homme de confiance capable d’informer et d’assister le Mossad. Et même, s’il le faut, de blanchir l’argent du service. En 1986 Maxwell aide Israël à récupérer Mordochai Vanunu, un employé de la centrale atomique de Dimona qui révèle aux journaux quelques secrets de l’arsenal nucléaire de Tel-Aviv. Maxwell et des « journalistes-agents » du « Mirror » tendent un piège à Vanunu qui s’est réfugié à Londres. Sur la route du « lanceur d’alertes », ces défenseurs d’Israël placent « Cindy », une jolie jeune femme qui travaille pour le Mossad. Elle et l’équipe du Mirror arrivent à convaincre Vanunu d’aller passer un week-end à Rome. C’est là que des barbouzes du Mossad l’attendent et l’embarquent en bateau pour Haïfa. Maxwell a bien mérité du sionisme.

Puisqu’il est de « gauche », alors que sa femme est Française, Maxwell finance un morceau de la Grande Arche de la Défense voulue par Mitterrand pour qui, il devient une sorte de frère des bonnes œuvres. La vie de Maxwell semble se dérouler avec cette absence d’angoisse qui est celle des milliardaires... Quand le monde apprend, un peu éberlué, que le magnat est mort en tombant à l’eau depuis le pont de son yacht le « Lady Ghislaine », navire qui porte le nom de sa fille adorée. Le 6 novembre à l’aube je suis présent aux Canarie tentant de donner une explication à cet incompréhensible plongeon nocturne.

Dans un centre de téléphone public de l’île, je pince le commandant du yacht en conversation avec un correspondant qui, enquête faite, répond sur une ligne spéciale réservée à la CIA. Ce qui est bien étrange... Les Espagnols salopent l’autopsie : Maxwell est mort noyé. Rien de plus. A Jérusalem l’homme est enterré au « Carré des Justes », celui des bienfaiteurs de l’État.

Un an plus tard je parviens à me procurer l’autopsie de Maxwell. Non pas celle d’Espagne mais celle réalisée à Tel-Aviv, dans les locaux du Shin Bet, l’équivalent de notre DGSI. La musique n’est pas la même, le légiste anglais imposé par la compagnie d’assurances est formel : cet homme a été assassiné (traces de coups et de piqûres).

L’explication est la suivante. Ayant trop joué au loto du grand capital, sans moyens suffisants, c’est un Maxwell au bord de la banqueroute qui vient de dérober l’argent de la caisse de retraite de ses employés du groupe « Mirror ». Voulant se remplumer, le tycoon en déconfiture lance deux actions. La première est de récupérer une partie de l’argent qu’il a fait gagner au Mossad en le blanchissant. La seconde est de relancer ses amis, ex-Soviétiques, devenus Russes. La chute de l’empire a laissé place à un tel chaos que Maxwell est convaincu qu’un corrompu de l’appareil militaro-industriel peut mettre à sa disposition des armes de destruction massive que lui, Maxwell, peut vendre à un pays « mal intentionné », du genre Irak ou Iran.

C’en est trop ! La CIA et le Mossad décident alors de liquider leur meilleur ami. Laissant orpheline la jeune Ghislaine qui, très vite, grâce à Epstein et autres réseaux va redevenir une femme puissante. Tout en continuant de cultiver des liens avec ceux qui ont tué son père, et qui fréquentent aussi Epstein.

Étrange, par exemple, que sur une photo, on voit Ehud Barak, ancien premier ministre israélien, sonner à la porte du palais newyorkais d’Epstein. Un Barak qui fût longtemps le bras armé du Mossad, et même décoré pour ses « exploits ! ».

Jacques-Marie BOURGET

URL de cet article 35185
   
Un futur présent, l’après-capitalisme, de Jean Sève
Michel PEYRET
Une façon de dépasser le capitalisme Le livre de référence L’essai de l’historien Jean Sève intitulé Un futur présent, l’après-capitalisme (La Dispute, 2006). Ce livre propose une interprétation du mouvement historique actuel dans le sens du dépassement possible du capitalisme. Il énonce ce qu’il envisage comme des preuves de l’existence actuelle de « futurs présents » qui seraient autant de moyens de ce dépassement du capitalisme déjà à l’oeuvre dans le réel. Sur la question économique, la gauche est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Al Qaeda est aux médias ce que Stéphanie de Monaco est à "Questions Pour Un Champion".

Viktor Dedaj


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
118 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.