Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

En traversant la rue vous trouverez de la brioche

Manger !

La colère jaune est à son comble et les raisons se manifestent partout. Pour les entendre en direct et non en différé, il suffit d’aller à la rencontre des gilets-jaunes sur les points de blocage ou de filtrage qu’ils organisent

La colère jaune est à son comble et les raisons se manifestent partout. Pour les entendre en direct et non en différé, il suffit d’aller à la rencontre des gilets-jaunes sur les points de blocage ou de filtrage qu’ils organisent. Il faut avoir l’oreille dure pour ne pas saisir l’évidence qu’une grande partie du peuple souffre car il n’en peut plus de donner pour que ne s’effritent pas les dividendes des riches.

Et pourtant, même les micros de France-Inter ont encore la membrane assez sensible pour saisir le cri le plus poignant, le plus central de la révolte : « manger », « savez-vous ce que veut dire manger ? » demande une protestataire à un ancien conseiller de Macron. La langue de bois n’a plus de tiroir et c’est le silence plateau. Nous sommes bien à la limite du supportable, là où il n’y a rien à dire, mais où il est urgent d’agir au mieux, sinon ce n’est qu’un début sur les Champs-Élysées ou ailleurs. Le lendemain, sur le barrage filtrant au péage d’Agen, une aide-soignante pleure sa colère devant ses fins de mois qu’elle n’arrive plus à boucler. Mais quel culot, quelle arrogance ; pensez un peu à la fin du monde que diable ! Et si vous voulez du pain, vous connaissez le chemin : en traversant la rue vous trouverez même de la brioche. Eh oui, on lui demande de penser à la fin du monde, alors qu’elle ne peut plus assurer ses fin de mois.

Et ce n’est pas en ouvrant les cuisines du Palais de l’Élysée que ça ira mieux, ni en faisant passer en boucle sur les écrans de télé-Macron les scènes d’affrontements avec les forces de l’ordre, les esquisses de barricades, les feux de camps, les arrestations musclées car le peuple jaune est celui de la complexité.

  • Il est jeune, il est femme, il est homme, il est retraité, il est en activité, il est de la ville, il est de la campagne, il est producteur de richesses dont il n’est pas le gérant, il est membre d’un parti politique ou il ne l’est pas, il peut croire au ciel ou ne pas y croire, il est surtout en colère, courageux, décidé, sans oublier d’être joyeux. Allez les rejoindre sur le terrain qu’ils occupent et vous rencontrerez des gilets-jaunes heureux, dans la chaleur d’un regroupement et la découverte des autres par le truchement de paroles libres, sans hiérarchie, affamés de démocratie : « ce qui compte, c’est de s’écouter les uns les autres et de construire ensemble ».

Alors, quand j’entends Hollande, ce président amidonné qui a fait le lit de Macron, avoir l’outrecuidance de soutenir du bout des lèvres, en dénonçant les violences, je m’étonne et je me demande de quelles violences il parle.

Car notre gouvernement, qui appauvrit les pauvres, prend le chemin d’une toute autre violence, celui de la déshumanisation. C’est d’abord un gouvernement de casseurs du service public et par conséquent de la fraternité. Et lorsque Philippe se dit choqué par le non respect des symboles qui rassemblent, il oublie de parler d’une des plus belles promesses de rassemblement que fut le discours du Général de Gaulle le 23 septembre 1944, au Palais de Chaillot, promesse du Conseil National de la Résistance : « Tout en donnant à chacun le maximum possible de libertés et en encourageant dans tous les domaines l’esprit d’entreprise, elle veut faire que dans tous les cas, l’intérêt particulier cède devant l’intérêt général et que les grandes sources de la richesse commune soit dirigées et exploitées non pas pour le profit de quelques uns mais pour l’avantage de tous ».

Le moment est donc venu de faire éclore cette promesse en prenant en compte les 42 propositions des « directives du peuple » que les gilets-jaunes ont envoyées aux élus.

Guy CHAPOUILLIE

URL de cet article 34181
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Le « populisme du FN » un dangereux contresens, d’Annie Collovald et Guerre aux chômeurs ou guerre au chômage, d’Emmanuel Pierru
DIVERS
Récemment apparues, les éditions du Croquant, issues d’une dissidence des héritiers de Pierre Bourdieu, publient des ouvrages riches, au coeur des problèmes sociaux actuels et offrant un regard juste et pertinent. Deux d’entre eux ont particulièrement retenu notre attention : Le « populisme du FN » un dangereux contresens A travers cet ouvrage, Annie Collovald a voulu déconstruire et remettre en cause le terme de « populisme » qui sert aujourd’hui d’explication au succès électoral du Front national. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le capitalisme est le génocide le plus respecté dans le Monde.

Ernesto Che Guevara.


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.