RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Médias : quand les puissances d’argent tentent de censurer la presse

En France, de plus en plus de journalistes et de rédactions sont trainés devant les tribunaux par les grandes entreprises et hommes d'affaires sur lesquels ils enquêtent. Une dérive inquiétante, qui menace la liberté d'informer.

La presse française est-elle toujours, selon la formule consacrée, « libre et indépendante » ? A l’exception de quelques publications historiques, comme le Canard Enchaîné, et d’une partie des nouveaux pure players du Web, force est de constater qu’une écrasante part des médias hexagonaux « qui comptent » – tous supports confondus : presse, radio, TV, Internet – fait désormais partie de vastes empires financiers n’ayant que peu à voir avec le journalisme. Cette mainmise des puissances de l’argent sur le paysage médiatique français – et donc, in fine et en dépit des protestations de pure forme garantissant l’indépendance des rédactions vis-à-vis de leurs actionnaires, sur l’information – est on ne peut plus clairement condensée dans cette infographie, régulièrement mise à jour par le site Internet du Monde Diplomatique.

Aude Lancelin, un licenciement politique

Bouygues (TF1, LC1), Dassault (Le Figaro), Drahi (Libération, RMC, BFM), Bolloré (Canal+, Cnews), Pinault (Le Point), Niel (Le Monde, L’Obs), Tapie (La Provence, Corse Matin), Lagardère (Europe 1, Paris Match) : à coup de millions et profitant de la crise de la presse, les grandes fortunes françaises ont, depuis le début des années 2000, achevé de se partager le gâteau médiatique tricolore, dont les plus beaux fleurons sont vus comme autant de vecteurs d’influence au service des intérêts économiques de leurs propriétaires. Ces derniers n’hésitant pas à bafouer leurs engagements et autres « chartes » les liant aux rédactions quand ils estiment que tel ou tel article, telle ou telle enquête, ou tel ou tel journaliste, dérange.

Aude Lancelin en sait quelque chose. En mai 2016, la journaliste, alors unanimement respectée par ses pairs, est remerciée de son poste de directrice adjointe de l’hebdomadaire L’Obs, propriété du trio d’actionnaires Xavier Niel (Free), Matthieu Pigasse et Pierre Bergé (décédé depuis). Un licenciement éminemment « politique », cette dernière n’étant pas apprécié à l’Elysée, selon L’Humanité. Ainsi que le tribunal des prud’hommes de Paris, qui condamne, le 8 décembre 2017, ses anciens employeurs à lui verser 90 000 euros pour « licenciement abusif ». « Quand on reproche à la numéro deux d’un journal d’avoir ’’émis des doutes’’, alerte Mme Lancelin, qui pourrait désormais oser prendre la parole ? ».

Affaire Yves Bouvier : judiciariser pour bâillonner

S’offrir un média n’est, malheureusement, pas le seul moyen qu’ont les puissants de bâillonner les journalistes qui font leur travail. Les attaquer en justice représente aussi un moyen de les faire taire, comme en témoigne la condamnation, le 27 juillet 2015, du Point par le Tribunal de Grande instance de Paris : les magistrats ont estimé qu’un article, publié dans le numéro 2228 du 21 mai de la même année, portait atteinte à la vie privée du marchand d’art suisse Yves Bouvier, condamnant l’hebdomadaire à payer une indemnité provisionnelle au plaignant. Cet article se fondait pourtant sur le témoignage d’un ancien prostitué qui aurait fait partie d’un réseau tenu par Yves Bouvier, comme le révélait le site Heidi News le 26 février 2020. Afin d’obtenir gain de cause lors du procès, ce dernier aurait ainsi soudoyé ladite call-girl pour qu’elle réfute son témoignage devant le juge, rendant de fait l’article caduc. Mélanie Delattre, la journaliste ayant, avec Christophe Labbé, signé l’article incriminé, a depuis été relaxée par la Cour d’appel de Metz, le 23 juin 2016.

Cette affaire, passée relativement inaperçue, est cependant révélatrice de la manière dont les grandes fortunes tentent, par la judiciarisation de leurs intérêts, de museler la presse et d’intimider les journalistes enquêtant sur elles.

Quand Vincent Bolloré intimide les rédactions

Bouvier n’est pas, loin s’en faut, le seul homme d’affaires à propos duquel il semble légitime — et légal — que la presse enquête. Vincent Bolloré, à la tête d’un immense empire industriel et médiatique, a lui aussi fait l’objet de plusieurs reportages et documentaires. Une curiosité qu’il a visiblement très peu appréciée, le milliardaire attaquant en justice, en 2018, plusieurs médias ayant contribué à révéler les pratiques douteuses de son groupe en Afrique. « Ces poursuites systématiques visent à faire pression, à fragiliser financièrement, à isoler tout journaliste, lanceur d’alerte ou organisation qui mettrait en lumière les activités et pratiques contestables de géants économiques comme le groupe Bolloré », ont alors protesté, dans une tribune, une vingtaine de sociétés de journalistes. « Il y a clairement une volonté d’intimidation de certaines multinationales », confirme Élise Lucet, rédactrice-en-chef de l’émission Cash Investigation, dont les reporters ont eux aussi dû subir – en vain – les foudres judiciaires de Vincent Bolloré. Le pays des droits de l’Homme sera-t-il encore longtemps celui des droits de la presse ?

»» https://citizenpost.fr/medias-quand-les-puissances-dargent-tentent-de-...
URL de cet article 35996
   

Le choix de la défaite - Les élites françaises dans les années 1930
Annie LACROIX-RIZ
Comment, pour préserver leur domination sociale, les élites économiques et politiques françaises firent le choix de la défaite. Un grand livre d’histoire se définit premièrement par la découverte et l’exploitation méthodique de documents assez nombreux pour permettre des recoupements, deuxièmement, par un point de vue qui structure l’enquête sur le passé (Annie Lacroix-Riz répond à Marc Bloch qui, avant d’être fusillé en 1944, s’interrogeait sur les intrigues menées entre 1933 et 1939 qui conduisirent à (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le gant de velours du marché ne marchera jamais sans une main de fer derrière - McDonald ne peut prospérer sans McDonnell Douglas, le fabricant (de l’avion de guerre) F15.

Thomas L. Friedman "A Manifesto for a fast World"
New York Times Magazine, 28 Mars, 1999

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.