RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Moins de 3 mois après l’assassinat de Soleimani, les États-Unis contraints d’évacuer 3 bases en Irak (The Independent)

24 mars 2020. Au Moyen-Orient, Trump parle de « repositionnement » de ses troupes. Qu’il aie au moins le courage de parler de « retraite », sinon de « débâcle » ! La Maison Blanche n’a pas le temps de s’occuper de l’Irak et de l’Afghanistan : elle a une autre guerre primordiale sur les bras, celle contre le coronavirus. Peu de gens peuvent oublier les paroles de l’assistant du gouvernement de Tony Blair quelques heures après la destruction du World Trade Center le 11 septembre 2001 : « C’est une très bonne journée pour sortir tout ce que nous voulons enterrer », a écrit Jo Moore. Donald Trump pensait évidemment la même chose.

Au Moyen-Orient, Trump parle de « repositionnement » de ses troupes. Qu’il aie au moins le courage de parler de « retraite », sinon de « débâcle » ! La Maison Blanche n’a pas le temps de s’occuper de l’Irak et de l’Afghanistan : elle a une autre guerre primordiale sur les bras, celle contre le coronavirus.

Peu de gens peuvent oublier les paroles de l’assistant du gouvernement de Tony Blair quelques heures après la destruction du World Trade Center le 11 septembre 2001 : « C’est une très bonne journée pour sortir tout ce que nous voulons enterrer », a écrit Jo Moore. Donald Trump pensait évidemment la même chose.

Alors que la pandémie de coronavirus envahit l’Amérique, il a ordonné aux troupes américaines d’abandonner trois bases militaires vitales en Irak pour leur éviter de subir de nouvelles attaques de combattants chiites irakiens soutenus par l’Iran.

Trump s’est toujours vanté de la nécessité du retrait de troupes ; mais là, il s’agit bel et bien d’une retraite. La ligne officielle, à savoir que les États-Unis « repositionnaient [sic] des troupes depuis quelques bases mineures », était presque aussi risible que l’abandon maritime final de Beyrouth par les États-Unis en 1984 après des mois sous le feu des milices chiites [qui ont notamment tué plus de 250 Marines en une seule opération martyre, attribuée au Hezbollah]. Il y a près de 40 ans, les Américains ont déclaré qu’ils « se redéployaient vers des navires au large ».

Comme pour le « redéploiement » de Napoléon depuis Moscou, je suppose. Ou le « redéploiement » britannique depuis Dunkerque face à l’avancée fulgurante de l’armée nazie. Désormais, les forces américaines vont « se repositionner » à partir de leurs bases (nullement mineures) à al-Qaim, Qayyarah et à la base K-1 près de Kirkouk en Irak. Comme pour le « repositionnement » de George Washington depuis Brooklyn Heights en 1776, je suppose, ou pour le « repositionnement » britannique depuis Kaboul en 1842.

En 1984, le Président Reagan a déclaré que les Américains ne « fuiraient pas » le Liban. Mais c’est ce qu’ils ont fait. En janvier de cette année, Trump a déclaré à propos de l’Irak : « Si nous partons, cela signifierait que l’Iran aurait un ancrage beaucoup plus grand [sic]. » Il tentait d’étouffer une lettre écrite par le Général de brigade du Corps des Marines William Seely qui venait de dire la vérité sur la stratégie américaine au directeur adjoint du Commandement des opérations conjointes irakiennes, le Général de division Abdul Amir. La coalition dirigée par les États-Unis, avait dit Seely à son homologue irakien, « va repositionner ses forces au cours des prochains jours et semaines pour se préparer à poursuivre son mouvement ».

Oups ! Les Généraux ne sont pas toujours censés dire la vérité. Mais en l’occurrence, Seely, évidemment un type honnête, n’a pas fui la réalité. Mais le Pentagone a tenté de la dissimuler. La lettre, a déclaré le Général Mark Milley, président des chefs d’état-major, a qualifié la lettre de Seely d’ « erreur ». Il s’agissait, a-t-il dit, d’une « mauvaise formulation » et de « retrait implicite » qui, selon lui, ne se produirait pas. Maintenant, nous savons que cette retraite se produit effectivement.

Retraite est exactement ce que voulait dire Seely. Loin d’être mal formulée, la lettre de Seely n’était que trop exacte. Mais c’est, je suppose, la vie d’un soldat sous Trump. Dites la vérité, et le menteur à la Maison Blanche vous fera gifler, avant de prouver que vous avez toujours dit la vérité.

La retraite d’Al-Qaim, révèle une vidéo des médias français, est une affaire plutôt désorganisée, avec des soldats américains qui replient des tentes couvertes de poussière à côté de trains de marchandises irakiens oubliés depuis longtemps,ayant déraillé lors des combats il y a quinze ans. Il y a à peine trois ans, les troupes américaines ici, et les Irakiens basés à leurs côtés, combattaient l’apocalyptique Daech. À l’extérieur, les Forces de mobilisation populaire chiites (PMF), dont les brigades alliées des Kataib Hezbollah combattaient également les mêmes djihadistes, ont assuré la liaison avec les Américains contre Daech via l’armée irakienne.

Ils étaient bien sûr soutenus par le Corps iranien des Gardiens de la Révolution. Un journaliste du service persan de la BBC s’est rendu à al-Qaim il y a 15 mois et a remarqué que la campagne environnante était désormais couverte de drapeaux des PMF.

Il y avait des attaques occasionnelles contre les Américains. Puis —folie de folies pour l’armée américaine en Irak, car elle était censée former l’armée irakienne qui intégrait maintenant les PMF— Trump, le grand commandant en chef qui ne se retirerait jamais d’Irak, a décidé d’assassiner le Général iranien Qassem Soleimani Et, peut-être encore plus stupidement, d’éliminer, avec Soleimani, le chef adjoint des PMF, Abu Mahdi al-Muhandis. C’est ainsi que le Pentagone a tué —ou assassiné, car les drones sont désormais les liquidateurs de choix lorsque les ennemis des États-Unis sont désignés pour la mort— le chef de la milice la plus éminente de l’armée irakienne, dont les hommes, jusqu’ici, encerclaient les bases américaines.

Toutes les nombreuses attaques contre les Américains depuis doivent être considérées à la lumière de la mort de ces deux hommes. Un mercenaire américain a été tué par des tirs de roquettes. Puis encore deux soldats américains et un soldat britannique à la base de Taji (qui ne figure pas —du moins pas encore— sur la liste des bases évacuées). Les Américains ont organisé des frappes aériennes contre les Kataib Hezbollah, tuant plus de deux douzaines de leurs hommes. Une attaque à la roquette a gravement blessé 34 Américains —tous ont subi des « traumatismes crâniens », selon le Pentagone— mais Trump a déclaré qu’aucun soldat n’avait été blessé. Suite aux tirs de missiles balistiques de l’Iran, une première depuis Pearl Harbor (mais l’administration américaine continue à défendre que l’Iran a été « dissuadé » par le meurtre de Soleimani), Trump avait prétendu la même chose au sujet des plus de cent soldats américains blessés : « J’ai entendu dire qu’ils avaient des maux de tête », a-t-il fait remarquer. Si un Président américain peut disqualifier si allègrement les blessures de ses propres forces militaires, bien sûr, il peut tout aussi facilement fermer une base ou deux. Ou trois.

Pour ajouter davantage d’affront, de mal et de mort à leurs attaques, les Américains ont ensuite attaqué l’aéroport de Karbala, en construction pour accueillir de futurs pèlerins vers ce sanctuaire chiite majeur et d’autres sites à travers l’Irak, tuant trois soldats du gouvernement de la 19e division de commandos de l’armée irakienne, deux policiers et un civil. Les gardiens du sanctuaire lui-même, consacré à l’Imam Hussein et à son frère Abbas dont il héberge les dépouilles, ont condamné cet assaut, et le ministère irakien des Affaires étrangères a déposé une plainte auprès du Conseil de sécurité des Nations unies. Les Américains ont prétendu que des armes de milices chiites étaient stockées sur le site de l’aéroport.

Mike Pompeo, le Secrétaire d’État, a menacé que « l’Amérique ne tolérera pas d’être soumise à des attaques », mais il semble surtout que ce sont les milices chiites qui ne toléreront pas davantage d’attaques. Après tout, étant dans leur propre pays, elles ne vont pas se « repositionner ». Mais les Américains si. Et quand un responsable du département américain de la Défense a déclaré à la BBC que la proximité des principales milices chiites de la base d’al-Qaïm était « un facteur clé dans le calcul de la décision de relocaliser les forces ailleurs », tout le monde a compris que les Américains avaient perdu.

Mais dans le monde inversé de Trumpland, il s’agit d’une nouvelle victoire. Comme l’accord américano-taliban de ce mois-ci pour retirer les troupes américaines d’Afghanistan, 8 500 d’entre elles dans les 135 jours, en échange d’une promesse de leurs guérilleros ennemis depuis 19 ans de maintenir al-Qaïda, Daech et d’autres djihadistes hors du pays. Les Américains disposeront encore de forces suffisantes, nous dit-on, pour mener des « opérations antiterroristes » contre ces derniers. Dans le jargon du Pentagone, une langue toujours dissociée de la vie réelle mais pas plus que les autres langues du le cimetière des empires, cela se dit « USFOR-A [Forces US en Afghanistan] est en voie d’atteindre les niveaux de force dirigée tout en conservant les capacités nécessaires. » Eh bien, comme on disait, allez dire cela aux Marines.

Oh oui, et si les Talibans tiennent parole, les Américains retireront le reste de leurs troupes dans les 14 mois. Et tout cela, nous devons nous en souvenir, se passe dans une nation si divisée que deux Présidents rivaux ont tenu des cérémonies d’intronisation rivales à Kaboul, à la manière des empereurs romains, bien que le pays puisse à peine contenir à la fois Rome et Byzance, se moquant ainsi de toute prétention américaine de créer la démocratie en Afghanistan.

Je me souviens encore du responsable américain, en 2002 —après que les Talibans ont été « détruits », rappelons-le— qui déclarait que cette nouvelle démocratie afghane n’était peut-être pas « Jeffersonienne » [cf. Thomas Jefferson, un des Pères fondateurs de la « démocratie » américaine]. Chacun peut supposer ce que ce père fondateur particulier aurait pensé de l’accord américano-taliban. Il aurait même pu hocher la tête du côté des Talibans.

Mais tout est conforme à « l’empreinte » américaine au Moyen-Orient. À un moment, on la voit, et l’instant d’après, elle a disparu. Après tout, cela ne fait pas si longtemps que Trump a déclaré qu’il n’abandonnerait pas les Kurdes de Syrie ; peu de temps après, il a abandonné les Kurdes de Syrie après qu’ils aient fini de se battre et de mourir pour l’Amérique dans la campagne contre Daech. Pauvres Kurdes. Pauvres Afghans aussi. Et pauvres Irakiens. Ils ne méritaient vraiment pas les Américains.

Les États-Unis, en tout cas, n’ont pas le temps de s’inquiéter pour eux. Ils ont encore une autre guerre sur les bras, contre ce coronavirus embêtant, semble-t-il. Et face à lui, il est impossible de se « repositionner » —ni même de battre en retraite.

Robert Fisk

source : https://www.independent.co.uk/voices/coronavirus-trump-iran-iraq-troop...

Traduction : lecridespeuples.fr

* * *

Au sujet de l’avenir des États-Unis et d’Israël au Moyen-Orient, voir notamment ces prédictions de Nasrallah et l’annonce par Khamenei du Nouvel An perse comme celui des « grandes victoires ».

« Lorsque Trump a déclaré que les troupes américaines allaient se retirer et qu’il n’y avait que du sable et la mort en Syrie, il a déclaré quelque chose de plus important encore : ‘Jusqu’à quand allons-nous rester le gendarme du Moyen-Orient ?’ Il a signalé par ce propos, et même plus que signalé (c’est une indication explicite), que toutes ces forces américaines présentes au Moyen-Orient n’avaient pas vocation à y rester, et qu’avec le temps, il procèderait à leur retrait (complet).

Quel effet cette déclaration a-t-elle produit dans la région ? Laissons la question d’Israël pour plus tard. Ce propos a entrainé, chez le régime saoudien, chez un certain nombre de pays du Golfe ennemis de la Syrie, et chez tous les alliés des États-Unis dans la région – qu’il s’agisse d’organisations, de partis ou de personnalités, sans parler des États –, un immense accès de peur et de désespoir. Et Trump les connait bien (et savait l’effet que provoqueraient ses déclarations). Lorsqu’il dit (à l’Arabie Saoudite et aux pays du Golfe) que ‘Sans nous, vous ne tiendriez pas deux semaines’, ou ‘Sans nous, vos avions décolleraient mais n’atterriraient pas’, ‘Sans nous, vous Saoudiens parleriez persan.’ Il leur dit tout cela, et il ajoute ‘On ne va pas rester le gendarme (du Moyen-Orient), on va quitter la région avec armes et bagages.’ Cela a causé un état de confusion, de désespoir et de peur dans la région. [...]

Les États-Unis ne parviendront pas à faire plus que ce qu’ils ont déjà fait. Je déclare aux gouvernements de la région, à leurs dirigeants, à leurs peuples, à leurs mouvements et à Israël : les États-Unis sont en train de déserter notre région. Ils vont fuir la Syrie – ça prendra peut-être plusieurs mois, mais la décision est prise. O mes frères, ils sont en train de fuir d’Afghanistan. Et vous savez à qui ils laissent l’Afghanistan ? Ils le laissent aux Talibans ! Car dans l’accord conclu, Trump a obtenu des Talibans l’engagement de ne pas permettre à Al-Qaïda et Daech de revenir (s’implanter) en Afghanistan. Trump considère donc que les Talibans représentent le gouvernement de demain, qui peut (dès aujourd’hui) apporter des garanties au gouvernement américain. N’est-ce pas là une défaite humiliante pour les États-Unis en Afghanistan ? D’autant plus que les Talibans sont officiellement considérés comme une organisation terroriste (par Washington), et qu’ils prétendent ne jamais négocier avec les terroristes.

Les États-Unis vont fuir la région. Il n’y aura plus de forces armées américaines qui viendront porter la guerre dans notre région. Trump ne déclenchera de guerre ni pour les (beaux) yeux de Mohammad Ben Salmane (prince héritier de l’Arabie Saoudite), ni pour les (beaux) yeux de Mohammed ben Zayed (prince héritier des Émirats), ni même pour les (beaux) yeux de Netanyahou – et clairement, les yeux de Netanyahou sont bien plus précieux pour Trump. Pas même pour les yeux de Netanyahou ! Trump, les États-Unis et la situation que traversent les États-Unis, que ce soit à l’intérieur, au niveau de l’économie, etc., etc., etc., ne leur permettent pas de lancer une nouvelle guerre dans notre région. Il n’y aura pas de guerre américaine dans la région. Que veut donc Trump ? (Pour lui,) c’est de leur propre poche que les États, régimes et forces (alliées des États-Unis au Moyen-Orient), avec leur propre argent, leurs propres médias, leur propre sang (qu’ils doivent combattre)... Trump veut les réunir à nouveau pour les mettre (seuls) face à l’Iran. Et si, face à l’Iran, pendant 40 années – nous sommes au 40e anniversaire (de la Révolution Islamique) –, les États-Unis et tous les tyrans de la Terre ont été incapables de faire quoi que ce soit pour faire tomber ce régime et cette République Islamique bénie, alors (que pourront donc faire les États arabes livrés à eux-mêmes) ? [...]

Trump a seulement empêché que tout s’écroule rapidement. Mais le processus d’effondrement est en cours. » Hassan Nasrallah, 26 janvier 2019.

« La puissance d’Israël dépend essentiellement de celle des États-Unis. Par conséquent, si quelque chose arrive aux États-Unis – comme ce qui est arrivé à l’URSS, par exemple un effondrement de son économie, des problèmes et discordes internes, des catastrophes naturelles ou tout autre incident susceptible d’amener les États-Unis à se consacrer à leurs problèmes internes et à réduire leur présence et influence dans la région [par exemple une pandémie mondiale qui ne serait pas maîtrisée], je vous assure que les Israéliens plieront bagage d’eux-mêmes et évacueront dans les plus brefs délais. Par conséquent, la destruction d’Israël ne nécessitera pas forcément une guerre. » Hassan Nasrallah, 1er octobre 2019.

»» https://lecridespeuples.fr/2020/03/23/moins-de-3-mois-apres-lassassina...
URL de cet article 35841
   

Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

On ne mesure pas la puissance d’une idéologie aux seules réponses qu’elle est capable de donner, mais aussi aux questions qu’elle parvient à étouffer.

Günter Anders
L’Obsolescence de l’homme (1956)

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.