Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

21 

« Mouvance autonome », cagoulés et autres briseurs de manifs.

Ce premier mai dans plusieurs villes, comme depuis plusieurs années lors de nombreux autres rassemblements et manifestations de travailleurs organisés, des militants encagoulés « autonomes » profitent des cortèges syndicaux, sans en partager aucunement les mot-d’ordres, pour se retrouver et mener des actions violentes et des destructions contre tout ce qui représente, prétendent-ils, l’État et le capitalisme. C’est sans doute pour cela que certains d’entre eux s’acharnent contre la faucille et le marteau prolétariens, ou contre le drapeau tricolore issu de la Révolution française, mais qu’ils ne touchent jamais au drapeau européen qui symbolise pourtant la destruction continentale des acquis sociaux...

Se positionnant en tête de nos manifestations et parfois loin devant la première banderole syndicale, répondant à la moindre provocation policière, ou la provoquant eux-mêmes, ils enclenchent un processus de conflit violent entre eux et la police qui n’a pour conséquence que de mettre à mal la tenue de la mobilisation des travailleurs salariés, au chômage ou à la retraite, ainsi que des étudiants mobilisé contre la loi ORE, derrière leurs syndicats.

Ce pseudo « héroïsme » de la lutte « ici et maintenant » contre l’État à tôt fait également d’exciter de nombreux jeunes, notamment étudiants, généralement pas syndiqués, qui se font embarquer dans ce combat stérile pour nos luttes. Comble de la manipulation, ces jeunes finissent par en vouloir aux syndicats qu’ils jugent "pas solidaires" avec eux pour ne pas être tombés dans le piège de la violence inutile.

Car le reproche est bien là. Nous ne devons pas juger de la violence si elle est « bien » ou « mal », mais nécessaire ou pas. La simple histoire de France montre que la classe ouvrière et le peuple travailleur sont capables de prendre les armes et de les tourner contre leurs exploiteurs quand justement l’Histoire l’exige. Mais il est inconcevable, aujourd’hui, de comparer ces saboteurs de manifestations au peuple insurrectionnel de la Commune de Paris, aux Sans-culottes prenant d’assaut les Tuileries, aux ouvriers en armes de 1848 ou aux Francs-Tireurs et Partisans qui furent le cœur de la lutte armée contre l‘Occupant.

Nous en appelons à tous, et particulièrement aux jeunes et aux étudiants, lassés des cortèges syndicaux trop calmes et sans mots d‘ordre, de bien assimiler la différence entre les travailleurs manifestant contre la mise en vente aux multinationales de leur pays, et les cagoulés qui, depuis plusieurs années, objectivement, ne font pas avancer la lutte d’un pouce et, pire, la sabordent et aident l’État bourgeois à fasciser son arsenal répressif.

A nous tous, jeunes étudiants et travailleurs, arrêtons la division, faisons bloc tous ensemble et en même temps dans nos cortèges syndicaux et/ou politiques pour y redonner vie et combativité, pour y faire revivre le syndicalisme de classe et de masse renié par certaines directions euro-complaisantes, pour y apporter nos initiatives et nos propositions, et ne nous laissons plus manipuler par ces « enragés » qui ne donnent à voir qu’un spectacle faussement « révolutionnaire » et ne servent finalement que les intérêts du Capital, c’est à dire de Macron, du MEDEF et de l’UE, et qui, à aucun moment, n’esquissent la moindre perspective d’un renversement du pouvoir économique et politique pour le mettre entre les mains du peuple et des travailleurs.

Stoppons la division !
Contre le capitalisme destructeur des peuples et de la Terre, faisons bloc et pratiquons l’unité dans l’action !

»» http://https://www.facebook.com/notes/jeunes-pour-la-renaissance-commu...
URL de cet article 33341
   
Désobéir : le petit manuel, de Xavier Renou
"Celui qui n’essaie pas, et celui-là seul, a déjà perdu." On a tous déjà manifesté des dizaines de fois. On a tous signé des centaines de pétitions. Mais combien sommes-nous à nous être demandés, lucidement, sans faux-semblant, ce qu’il en était de l’efficacité, et donc, de la pertinence, de nos moyens d’actions traditionnels ? Combien sommes-nous à nous réfugier dans une espèce de pensée magique chaque fois que nous sommes en colère, en nous habituant à considérer nos modes de protestation non plus comme (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté commence où l’ignorance finit.

Victor Hugo


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.