RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Naissance de la Banque du Sud, l’anti-Banque mondiale : 60 jours pour façonner l’alternative.








Le Courrier, samedi 15 Décembre 2007.


L’acte de naissance de l’anti-Banque mondiale a été signé.

La Banque mondiale n’est plus seule. Dimanche et lundi derniers à Buenos Aires, les dirigeants de sept Etats latino-américains [1] ont donné naissance à la Banque du Sud (BdS), une institution financière destinée à appuyer leurs projets de développement. Dans l’esprit du président vénézuélien Hugo Chávez, initiateur du projet, la BdS préfigure un système monétaire et financier alternatif aux institutions de Bretton Woods (FMI, BM), destiné à l’ensemble du tiers-monde. Les sept Etats fondateurs se sont donné jusqu’en février prochain pour trancher leurs derniers désaccords quant aux statuts de la BdS.

Principales certitudes : la banque sera basée à Caracas et disposera d’un capital de départ de 7 milliards de dollars puisés dans les réserves monétaires des Etats fondateurs. Reste à en connaître la clé de répartition. Et surtout à savoir si celle-ci influencera les droits de vote -sur le modèle de la BM- ou si chaque Etat sera placé sur un pied d’égalité - sur le modèle de l’ONU. Autre sujet de discorde : le Brésil et l’Argentine souhaiteraient que la BdS puisse lever des capitaux sur les marchés internationaux. Le bloc socialiste -Bolivie, Venezuela, Equateur- prône, lui, un financement 100% public. Les compétences de la BdS ont été calquées sur celles de la BM, soit le financement de projets de développement. A Buenos Aires, le président brésilien Luis Inacio « Lula » da Silva a cité notamment les « secteurs clés de l’économie, les infrastructures, la science et la technologie », ainsi que « la réduction des inégalités dans la région ». Comme son homologue argentin, Lula aimerait autoriser les prêts aux projets privés. Une optique rejetée par le bloc socialiste.

Cantonnée au crédit, la BdS devrait par la suite être complétée par un Fonds de stabilisation sud-américain, chargé de se substituer au FMI que les gouvernements sud-américains accusent de s’ingérer dans leurs politiques nationales au profit des capitaux du nord. « Le FMI est une malédiction avec ses politiques de ’choc’ qui ont apporté la faim, la misère et la violence à nos peuples », a déclaré M.-Chávez à Buenos Aires. Il a été appuyé par le président équatorien Rafael Correa qui a appelé à « libérer l’Amérique latine des chaînes de la dépendance financière ».

A plus long terme, « cette banque doit être le premier pas vers une monnaie commune à l’Amérique du Sud », a renchérit le président bolivien Evo Morales, là aussi encouragé par M.Correa. L’Equateur, dont la monnaie nationale a disparu au tournant du siècle au bénéfice du dollar, se donne « cinq à huit ans » pour remplacer la devise étasunienne par une monnaie régionale. Proposée initialement par Hugo Chávez à d’autres pays du Sud, la BdS devra finalement limiter son action au sous-continent sud-américain. Cinq autres pays -Chili, la Colombie, le Pérou, le Guyana et le Surinam- auraient déjà manifesté leur intérêt à rejoindre les sept fondateurs. Mais le président vénézuélien ne semble pas avoir renoncé à étendre son alternative financière. Il a d’ores et déjà averti que le second Sommet Amérique du Sud-Afrique, l’an prochain à Caracas, lui servira de plate-forme de sensibilisation du continent noir aux nécessités de quitter le FMI et la BM...

Benito Perez


- Source : Le Courrier www.lecourrier.ch









[1Argentine, Brésil, Bolivie, Equateur, Paraguay, Uruguay et Venezuela.


URL de cet article 5836
  

Même Thème
Banque du Sud et nouvelle crise internationale
Eric TOUSSAINT
En pleine crise du subprime, dont les conséquences n’ont pas fini de se faire sentir dans l’économie mondialisée, sept pays l’Amérique latine lancent une Banque du Sud qui pourrait jeter les bases d’une autre architecture financière internationale. En combattant inlassable, Eric Toussaint propose dans ce livre une approche claire et synthétique, destinée à des non-spécialistes, de l’état des résistances au néolibéralisme, du contexte économique international contemporain ainsi que des principaux défis que (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

There is no French word for entrepreneur.

George Walker Bush

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.