Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Non, merci, réponse des Norvégiens à Trump

Après avoir insulté Haïti, le Salvador et l'Afrique avec des propos grossiers impropres d'un chef d'état qui se respecte, le président des États-Unis, Donald Trump a souhaité qu'un plus grand nombre de Norvégiens émigrent à son pays ce à quoi ceux-ci ont répondu poliment, brièvement et de façon percutante : non, merci.

Et c’est qu’après la condamnation internationale qu’ont soulevé les propos offensants de Trump, n’importe qui peut se demander quels motifs amèneraient un Norvégien à émigrer aux États-Unis et, à moins qu’il s’agisse d’une question de force majeure, il est très difficile de trouver un argument valable justifiant une décision de ce type.

Voyons, les États-Unis sont un pays du premier monde de même que la Norvège et le PIB per capita n’est pas très différent entre les deux pays. Dans le premier, les revenus moyens de chaque habitant frôlent les 57 638 dollars tandis qu’en Norvège il atteint 59 384 dollars.

Mais jusque là il y a des ressemblances. Le PIB étasunien cache des inégalités criantes qui vont, depuis une opulence insolite, comme cela est le cas de la famille Trump par exemple, jusqu’à la misère la plus accablante que l’on trouve dans des endroits comme le quartier de Skid Row, à Los Angeles, en Californie, où une personne sans toit, pour pouvoir passer la nuit sur un trottoir d’une rue, doit payer un « loyer » aux maffias qui contrôlent la zone.

Depuis que Trump a accédé à la présidence, cela fait un an, il a centré ses efforts sur le réduction de la couverture des services de santé à la population. La qualité de l’attention médicale dépend du montant de l’assurance qu’une personne peut payer et si le chef de la Maison-Blanche réussi à démanteler le programme créé par son prédécesseur, le dit « Obamacare », des millions d’Étasuniens resteront sans ce privilège.

Par contre, en Norvège, les services de santé sont gratuits et ils couvrent toutes les personnes ayant une résidence légale dans ce pays y compris les étrangers. Qu’en pensez-vous, Monsieur Trump ?

De plus, une femme enceinte peut bénéficier en Norvège, après l’accouchement, de jusqu’à 45 semaines de congé avec 80% de son salaire tandis qu’une femme étasunienne n’a droit qu’a seulement 12 semaines et elle ne perçoit pas un seul centime.

Pour quelle raison un norvégien voudrait-il aller vivre aux États-Unis où le risque de mourir, lui ou ses enfants, au cours des constantes fusillades qui se produisent au cours de concerts, dans les rues, dans les églises ou dans les écoles, est beaucoup plus élevé que dans son pays où les armes ne sont pas vendues comme s’il s’agissait de déodorant sur le marché.

Dans le pays que gouverne Donald Trump se trouvent plusieurs des plus importantes universités du monde, mais elles sont privées et, pour s’y inscrire, la majorité des étudiants doivent contracter de grosses dettes qu’ils paieront pendant des décennies.

En Norvège, il y a 8 universités et 24 autres centres d’enseignement supérieur complètement gratuits et les résultats de leurs étudiants à des concours internationaux sont bien, bien meilleurs que ceux des étudiants étasuniens.

Il y a donc des raisons de trop pour que le politique conservateur Torbjoern Sartre ait répondu à Trump : « Au nom de la Norvège : merci, non, merci !

»» http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/152802-non-merci-repon...
URL de cet article 32844
   
Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
117 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.