RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Notes sur Les communistes et le cinéma de Pauline Gallinari

Au hasard de mes déambulations, j’ai pu acquérir un ouvrage assez intéressant : Les communistes et le cinéma : France, de la Libération aux années 60 de Pauline Gallinari, docteur en histoire contemporaine. Comme son titre l’indique, le livre retrace les relations entre le PCF et le monde du cinéma durant cette période.

Le livre met particulièrement en exergue l’attraction du Parti pour le cinéma comme œuvre de propagande pour les idées communistes, tâche qui s’est avérée très ardue face à la censure de la Quatrième République. Plus encore, est marqué sa volonté de transformer la façon de produire un film, autrement que par le règne des producteurs, par la création ambitieuse de la "Coopérative Générale du Cinéma Français" (CGCF), ou encore par l’opposition du PCF aux accords Blum-Byrnes qui permettaient une entrée sans restriction du cinéma étasunien en France, créant une situation de déséquilibre avec les productions du cinéma français.

Nombreux seront les communistes qui travailleront d’arrache-pied à créer un nouveau cinéma progressiste, éloigné de ce qu’on voit habituellement dans le cinéma français et étasunien, à l’instar des réalisateurs Louis Daquin et Jean-Paul le Chanois ou du critique Georges Sadoul. A cela ajoutons les cinéastes amateurs qui viendront eux aussi tenter de dépeindre le monde tel qu’il est, comme le méconnu Paul Carpita ou le génialissime René Vautier (Afrique 50, Avoir vingt ans dans les Aurès).

Ajoutons bien sûr le militantisme (notamment par l’intermédiaire de France-URSS) pour faire connaître le cinéma soviétique, y compris contre la censure, en cachette, alors que les séances pouvaient être interdites.

Toutefois l’attitude de certains communistes envers le cinéma n’était pas forcément indemne de critiques : il existait en effet un certain sectarisme cinématographique. Sous prétexte de vouloir faire un cinéma neuf et progressiste, des communistes du cinéma jetaient avec dédain tout un pan des genres cinématographiques, comme la romance, l’aventure ou la science-fiction, au lieu de jouer avec les codes propres de ces genres pour les rendre progressiste. Au demeurant cette attitude fermée de certains communistes pour un cinéma purement réaliste (socialiste), ne devant décrire que la réalité sociale et rien d’autre, leur a aliéné certains intellectuels, mais pire encore, elle est allé à l’encontre des « désirs » de la masse des adhérents, les régions où on visionnait le plus de films étasuniens étant souvent des régions avec un PCF fort !

L’autre problème des films produits par les communistes fut celui de la diffusion. Les films une fois finis n’avaient, soit pas de visa du tout, soit seulement un visa non commercial, ce qui ne permettait pas en théorie des rentrées d’argent. D’autres part même avec un visa, les distributeurs étaient frileux avec ces films pour deux raisons :

1) L’anti-communisme qui prospérait dans ces milieux.

2) Les piètres résultats en termes d’audience des films produits dans le sillon du PCF.

En effet, remarquons que sur ce dernier point, même le public communiste ne se bousculait pas pour les films.

Enfin, dernier problème, un peu paradoxale : des films tournés sous l’égide du PCF, soutenus par lui, réalisés grâce à l’effort des militants, n’étaient plus soutenus lors de leur sortie parce que la tactique politiques avait changé et parce que le film ne correspondait plus alors au but poursuivi, à l’instar d’Aubervilliers d’Eli Lotar (1945) ou de Les Lendemains qui chantent de Louis Daquin (1946).

Un livre passionnant à lire et qui permet de continuer la réflexion sur cet art, et sur les moyens de s’en servir pour mener la lutte.

»» http://jrcf.over-blog.org/2018/06/notes-sur-les-communistes-et-le-cine...
URL de cet article 33508
  

Même Thème
Karl Marx, le retour - Pièce historique en un acte
Howard ZINN
Moins de cinq cents personnes contrôlent deux mille milliards de dollars en actifs commerciaux. Ces gens sont-ils plus nobles ? Travaillent-ils plus durement ? N’ai-je pas dit, voilà cent cinquante ans, que le capitalisme allait augmenter la richesse dans des proportions énormes mais que cette richesse serait concentrée dans des mains de moins en moins nombreuses ? « Gigantesque fusion de la Chemical Bank et de la Chase Manhattan Bank. Douze mille travailleurs vont perdre leur emploi… Actions en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.