Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Notes sur Les communistes et le cinéma de Pauline Gallinari

Au hasard de mes déambulations, j’ai pu acquérir un ouvrage assez intéressant : Les communistes et le cinéma : France, de la Libération aux années 60 de Pauline Gallinari, docteur en histoire contemporaine. Comme son titre l’indique, le livre retrace les relations entre le PCF et le monde du cinéma durant cette période.

Le livre met particulièrement en exergue l’attraction du Parti pour le cinéma comme œuvre de propagande pour les idées communistes, tâche qui s’est avérée très ardue face à la censure de la Quatrième République. Plus encore, est marqué sa volonté de transformer la façon de produire un film, autrement que par le règne des producteurs, par la création ambitieuse de la "Coopérative Générale du Cinéma Français" (CGCF), ou encore par l’opposition du PCF aux accords Blum-Byrnes qui permettaient une entrée sans restriction du cinéma étasunien en France, créant une situation de déséquilibre avec les productions du cinéma français.

Nombreux seront les communistes qui travailleront d’arrache-pied à créer un nouveau cinéma progressiste, éloigné de ce qu’on voit habituellement dans le cinéma français et étasunien, à l’instar des réalisateurs Louis Daquin et Jean-Paul le Chanois ou du critique Georges Sadoul. A cela ajoutons les cinéastes amateurs qui viendront eux aussi tenter de dépeindre le monde tel qu’il est, comme le méconnu Paul Carpita ou le génialissime René Vautier (Afrique 50, Avoir vingt ans dans les Aurès).

Ajoutons bien sûr le militantisme (notamment par l’intermédiaire de France-URSS) pour faire connaître le cinéma soviétique, y compris contre la censure, en cachette, alors que les séances pouvaient être interdites.

Toutefois l’attitude de certains communistes envers le cinéma n’était pas forcément indemne de critiques : il existait en effet un certain sectarisme cinématographique. Sous prétexte de vouloir faire un cinéma neuf et progressiste, des communistes du cinéma jetaient avec dédain tout un pan des genres cinématographiques, comme la romance, l’aventure ou la science-fiction, au lieu de jouer avec les codes propres de ces genres pour les rendre progressiste. Au demeurant cette attitude fermée de certains communistes pour un cinéma purement réaliste (socialiste), ne devant décrire que la réalité sociale et rien d’autre, leur a aliéné certains intellectuels, mais pire encore, elle est allé à l’encontre des « désirs » de la masse des adhérents, les régions où on visionnait le plus de films étasuniens étant souvent des régions avec un PCF fort !

L’autre problème des films produits par les communistes fut celui de la diffusion. Les films une fois finis n’avaient, soit pas de visa du tout, soit seulement un visa non commercial, ce qui ne permettait pas en théorie des rentrées d’argent. D’autres part même avec un visa, les distributeurs étaient frileux avec ces films pour deux raisons :

1) L’anti-communisme qui prospérait dans ces milieux.

2) Les piètres résultats en termes d’audience des films produits dans le sillon du PCF.

En effet, remarquons que sur ce dernier point, même le public communiste ne se bousculait pas pour les films.

Enfin, dernier problème, un peu paradoxale : des films tournés sous l’égide du PCF, soutenus par lui, réalisés grâce à l’effort des militants, n’étaient plus soutenus lors de leur sortie parce que la tactique politiques avait changé et parce que le film ne correspondait plus alors au but poursuivi, à l’instar d’Aubervilliers d’Eli Lotar (1945) ou de Les Lendemains qui chantent de Louis Daquin (1946).

Un livre passionnant à lire et qui permet de continuer la réflexion sur cet art, et sur les moyens de s’en servir pour mener la lutte.

»» http://jrcf.over-blog.org/2018/06/notes-sur-les-communistes-et-le-cine...
URL de cet article 33508
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...


Vous avez une minute ?

Même Thème
Karl Marx, le retour - Pièce historique en un acte
Howard ZINN
Moins de cinq cents personnes contrôlent deux mille milliards de dollars en actifs commerciaux. Ces gens sont-ils plus nobles ? Travaillent-ils plus durement ? N’ai-je pas dit, voilà cent cinquante ans, que le capitalisme allait augmenter la richesse dans des proportions énormes mais que cette richesse serait concentrée dans des mains de moins en moins nombreuses ? « Gigantesque fusion de la Chemical Bank et de la Chase Manhattan Bank. Douze mille travailleurs vont perdre leur emploi… Actions en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Briser le mensonge du silence n’est pas une abstraction ésotérique mais une responsabilité urgente qui incombe à ceux qui ont le privilège d’avoir une tribune. »

John Pilger


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.