Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


"Notre avenir s’écrit en commun !" - Tribune des Jeunes Insoumis avec Jean-Luc Mélenchon

Nous sommes étudiants, précaires, salariés, lycéens, chômeurs, ouvriers... Nous venons de toute la France, des rives de l’Atlantique jusqu’aux bords du Rhin, des pieds des Pyrénées jusqu’au bassin parisien, des villes du Nord jusqu’aux sommets alpins. Et comme notre République ne se résume pas à la métropole, certains d’entre nous sont également issus des îles et des territoires, qui par-delà les océans contribuent aussi au rayonnement de notre pays. Beaucoup d’entre nous sont déjà entrés dans le monde du travail, parfois pour financer leurs études. Certains cherchent inlassablement de quoi s’assurer un salaire, et d’autres enfin sont aujourd’hui formés et éduqués pour faire tourner la société de demain.

Vous le voyez, nous sommes tous très différents. Nous avons chacun nos vies, nos histoires, nos doutes et nos espoirs pour le monde qui vient. Mais nous avons aussi de nombreux points communs, dont le premier est notre intérêt général. Et cet intérêt général, c’est d’abord la nécessité absolue de préserver notre écosystème commun dont nous dépendons tous, et dans lequel nous allons tous grandir, vivre et vieillir. Or cet écosystème est aujourd’hui menacé dans le monde entier par le productivisme qui saccage la biodiversité, met en danger notre santé et conduit de nombreux agriculteurs à la misère. Notre planète, la Terre, ne peut plus supporter ce que nous lui infligeons. C’est pourquoi nous devons changer de haut en bas toutes nos manières de produire. Et pour cela, faire en sorte de ne plus jamais prendre davantage à la Terre que ce qu’elle peut produire.

Mais si l’intérêt général passe évidemment par la sauvegarde des ressources de notre planète, il nécessite aussi de partager les richesses, afin de donner à chaque jeune la possibilité d’étudier sereinement et de vivre décemment de son travail. En effet, il est honteux que dans un pays comme la France, qui n’a jamais été aussi riche, il y ait toujours plus de pauvres et toujours moins de pouvoir d’achat quand de l’autre côté, il n’y a jamais eu autant de millionnaires.

Ces mêmes millionnaires et oligarques qui aujourd’hui imposent partout leur vision politique, aussi bien dans les médias que dans les institutions, et dont les intérêts sont toujours défendus par les politiciens traditionnels au détriment des nôtres. Comment d’ailleurs s’en étonner ? La professionalisation de la politique déconnecte de nombreux élus du quotidien des français, et conduit trop souvent à des abus inacceptables qui dégoûtent les citoyens, et surtout nous les jeunes, de la chose publique. Pour en finir avec ces terribles maux, nous proposons de rendre le pouvoir au peuple en instaurant la VIème République. Celle-ci, en donnant aux citoyens le pouvoir de définir les règles du jeu démocratiques, nous permettra de retrouver notre pleine souveraineté.

Malheureusement cette souveraineté est aujourd’hui mise à mal par les traités de l’Union Européenne qui, en imposant à tous une politique libérale, ne respectent par les aspirations d’un nombre croissant de jeunes européens. Il est donc urgent d’en sortir afin de recréer une France indépendante, agissant pour la paix, le progrès social et le développement de grands projets aux frontières de l’humanité.
Seulement cet avenir, dans lequel toute notre génération, comme celles d’avant et d’après trouveront leur compte, ne peut pas prendre forme si nous agissons seuls. Cet avenir nous devons le construire tous ensemble ! Cet avenir pour la jeunesse, doit s’écrire en commun !

Les 23 avril et 7 mai prochain, écrivez le en votant Jean-Luc Mélenchon !

Jeunes Insoumis

URL de cet article 31756
   
La Guerre d’Espagne - Révolution et contre-révolution (1934-1939)
Burnett Bolloten
« La révolution espagnole fut la plus singulière des révolutions collectivistes du XXe siècle. C’est la seule révolution radicale et violente qui se soit produite dans un pays d’Europe de l’Ouest et la seule qui ait été, malgré l’hégémonie communiste croissante, véritablement pluraliste, animée par une multitude de forces, souvent concurrentes et hostiles. Incapable de s’opposer ouvertement à la révolution, la bourgeoisie s’adapta au nouveau régime dans l’espoir que le cours des événements changerait. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.