RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Nous sommes la classe ouvrière

Nous, des usines, des champs, du transport, du bâtiment, des ports, nous qui produisons biens et services, le matin, le soir, et la nuit. Nous qui faisons vivre notre pays, nous qui répondons présent pour le défendre, nous que l’on déconsidère néanmoins...

Parce que la classe ouvrière est au front de l’économie, elle qui crée la richesse de ses propres bras et qui n’exploite personne, tout en étant la classe la plus exploitée, lui reviendra le devoir de diriger la patrie, son économie, sa production, si elle ne veut pas être éternellement victime de l’exploitation.

L’Histoire contemporaine, et des exemples comme les dernières élections présidentielles, le démontre : les ouvriers, de plus en plus précarisés, et quelque soit leur domaine, font le choix, soit de l’abstention qui n’a rien de surnaturel pour eux aux vus du choix, ou bien celui de politiques sociales au service de la nation. Les classes moyennes, les petits patrons salariés par exemple sont eux plus enclins, sans que cela soit systématique, à être séduit par le discours d’un Macron ou de quelconques politiques s’attardant plus longuement sur les moyens de faire fleurir le commerce que sur les besoins de ceux qui créent les biens sans lesquels point de commerce.

Parce qu’elle est la seule a pouvoir développer cette conscience de classe aigüe, elle est la seule à pouvoir être l’avant-garde de la nation face à ses exploiteurs.

Oui, c’est à nous, nous qui n’avons pas fait de grandes études, nous que l’on traite de "sans-dents", nous qui ne pouvons nous payer de "costards", nous qui n’attendons plus depuis longtemps que l’argent public détourné vers les grandes fortunes ne ruissellent en cascade dans notre porte monnaie, nous qui sommes parfois un peu rustre, un peu beauf, aux yeux du con de bobo de gauche de Paris ou du con réactionnaire de droite qui prétend nous avoir compris, bref, c’est à nous que reviendra le devoir d’assumer ce rôle d’avant-garde

Nous devons retrouver en nous cette fierté d’être de ceux qui produisent, car personne qui y verrait un signe d’indépendance intellectuel de la classe ouvrière, donc un danger pour la logique économique en place, ne nous l’inculquera.

Pour cela nous devons casser l’isolement et l’individualisme dans lequel nous traîne cette logique.

C’est aux plus conscients d’entre nous d’organiser, d’organiser encore et d’organiser toujours plus les ouvriers entre eux, que nous prenions tous conscience de notre pouvoir collectif et qu’enfin plus personne ne s’arroge le droit de parler au nom des ouvriers pour agir in fine contre eux et leurs intérêts.

Gilliatt De Staërck
Responsable national JRCF, ouvrier des transports

»» http://jrcf.over-blog.org/2018/01/nous-sommes-la-classe-ouvriere.html
URL de cet article 32838
  

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lesley Stahl :"Nous avons entendu dire que 500.000 enfants sont morts (en Irak). Ca fait plus qu’à Hiroshima. Et, vous savez, est-ce que cela en valait le prix ?

Secrétaire d’Etat US Madeleine Allbright : "Je pense que c’est un choix difficile. Mais le prix - nous pensons que cela en valait le prix."

Entretien télévisé sur CBS 60 minutes, Mai 1996

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.