RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Nouvelles révélations sur les pratiques de Google

La FTC (Federal Trade Commission) a diffusé par erreur un rapport de 2012 montrant que Google avait faussé ses résultats de recherche. L’autorité avait pourtant classé son enquête sans suite.

C’est ce qui s’appelle une bourde.

Comme le permet la loi étasunienne, le Wall Street Journal a demandé à la Federal Trade Commission (FTC) de lui transmettre son rapport d’enquête sur d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles chez Google, datant de 2012, au nom de la « liberté d’accès aux documents administratifs ». La FTC s’est exécutée, mais s’est trompée de version. C’est un document intermédiaire qu’elle a transmis, non expurgé de certaines observations plutôt accablantes pour Google. Certains avis recommandaient même d’engager des poursuites judiciaires contre le moteur de recherche. Sans explication, ces constats avaient ensuite disparu du rapport final et la FTC avait clos l’enquête, recevant de Google l’assurance qu’il prendrait des mesures pour ne pas discriminer ses concurrents. « Cet accord a plus d’impact, notamment à court terme, pour le consommateur américain que n’importe quelle autre option », se félicitait alors le président de la FTC Jon Leibowitz. S’apercevant de son erreur, la FTC a bien essayé de faire machine arrière et a demandé au quotidien de ne pas publier d’extraits du document... En vain.

Ce rapport de 160 pages révèle, en détail, les pratiques de Google, accusé par ses concurrents de mettre en avant ses propres services sur son moteur de recherche. Parmi celles-ci, le déclassement de certains sites concurrents, dans les secteurs du voyage, du shopping ou des commerces locaux, par exemple. La FTC donne aussi l’exemple du comparateur de billets d’avion de Google, systématiquement mis en avant alors qu’il offrait pourtant moins d’options que certains de ses rivaux et qu’il était moins fréquenté par les internautes. Les critères de mise en avant auraient aussi été différents, selon qu’il s’agissait d’un service de Google ou d’un autre. Le rapport cite ainsi Marissa Mayer, ex-cadre de Google désormais à la tête de Yahoo : selon elle, le taux de clic sur les sites, un élément important pour les faire apparaître dans les premiers résultats de recherche, ne s’appliquait pas aux services de Google, notamment à leurs débuts.

La reprise des poursuites ?

Autre révélation : Google aurait illégalement copié des contenus venant de concurrents tels que Yelp, Tripadvisor et Amazon pour améliorer ses propres services. Le géant aurait ainsi utilisé les avis et les notes déposés sur Amazon pour classer ses produits sur ses pages shopping. Et lorsque ces rivaux se sont plaint, Google les aurait tout simplement menacé de les déréférencer de son moteur...

Le rapport conclut que le comportement de Google « aura des effets négatifs durables sur le bien-être des consommateurs ». Il cite aussi Hal Varian, économiste en chef de la société californienne, pour qui la part de marché de la société était alors largement sous-évaluée aux Etats-Unis. « D’un point de vue concurrentiel, je me réjouis de voir [comScore] sous-évaluer notre part de marché », explique-t-il, estimant que les vrais chiffres se situent entre 69 % et 84 % quand les instituts de mesure d’audience l’évaluent à 65 %. Ces révélations pourraient agir comme une bombe à retardement et relancer des poursuites de l’autre côté de l’Atlantique. Yelp affirme en effet que ces pratiques sont encore de rigueur chez Google. Elles pourraient aussi avoir un impact sur les enquêtes en cours en Europe. Google n’a pas réagi aux révélations du Wall Street Journal.

@nrauline

»» http://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0204242354032-nouvelles-re...
URL de cet article 28264
  

Même Thème
L’Âge du capitalisme de surveillance
Shoshana Zuboff
« Révolutionnaire, magistral, alarmant, alarmiste, déraisonnable... Inratable. » The Financial Times Tous tracés, et alors ? Bienvenue dans le capitalisme de surveillance ! Les géants du web, Google, Facebook, Microsoft et consorts, ne cherchent plus seulement à capter toutes nos données, mais à orienter, modifier et conditionner tous nos comportements : notre vie sociale, nos émotions, nos pensées les plus intimes… jusqu’à notre bulletin de vote. En un mot, décider à notre place – à des fins (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un conspirationniste est quelqu’un qui regarde moins la télévision que vous.

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.