RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Message de Fidel au président Nicolás Maduro

Mardi 17 mars 2015

Monsieur Nicolás Maduro, président de la République bolivarienne du Venezuela

La presse a fait savoir que les chefs d’État ou de gouvernement de l’ALBA se réuniront demain, mardi 17 mars, à Caracas pour analyser la politique insolite de l’administration étasunienne contre le Venezuela et contre l’Alliance.

L’idée de cette Alliance est née de Chávez en personne, qui souhaitait partager avec ses frères caribéens les énormes ressources économiques dont la Nature a doté sa patrie mais dont les profits aboutissaient dans les poches de puissantes sociétés étasuniennes et de quelques millionnaires vénézuéliens.

La corruption et le gaspillage ont été la façon de vivre fondamentale de la première oligarchie de tendance fasciste, adonnée à la violence et aux crimes. Ceux-ci ont été si intolérables pour l’héroïque peuple vénézuélien qu’il ne pourra pas les oublier et qu’il n’admettra jamais un retour au passé ignominieux de l’époque d’avant la Révolution, marqué entre autres par le pillage de centres commerciaux et l’assassinat d’on ne sait combien de milliers de personnes.

Simón Bolívar s’attacha à une mission colossale : libérer le continent. Plus de la moitié de son peuple lutta et mourut pendant de longues années de bataille ininterrompue.

Le Venezuela, qui représente moins de un pour cent de la surface de notre planète, possède les plus grands réserves d’hydrocarbures du monde. Pendant tout un siècle, il fut contraint de produire tout le carburant dont avaient besoin les puissances européennes et les États-Unis. Les hydrocarbures, formés au cours de millions d’années, seront épuisés en un siècle au plus, tandis que la population mondiale, qui se chiffre aujourd’hui à 7,2 milliards d’habitants, doublera en cent ans et se montera d’ici à deux siècles à 21 milliards. Seuls les prodiges de la technologie la plus de pointe permettront peut-être à notre espèce de survivre un peu plus longtemps.

Pourquoi, au lieu de s’en servir pour intoxiquer, n’utilise-t-on pas l’impact fabuleux des médias pour informer et éduquer au sujet de ces réalités que chaque personne de jugement doit connaître ?

Un Sommet de l’ALBA ne peut pas ne pas tenir compte de ces réalités qui nous concernent de si près.

La République bolivarienne du Venezuela a déclaré sans ambages être prête à discuter d’une façon pacifique et civilisée avec le gouvernement étasunien, tout en précisant qu’elle n’en acceptera jamais les menaces ni les diktats.

J’ai constaté non seulement l’attitude du peuple héroïque de Bolívar et de Chávez, mais aussi une circonstance spéciale : la discipline exemplaire et l’état d’esprit des Forces armées nationales bolivariennes. Quoi qu’il fasse, l’impérialisme étasunien ne pourra jamais compter sur elles pour faire ce qu’il a fait durant tant d’années. Le Venezuela possède aujourd’hui les soldats et officiers les mieux équipés d’Amérique latine.

À ta réunion récente avec les officiers, on pouvait constater qu’ils étaient prêts à verser jusqu’à la dernière goutte de leur sang pour leur patrie.

Accolade fraternelle à tous les Vénézuéliens, aux peuples de l’ALBA et à toi.

Fidel Castro Ruz
16 mars 2015
23 h 14

»» http://fr.granma.cu/cuba/2015-03-17/message-de-fidel-au-president-nicolas-maduro
URL de cet article 28259
  

Même Auteur
L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le domaine de la liberté commence là où s’arrête le travail déterminé par la nécessité.

Karl Marx

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.