RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 
La documentation sur les crimes Israëlien est plus lourde que trois chars Merkava

Oberlin voit déjà Netanyahou au tribunal.

Après avoir publié en 2014 « Le Chemin de la Cour » pour nous convaincre de l’utilité d’un nouvel outil militant capable de faire reculer le non-droit et les crimes commis par Israël -le recours à la Cour Pénale Internationale-, l’admirable et inflexible Christophe Oberlin grimpe à nouveau dans les étagères des libraires. Il nous revient avec une suite à son premier travail, convaincu que l’histoire et la justice ont avancé sur son chemin. Oberlin voit déjà « Les dirigeants israéliens devant la Cour pénale internationale ». Que le ciel, auquel je ne crois qu’en temps de pluie, l’entende. Mais, en effet, pourquoi négliger l’option du droit ? Le rêve d’asseoir Netanyahou à la place de Laurent Gbagbo… C’est ce long voyage, dans le temps et entre les morts, que décrit Christophe Oberlin dans ce livre publié chez Erick Bonnier. Nous avons là une vision depuis les coulisses, le plus souvent à Gaza. Et des leçons de droit qui ne sont pas l’essentiel de l’ouvrage. Dont le grand intérêt est de parler a continuo d’un drame de l’injustice, d’une tragédie de l’abandon. De ces tueries détaillées au ralenti, Oberlin nous convainc de l’urgence, nous malmène quand il décrit les familles en charpie, les immeubles écroulés, la misère, l’enfermement, les massacres. C’est le point incontestable de son livre, la traduction de l’engagement d’une vie.

Le 1er janvier 2015, le Gouvernement palestinien dépose une déclaration en vertu de l’article 12-3 du Statut de Rome reconnaissant la compétence de la Cour pénale internationale (CPI) pour les crimes commis « sur le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est ». Le 20 décembre 2019, la procureure de la CPI, Fatou Bensouda, annonce « qu’au terme d’un examen préliminaire approfondi, mené en toute indépendance et objectivité, de l’ensemble des renseignements fiables qui sont en la possession de son Bureau, ce dernier est parvenu à la conclusion que tous les critères définis dans le Statut de Rome pour l’ouverture d’une enquête étaient remplis.

Cependant, compte tenu des questions juridiques et factuelles liées à cette situation, conformément à l’article 19.3 du Statut de Rome, le Procureur a demandé à la Chambre préliminaire 1 de se prononcer quant à la portée de la compétence territoriale de la CPI dans la situation en Palestine, conformément à l’article 12 2 a du Statut de Rome. »

Le 28 janvier 2020, la Chambre préliminaire numéro 1 rend une ordonnance fixant la procédure et le calendrier pour la présentation d’observations sur la demande du Procureur en vertu de l’article 19-3 du Statut de Rome, quant à la portée de la compétence territoriale de la Cour dans la situation dans l’État de Palestine. La Chambre préliminaire numéro 1 « prendra ensuite une décision sur cette question en temps voulu ». Vous aurez noté que l’adhésion de Ramallah au Traité de Rome, et par là à la CPI, est déjà vieille de cinq années. Soixante mois de crimes accumulés sous les bombes, missiles, tortures, internements arbitraires... Et rien. A La Haye le sommeil est lourd, surtout que le rude climat de La Haye exige des couettes épaisses. Qui étouffent les cris.

Dans sa dernière requête déposée de 22 janvier 2020 auprès de la Chambre d’instruction, la procureure gambienne donne un tour de vis de plus le verrou de la justice internationale : « la question de l’État de Palestine au regard du droit international ne semble pas avoir été définitivement résolue ». On trouve aux puces des timbres de 1923, de vieux passeports, des photos, des tampons, des actes notariés, des documents diplomatiques qui attestent de l’existence d’un Etat nommé Palestine... Mais madame Bensouda n’en pas été informé. Il faut qu’elle s’informe.

Cette magistrate venue de Gambie n’a jamais été élève à l’école du courage : jeune, en 1994 elle n’a pas eu besoin de s’informer longtemps avant de plonger dans le giron de Yahya Jammeh, un soudard devenu dictateur. Satrape qui, en 2015 achève son terrible règne en déclarant la Gambie « république islamique ». C’est dans l’ombre de cet homme exemplaire que la procureure Bensouda a pris des cours de prudence. Ainsi donc, habitués au déni, au piétinement, les Palestiniens doivent attendre une fois encore afin de savoir s’ils existent. La dame invite la Cour à dire que «  pour les seuls besoins du Statut » la Palestine est un État selon les principes et les règles du droit international. »

La documentation sur les crimes commis par Israël est plus lourde que trois chars Merkava, elle est à ciel ouvert puisque c’est de là-haut que tombent les bombes. Pourtant les Palestiniens ont le devoir d’être patients, méthodiques, de relever les indices, de noter les heures, les lieux, les blessures, les morts, les identités. Ils doivent faire de la police scientifique et de la médecine légale. Ils le font. De trop rares et exemplaires ONG israéliennes tentent de leur venir en aide. C’est le cas de « Breaking the Silence » quand elle publie les témoignages de 60 soldats et officiers ayant participé à l’opération « Bordure protectrice ». Le monde entier a pu voir des soldats israéliens abattre des hommes comme les cibles d’un stand de tir. Avec à côté d’eux un public enchanté du spectacle. Opération « Bordure protectrice » qui a duré cinquante et un jours a provoqué la mort de plus de 2 200 Palestiniens et celle de 72 Israéliens (1).

Pour revenir au courage, si fou, de Fatou Bensouda, pour se donner un amortisseur de plus, elle a conseillé à la Cour d’ouvrir le débat sur le to be or not to be de la Palestine à tous ceux qui le souhaiteraient : Etats, associations, spécialistes du droit international, personnalités. En termes habillés de feutre ces contributeurs sont qualifiés d’ « amis de la Cour ». Après une pré-sélection entre tous ces amis, les contributions définitives (30 pages maximum ) ont été déposées à la CPI avant le 15 mars dernier. Dans le lot de ces éclairants, en fanal de tête, on trouve l’inoxydable Robert Badinter. On comprend mieux que cet homme exemplaire n’ait pas trouvé le temps de moriginer sa femme, Elisabeth, alors que son trust familial « Publicis » assure la propagande de la grande démocratie saoudienne si habile à découper yéménite et journaliste en morceaux.

Et que nous dit le grand Robert sur Israël à la CPI ? « La Cour Pénale Internationale n’a pas juridiction sur les crimes prétendus avoir été commis en Cisjordanie, incluant Jérusalem Est et la bande de Gaza (« Gaza »). Le terme « Etat » selon l’article 12(2) (a) du Statut de la Cour signifie que l’Etat est souverain, or la Palestine ne l’est pas. La Palestine n’est pas un « Etat » au regard de l’article 12 (2) (a) du Statut par sa simple adhésion au Statut de Rome. Ce n’est pas à la CPI de déterminer si la Palestine est un Etat souverain selon le droit international, ou si l’enquête en question s’applique « sur le territoire de » la Palestine alors que les parties sont engagées à trouver une solution négociée sur le statut d’Etat et les frontières. La Palestine ne remplit pas les critères d’un Etat selon le droit international. Et la seule façon d’enquêter sur des crimes commis dans ce cadre est constituée par la saisine de la CPI par le Conseil de sécurité. Les accords d’Oslo s’imposent à la juridiction de la Cour. »

Ne tentez pas de comprendre, c’est confus. L’important est de savoir qu’en dehors d’un changement d’imprimante, le texte est identique à la prose de Netanyahou. Le droit-de-l’hommisme, c’est parfait pour condamner tous les crimes de monde, sauf ceux d’Israël.

Et l’avenir dans tout ça. Oberlin voit donc les dirigeants israéliens avec les chaînes au pieds. Sa lecture et celle d’un droit bien appliqué. Faut-il rêver ? Pour l’instant la CPI procrastine, fait des ronds sur elle-même. Bensouda, qui va quitter La Haye, se sent déjà dé-confinée du grand et triste building de verre proche de la mer. Ceux qui sont dans l’embarras sont les magistrats de la Cour qui doivent répondre si oui ou non la Palestine est un Etat. S’ils disent non la CPI qui a déjà une crédibilité proche de zéro, explose. Avis donc aux « amis » de la CPI, à ceux qui possèdent un outil qui permette de perdre du temps de façon démocratique. Le temps que la Palestine se vide des ses êtres et de son âme.

(1) http://www.courrierinternational.com/article/gaza-temoignage-de-soldat...

Jacques-Marie BOURGET

URL de cet article 36702
  

Même Thème
Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.