RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
15 

Paris : le CRS éborgneur définitivement acquitté

C’était le 15 septembre 2016. Laurent, syndicaliste, secrétaire hospitalier et père de famille, quittait une manifestation contre la Loi travail, Place de la République, les mains dans les poches. Une grenade jetée en sa direction lui avait arraché l’œil droit. Une mutilation terrible, une vie brisée, le début d’une descente aux enfers.

Chose rare : des vidéos montrent l’intégralité des faits. Une ligne de CRS qui charge au milieu de grappes de personnes avec des drapeaux syndicaux, absolument passives. Pas un jet de projectile. Pas même de tension. Une grenade part de cette ligne et mutile Laurent. Les faits sont établis, incontestables. Pire, le CRS tireur, Alexandre Mathieu, venait d’arriver chez les CRS et n’était pas habilité à utiliser une grenade de désencerclement. Il en avait subtilisé une en cachette avant de la dégoupiller à la première occasion pour se “faire” un manifestant.

Tout est accablant dans cette affaire. Le CRS est indéfendable sur tous les points. Il a pourtant été acquitté en Cour d’Assise, à Paris, le 13 décembre 2022. Le procès a été une mascarade intégrale. Durant trois jours, les CRS ont pu parler pendant des heures et des heures pour défendre leur collègue, prétendre qu’ils avaient subi une “pluie de cocktails molotov” et de blocs de béton, sans apporter de preuve, ou répéter qu’ils ont cru qu’ils allaient “mourir” et laisser “des orphelins” et qu’un tir de grenade était donc nécessaire. Tous les éléments du dossier prouvent pourtant le contraire à tous les niveaux. Les rares témoignages du côté de la victime ont été coupés par la juge : seule la parole des policiers et d’experts en faveur du tireur ont pu être développés longuement devant les jurés. Résultat : un acquittement pour “légitime défense”, en dépit de toute évidence légale.

Restait un dernier espoir : un appel du procureur, qui aurait permis un nouveau procès. En cas d’acquittement d’un accusé, une victime ne peut pas faire appel. Par contre, le procureur qui avait tout de même demandé une condamnation – extrêmement légère – du CRS peut le faire. C’était donc son devoir, suite à l’acquittement, de faire appel de la décision. Ce qu’il aurait fait dans n’importe quelle autre affaire. Il avait 10 jours pour faire cette démarche.

Lundi 26 décembre, le délai légal était écoulé et le procureur n’avait pas fait appel. Pour l’avocate de Laurent Theron, la décision de ne pas faire appel confirme « l’existence d’une justice à deux vitesses dans laquelle les policiers jouissent d’une légitime défense totalement dérogatoire aux règles de droit commun ». Ce procès aura été une parodie de justice de bout en bout. Un scandale.

Si un policier éborgneur est définitivement acquitté malgré des faits avérés, des vidéos, une victime au profil “irréprochable”, un contexte sans aucun danger, une enquête prouvant le crime et l’usage d’une grenade en dehors de tout cadre réglementaire, alors n’importe quelle barbarie policière est désormais permise.

Retrouvez notre reportage complet du procès, en trois partie, ici :

Tir de grenade et mutilation : notre reportage au procès du CRS Jour 1

Tir de grenade et mutilation : notre reportage au procès du CRS Jour 2

Tir de grenade et mutilation : notre reportage au procès du CRS Jour 3

Un CRS mutile à vie un père de famille avec une grenade lancée illégalement : acquitté par la justice

La nausée. C’est le seul sentiment possible après le procès qui a eu lieu pendant trois jours au tribunal de Paris. Une nausée qui ne passe pas.

Tout commence le 15 septembre 2016. Laurent, père de famille, est sur la Place de la République, à Paris, à la fin d’une manifestation. Il ne se passe strictement rien. Tout est calme. Les gens partent. Il a les mains dans les poches. Une énorme explosion à ses pieds, et l’éclat d’une grenade de désencerclement, officiellement classée comme « arme de guerre », le frappe en plein visage. Son œil droit explose sur le coup. Les os de son visage sont brisés. Il s’effondre couvert de sang. Sa vie ne sera plus jamais la même.

Des vidéos montrent précisément ce qu’il s’est passé. Sans aucune contestation possible. On voit des CRS, lourdement armés et protégés, charger dans le vide, au milieu d’une foule passive. Ils sont venus amener la violence au cœur d’une manif qui se disperse. Lors de la charge, une grenade est lancée en l’air, elle explose sur Laurent. Deux vidéos, deux angles, qui prouvent l’inacceptable. L’indéfendable. Un enfant serait capable, en les regardant, de dire qui sont les agresseurs et qui est la victime d’une agression gratuite.

Ce n’est pas tout. Le policier qui a jeté la grenade l’a fait en totale illégalité. L’enquête révélera qu’après 20 ans dans la BAC, il venait de devenir CRS. Pendant la manif, il avait gardé, en cachette, une grenade récupérée dans un camion de ravitaillement, sans en avoir le droit ni l’habilitation. Il l’avait immédiatement dégoupillée et lancée, sans raison, en l’air. Pour se faire un manifestant ? Pour se défouler ? Pour s’amuser ? Lui affirme qu’il a « entendu un bruit de verre » près de lui. Un bruit. De verre. Une grenade explosive. Une arme de guerre. Il appelle ça de la légitime défense. Tout est accablant dans cette affaire. Et pourtant.

À 20h ce mercredi 14 décembre, la Cour d’Assises de Paris a acquitté Alexandre Mathieu. Selon la Cour, il a bien lancé cette grenade de façon irrégulière, mais en « légitime défense », ce qui l’exonère.

Alors que s’est-il passé entre l’exposé des faits et cet acquittement ? Trois jours de lavage de cerveau. Trois jours d’intoxication intensive, d’endoctrinement, conçus pour inverser la réalité. S’il fallait faire un guide de manipulation judiciaire, on pourrait prendre ce procès.

Pendant des heures et des heures et des heures, la présidente du tribunal, celle qui anime le procès, Catherine Sultan, et l’avocat du policier, Maître Liénard, ont imposé une autre vérité, écrit une fiction. Ensemble, ils ont mis en place un dispositif implacable. En trois longues journées, Laurent et tous ses témoins n’ont pu parler que moins d’une heure, en étant interrompus et sans pouvoir finir leurs intervention. À l’inverse, une dizaine d’heures d’affilée ont été consacrées à la parole de CRS, tous collègues du tireur, répétant encore et encore et encore les mêmes mensonges après s’être concertés. C’est simple, il a bien plus été question de cocktails Molotov que de grenades dans ce procès qui... devait concerner une grenade ! À l’école on appelle ça un hors-sujet, dans la police c’est un mode de défense.

Il s’agit d’une opération de conditionnement. Même avec toute la bonne volonté du monde, même après avoir vu les images, lorsque des agents assermentés vous répètent pendant des heures et des heures, sans contradiction ni interruption, qu’ils ont reçu « une pluie de cocktails Molotov », qu’ils ont cru « mourir », que les groupes « hostiles » voulaient les tuer, il est difficile de ne pas céder. Lorsque des figures d’autorité, les magistrats en robe qui animent le procès depuis leur pupitre, valident les mensonges les plus irréalistes par leur silence et vont jusqu’à montrer des photos de manifestants portant un simple sweat noir pendant que l’avocat prétend que ce sont des black blocs voulant assassiner des CRS, il devient impossible de savoir ce qui est vrai ou faux. La confusion est totale. L’objet du procès paraît lointain. D’ailleurs on n’en parle quasiment pas. La “peur” du CRS tireur et ses regrets ont pris plus de place que la vie brisée de celui qu’il a blessé. Et les témoignages qui vont dans le sens de la personne mutilée ont été coupés et congédiés en quelques minutes, en début de procès. La stratégie de saturation fonctionne.

Mercredi soir, des jurés manipulés et déboussolés ont donc acquitté un éborgneur. Des professionnels de la justice ont organisé un procès intégralement à décharge. C’est un cas éclairant de la manière dont la justice fonctionne pour protéger la police. Malgré une affaire indéfendable, un crime entièrement filmé, un tir totalement illégal, la manière dont les débats a été orienté aura inversé la situation. L’institution a imposé une vérité alternative.

Au-delà de l’horreur de ce verdict, cet acquittement pour la mutilation d’un père de famille paisible, syndicaliste, à visage découvert, sans casier, va créer une jurisprudence. Avec cet acquittement, c’est la porte ouverte aux plus terribles répressions : si même avec de tels éléments, le tireur est acquitté, les policiers savent qu’ils peuvent faire absolument tout ce qu’ils souhaitent. Nos pensées vont aujourd’hui vers Laurent et toutes les victimes de la police qui se battent pour obtenir justice.

Source : https://contre-attaque.net/2022/12/15/un-crs-mutile-a-vie-un-pere-de-f...

»» https://contre-attaque.net/2022/12/29/paris-le-crs-eborgneur-definitiv...
URL de cet article 38439
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Être palestinien en Israël – Ségrégation, discrimination et démocratie
Ben WHITE
La Guillotine est heureuse de vous proposer sa deuxième publication. Après Europe-Israël : Une alliance contre-nature de David Cronin, traitant des relations ambivalentes entre l’Europe et Israël, cette fois il s’agit d’une investigation abordant un autre sujet peu éclairé. Alors que les Palestiniens en Israël s’imposent comme une composante incontournable de la réflexion politique et de l’action pour libérer la Palestine de l’apartheid et de la domination militaire sionistes, aucun livre en français (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si Eve avait écrit la Genèse, que serait la première nuit d’amour du genre humain ? Eve aurait tout clarifié et dit qu’elle n’était pas née d’une côte, qu’elle ne connaissait aucun serpent, qu’elle n’a offert des pommes à personne et que Dieu ne lui a jamais dit qu’elle accoucherait dans la douleur et que son mari la dominerait. Que tout ça ce sont de purs mensonges qu’Adam a raconté à la Presse.

Eduardo Galeano

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.