RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

ALLEMAGNE ET FRANCE : LES TENSIONS HISTORIQUES MONTENT DE NOUVEAU

ALLEMAGNE ET FRANCE : LES TENSIONS HISTORIQUES MONTENT DE NOUVEAU
La guerre en Ukraine a intensifié les rivalités entre les grandes puissances impérialistes. Plus particulièrement, les États-Unis ont forcé leurs « alliés » européens à s’auto-saboter avec des sanctions anti-russes – d’un coup affaiblissant l’Europe et se renforçant. L’Allemagne a coupé l’énergie russe bon marché sur laquelle elle comptait pour 40 % de ses sources, et a commencé à importer du gaz naturel liquide américain beaucoup plus cher à la place. Cela a de graves répercussions sur l’industrie allemande et certaines entreprises transfèrent déjà leurs activités aux États-Unis pour obtenir une énergie moins chère (Agence Anadolu, 14 décembre 2022). Et puis il y a eu la destruction de Nordstream 2, le pipeline détenu à 30% par des Allemands, qui, selon la Russie, citant des preuves plausibles, était une attaque orchestrée par les États-Unis et menée par des forces spéciales britanniques (Reuters, 29 octobre 2022).
Pendant ce temps, les armes nucléaires américaines stationnées en Allemagne, ainsi que 40 000 soldats américains, renforcent l’hégémonie américaine sur son principal rival européen. Comme l’ancien diplomate indien M.K. Bhadrukumar le dit : "Le chancelier Scholz est terrifié par la colère du président Biden."
La domination américaine sur l’Europe s’est également exprimée dans la loi sur la réduction de l’inflation (IRA) récemment introduite, une loi qui subventionne les prix du carburant pour l’industrie américaine, laissant les pays européens payer les prix plus élevés (américains) entraînés par leurs sanctions contre la Russie. En réponse à l’IRA, le journal français Les Echos a qualifié les États-Unis de « rival systémique ». Pour l’instant, l’Allemagne et la France sont unies dans leur protestation contre ce qui s’apparente à une guerre commerciale contre l’Europe.

LA FRANCE ET L’ALLEMAGNE SE DISPUTENT SUR LA MONTEE DU MILITARISME ALLEMAND
Malgré leur unité temporaire contre l’IRA, le résultat de l’augmentation marquée des brimades américaines a été de faire monter les tensions entre la France et l’Allemagne, les deux principales puissances de l’UE, les deux se retournant l’une contre l’autre au point qu’un sommet conjoint du Conseil des ministres a dû être reporté à janvier de cette année en raison d’âpres disputes.
Pour la France, la montée du militarisme allemand est une cause d’inquiétude. Depuis le traité de l’Élysée de 1963, la nette supériorité militaire de la France en tant que seule puissance nucléaire en Europe continentale a été acceptée par l’Allemagne, et à son tour la puissance militaire française a soutenu l’hégémonie économique de l’Allemagne sur le reste de l’UE.
La France a longtemps insisté sur le maintien de sa prééminence militaire en Europe. Ses essais nucléaires controversés dans le Pacifique dans les années 1990, par exemple, ont été justifiés par le ministre des Affaires étrangères de l’époque au motif que « la France devait se protéger après avoir été envahie trois fois au cours du siècle dernier » (The Times, 4 août 1995) - c’est-à-dire les invasions de l’Allemagne en 1871, 1914 et 1940. En tant que puissance nucléaire indépendante, la France est également capable de résister dans une certaine mesure à l’ingérence américaine ; alors qu’en fin de compte, elle nourrit l’ambition de réaliser la vision de De Gaulle d’une la suprématie mondiale de la France avant Waterloo (Fondation Robert Schuman, 1er février 2021).
Maintenant, en 2022, les craintes des Français concernant la force et les intentions de l’Allemagne ont augmenté de façon exponentielle - pour une bonne raison : l’Allemagne est de moins en moins disposée à prendre en compte les intérêts français. Le chancelier Scholz a saisi l’opportunité de la guerre en Ukraine pour plaider explicitement en faveur du militarisme allemand : « Les Allemands ont l’intention de devenir le garant de la sécurité européenne... », a-t-il déclaré. "Le rôle crucial pour l’Allemagne en ce moment est de devenir l’un des principaux fournisseurs de sécurité en Europe en investissant dans notre armée, en renforçant l’industrie de défense européenne, en renforçant notre présence militaire sur le flanc est de l’OTAN... Cette décision marque le changement dans la politique de sécurité allemande depuis la création de la Bundeswehr en 1955... » (Affaires étrangères, janvier/février 2023).
Ce que Scholz appelle un changement tectonique (« Zeitenwende ») signifie que le consensus de l’establishment allemand selon lequel « la guerre ne doit plus jamais sortir du sol allemand » (Willy Brandt) a été révisé (Affaires étrangères, 5 décembre 2022). L’Allemagne sous le SPD et les Verts a rejoint le parti de la guerre en livrant des armes lourdes à l’Ukraine, ce qui était encore tabou au début de 2022 (Deutsche Welle, 19 janvier 2022).

L’ALLEMAGNE VEUT ETRE LA PREMIÈRE ARMÉE EUROPÉENNE DE L’OTAN
Des tabous encore plus sérieux sont remis en cause. Un rédacteur en chef du Frankfurter Allgemeine Zeitung a explicitement appelé l’Allemagne à acquérir ses propres armes nucléaires (Carnegie Endowment, 5 mars 2020). Ce serait « une condition préalable à un leadership allemand en Europe, indépendant de la France, et plus conforme à la vision du monde des pays d’Europe de l’Est comme la Pologne », selon Wolfgang Streek (New Left Review, 7 novembre 2022).
Des mesures concrètes sont déjà prises pour cela. Annalena Baerbock, la ministre des Affaires étrangères belliciste des Verts, a insisté pour acheter trente-cinq bombardiers F-35 américains - en fait, elle en a fait une condition pour que les Verts entrent dans le gouvernement de coalition avec le SPD. Ces avions transportent des bombes nucléaires américaines et ont été choisis à cette fin (Daily Express, 15 décembre 2022).
En plus d’acquérir les F-35 américains à capacité nucléaire, l’Allemagne développe un avion de chasse européen - avec la France et l’Espagne. Connu sous le nom de Future Combat Air System (FCAS), le projet met en lumière les tensions entre la France et l’Allemagne. Les différends sur la prédominance de l’entreprise aérospatiale - le français Dassault ou l’allemand Airbus - ont retardé le projet. Alors que le PDG de Dassault, Eric Trappier, affirme que son entreprise doit rester le "leader incontesté" (Defense News, 22 nov. 2022), l’Allemand Airbus s’inquiète d’être relégué à un rôle de fournisseur plutôt que de partenaire à part entière. La France, pour sa part, s’inquiète de céder une technologie de haut niveau à l’Allemagne. Des querelles similaires ont retardé le projet commun Typhoon des années 1980 et ont conduit la France à suivre sa propre voie avec son chasseur Rafale.
De plus, le projet de l’Allemagne d’un système européen de défense aérienne appelé European Sky Shield Initiative, impliquant 15 pays a exaspéré la France, qui développe entre-temps un système de défense aérienne rival avec l’Italie. "On a l’impression que l’Allemagne avance seule", déclare Gaspard Schnitzler du think tank français Iris (20 Minuten, News von Jetzt, 20 oct. 2022).
La France estime que l’Allemagne rompt l’ancien axe franco-allemand et sape ainsi la vision de longue date de la France d’une "autonomie stratégique" européenne (en fait française) - c’est-à-dire une marge de manœuvre française en dehors du commandement américain et une prééminence militaire française proportionnée au sein L’Europe . Comme l’indique un rapport, la France craint qu’"une coordination insuffisante entre les États membres et les achats sur étagère ne profitent à l’industrie américaine plutôt qu’à l’industrie européenne, créant à terme de nouvelles dépendances" (ISPI, 7 avril 2022).
L’European Sky Shield, composé entre autres d’armes US Patriot, couvrira la plupart des États baltes et d’Europe de l’Est, donnant à l’Allemagne "un pied dans les pays d’Europe de l’Est" trop important au goût de la France, selon Gaspard Schnitzler, car il pose un défi à la supériorité militaire française.
"Avec son nouveau fonds de 100 milliards d’euros annoncé en février pour réarmer l’armée allemande, Berlin a de quoi tripler son budget d’acquisition chaque année", estime un chercheur d’un autre groupe de réflexion français, l’IFRI (Le Monde, 15 octobre 2022).
L’Allemagne se présente ainsi comme chef de file de la branche européenne de l’OTAN, plutôt que comme partenaire de la France dans la force de défense semi-autonome de l’UE. Alors que le gouvernement français faisait autrefois pression pour que l’Allemagne augmente ses dépenses d’armement - tant que la France et l’UE contrôlaient le résultat - il regarde maintenant avec consternation l’Allemagne échapper à l’étreinte d’après-guerre qui l’a liée à la France pendant des décennies. Comme l’a dit Macron : « Je pense que ce n’est pas bon pour l’Allemagne ou pour l’Europe qu’elle s’isole » (The Limited Times, 20 oct. 22).

L’ALLEMAGNE DÉTIENT LA PUISSANCE ÉCONOMIQUE
Un autre différend franco-allemand porte sur l’énergie. Avec la flambée des prix en Europe, la France, l’Italie et environ les deux tiers des États membres de l’UE ont plaidé pour un plafonnement des prix du gaz, cherchant à utiliser l’UE comme un cartel pour maintenir les prix bas. L’Allemagne s’y est opposée, arguant qu’un plafond détournerait le gaz dont l’UE a besoin vers d’autres pays prêts à payer plus. Mais une raison plus importante de l’opposition allemande a été révélée lorsqu’elle a soudainement annoncé 200 milliards d’euros (170 milliards de livres sterling) d’aides d’État aux entreprises et aux consommateurs allemands pour compenser les coûts élevés du carburant - n’ayant donné à la France aucun avertissement préalable de sa décision. Cette subvention massive permet à l’Allemagne d’obtenir le gaz dont elle a besoin malgré des prix élevés, ce que les pays moins riches de l’UE, dont la France, ont plus de mal à faire. Les subventions allemandes profitent à sa propre industrie au détriment des industries de la France et des pays périphériques de l’UE - similaire à ce que les États-Unis font à l’Europe avec leur loi sur la réduction de l’inflation.
Bien qu’un plafonnement des prix de l’UE ait finalement été convenu fin décembre 2022, les Pays-Bas, l’Autriche et la Hongrie ont refusé de signer l’accord, et les clauses de libération allemandes le rendent largement irréalisable et peu susceptible de durer.
L’Allemagne tente également d’entraver l’industrie énergétique compétitive de la France, en particulier Électricité de France (EDF), subventionnée par l’État. L’ancien patron d’EDF, Henri Proglio, se plaignait récemment : « L’obsession allemande depuis 30 ans, c’est la désintégration d’EDF... ils ont réussi » (Documentaire et Vérité, @DocuVerite, 13 déc. 2022). Proglio a ajouté : "Comment voulez-vous que ce pays [l’Allemagne] accepte que la France ait à sa porte un outil compétitif aussi puissant qu’EDF ?"
L’approche de l’Allemagne d’abord a provoqué un tollé dans toute l’Europe. Un conseiller du Premier ministre italien a déclaré que la politique énergétique de l’Allemagne "sapait les raisons de l’Union". Le ministre luxembourgeois de l’énergie l’a qualifié de "course folle... pour surpasser les autres gouvernements dans un moment aussi difficile en Europe".
La France, à son tour, refuse la demande de l’Allemagne d’un nouveau pipeline d’énergie reliant l’Espagne à travers la France jusqu’en Allemagne. Alors que la France invoque des raisons environnementales pour refuser le projet dit MidCat, elle gagne clairement à entraver l’accès allemand au combustible, un domaine dans lequel la France a un avantage relatif en raison de son programme nucléaire.
Au-delà du secteur de l’énergie, l’utilisation du muscle économique a longtemps été utilisée par l’Allemagne comme une arme pour subordonner les autres pays de l’UE, dont la France. L’Allemagne, par exemple, plaide pour le maintien du pacte de stabilité et de croissance de l’UE, qui fixe des limites strictes à la dette nationale. La France, en revanche, veut le mettre à la ferraille pour lui permettre de subventionner ses industries de l’armement et du nucléaire, secteurs clés de son économie. L’Allemagne veut des limites de dépenses parce que ses dettes sont inférieures à celles de la France et cherche à tirer profit de l’adhésion au Pacte. La France cherche à gagner en le cassant.

CONCURRENCE SUR LA CHINE
Il existe également des tensions majeures entre la France et l’Allemagne au sujet de la Chine – les deux pays se disputant le commerce, malgré la désapprobation des États-Unis. Scholz a accepté la vente de 24,9% du port de Hambourg à la société chinoise Cosco. Sa récente visite à Pékin avec une importante délégation commerciale a provoqué la colère des pays d’Europe de l’Est et du ministère des Affaires étrangères de l’UE, qui plaident pour une confrontation anti-chinoise conforme à la politique américaine. La France s’inquiète une fois de plus que l’Allemagne fasse cavalier seul, après que l’Allemagne a repoussé l’idée d’une visite conjointe franco-allemande. Après le voyage de Scholz, Macron a annoncé sa propre visite au début de l’année prochaine (Politico, 16 novembre 2022).

L’ALLEMAGNE GAGNERA À L’ÉLARGISSEMENT DE L’UE
L’Allemagne est favorable à l’élargissement de l’UE pour inclure "les États des Balkans occidentaux, l’Ukraine, la Moldavie et, à long terme, la Géorgie", comme l’a récemment annoncé Scholz (Guardian, 14 décembre 2022). L’adhésion de plusieurs petits pays - la plupart sous influence économique allemande - élargira massivement la sphère de contrôle de l’Allemagne au sein de l’UE. Aux dépens de la France. Au sein d’une UE d’au moins 30 États, l’Allemagne aura une majorité ; et si elle atteint son objectif d’établir un nouveau système de vote à la majorité plutôt que l’actuel vote à l’unanimité, elle aura acquis un contrôle politique sans précédent sur l’UE.
Affaibli par rapport aux États-Unis, l’impérialisme allemand a été solidement tiré dans le giron atlantiste, du moins pour le moment – même si le monstre militaire que les États-Unis sont en train de créer pourrait revenir le hanter dans les années à venir.
Au sein de l’UE, l’effet a été d’intensifier la rivalité historique entre l’Allemagne et la France. Le doublement du budget militaire de l’Allemagne augmentera la pression qu’elle exerce déjà sur la France pour céder son siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU à l’UE. Une telle décision signifierait en effet que l’Allemagne, en tant que puissance hégémonique de l’UE, atteindrait le statut de membre du Conseil de sécurité et de puissance mondiale.
Comme la France ne restera pas les bras croisés et ne regardera pas l’Allemagne l’éclipser, les contradictions entre les deux semblent susceptibles de s’aiguiser, conduisant à la possibilité d’un futur conflit armé.

THE SOCIALISTE CORRESPONDENT

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid02xQoTKj...
URL de cet article 38440
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

DEPUIS LA NUIT ET LE BROUILLARD - FEMMES DANS LES PRISONS FRANQUISTES - de Juana Doña
traduit par à ngeles Muñoz avec la collaboration de Sara Albert Madrid, février 1939. La Guerre d’Espagne touche à sa fin. Leonor va connaître l’exode, la torture, la condamnation à mort, et les longues années de prison... L’horreur quotidienne de l’univers carcéral franquiste tel que l’ont vécu des milliers de femmes et d’enfants est décrite ici par Juana Doña avec un réalisme sans concession et sans complaisance. Ce livre est son témoignage. Écrit en 1967, publié seulement après la mort du dictateur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je n’en dors pas la nuit de voir comment, au cours des 11 dernières années, nous, journalistes, activistes, intellectuels, n’avons pas été capables d’arrêter ce monde à l’envers dans lequel de courageux dénonciateurs et éditeurs vont en prison tandis que des criminels de guerre et des tortionnaires dorment paisiblement dans leur lit."

Stefania Maurizi
28 octobre 2021, au cours du procès d’appel en extradition de Julian Assange

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.