RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Pas de fusils ? Il s’agit probablement de terroristes (The Independent)

On ne sait pourquoi, mais la commission Chilcot (1) est devenue une sorte de Big Brother (émission de télé-réalité britannique - NDR). On la retrouve environ une fois par mois dans les journaux sous forme de brève et on se dit : "mince alors, encore ce truc ? Je croyais que c’était fini !".

Ils ne vont pas tarder, comme pour l’émission Big Brother, à nous sortir un lapin du chapeau, pour tenter de lui donner un regain d’intérêt. Et donc, ils vont soit convoquer des gens qui ont témoigné dans d’autres enquêtes comme Martin McGuinness (2) ou Christine Keeler (3) , soit charger certains témoins de retrouver des balles de ping-pong cachées dans la salle d’audience ou les faire témoigner les yeux bandés.

Et donc, il semblerait que ces enquêtes n’aient aucun intérêt, auquel cas, cela ne change rien que les Israéliens aient accepté de coopérer dans l’enquête de l’ONU concernant l’incident où neuf personnes ont été tuées après l’arraisonnement par les forces israéliennes du Mavi Marmara qui se dirigeait vers Gaza.

Mais cela semblait suffisamment important pour les Israéliens qui, jusqu’à cette semaine, ne cessaient de répéter que leur propre enquête suffisait, et qu’elle avait déjà débuté.

Un des faits qui ressort de cette enquête, c’est que les victimes, d’après le ""Sergent S" qui a tué six d’entre elles, étaient "sans aucun doute des terroristes". Car, d’après son témoignage, il "voyait la folie meurtrière dans leurs yeux".

Ceci correspond tout à fait à la définition d’un terroriste selon les lois internationales, à savoir quelqu’un qui a "de la folie meurtrière dans les yeux", et indique que le témoin principal dans un procès pour terrorisme n’est pas le médecin légiste, ni l’expert en explosifs mais l’ophtalmo. En examinant l’iris d’une personne, un bon ophtalmo peut diagnostiquer si elle est myope, presbyte, Hamas ou séparatiste basque.

Mais il y a mieux. D’après le Jerusalem Post, les Forces armées israéliennes ont déclaré à la commission que le groupe sur le bateau était constitué de "gens bien entrainés, probablement d’anciens soldats" parce que chaque équipe de mercenaires était équipée d’appareils de communication Motorola, de façon à faire circuler l’information. Ainsi, donc, ces pseudo-militants pour la paix étaient armés de téléphones portables ! C’est un miracle qu’ils n’aient pas mis tout le Moyen-Orient à feu et à sang. Et dire que Motorola et d’autres sinistres marchands d’armes comme Nokia et Orange se livrent ouvertement à un trafic d’armes létales !

Si les Forces armées israéliennes (l’IDF) étaient chargées de maintenir l’ordre dans un festival de rock, au moment où tout le monde se sert de son téléphone pour prendre des photos, elles tireraient dans la foule. Et, après avoir tué 3000 personnes, le Sergent S dirait : "Bravo, les gars, si nous ne nous étions pas méfiés, cela aurait pu vraiment mal tourner !"

Il aurait pu être éventuellement difficile de prouver les intentions meurtrières oculaires du groupe étant donné qu’aucun d’entre eux n’avait d’arme à feu. Mais l’IDF a expliqué que les "mercenaires" préféraient se servir de battes de baseball, de barres de métal et de couteaux, dans la mesure où, s’ils avaient tiré avec des armes à feu, il aurait été évident qu’il s’agissait de terroristes et non pas de pacifistes". Et donc, c’était encore une duplicité de la part de ces terroristes de cacher qu’ils étaient des terroristes en ne faisant rien de terroriste. Ca, c’est comme ma voisine, elle cache le fait qu’elle est terroriste en ayant 74 ans et en passant ses journées tranquillement à faire du jardinage sans jamais tirer sur qui que ce soit, cette horrible sorcière.

Encore plus flagrant, il a été dit à la commission d’enquête que le groupe avait bien des armes à bord, mais que "les mercenaires ont jeté leur armes par-dessus bord quand le commando a pris le contrôle du bateau" parce que, ça, cela fait partie de l’entrainement classique à la guérilla, être armé de fusils jusqu’au moment où arrive l’ennemi et s’en débarrasser aussitôt. C’est ce que font tous les grands stratèges militaires. C’est la raison pour laquelle Nelson a dit, lors de la bataille de Trafalgar : "Les gars, voilà les Français, alors nous, les Anglais, accomplissons notre devoir de soldat : jetons tous les fusils par dessus bord. Ca leur apprendra, à ces salauds de Français !".

Et tout le reste à l’avenant, avec le premier ministre Netanyahu qui approuve ouvertement, qualifiant lui-même les victimes de "mercenaires". Parce que ces mercenaires voulaient apporter des produits comme des médicaments dans une zone sous blocus, ce qui est tout à fait normal pour un mercenaire, sauf qu’au lieu d’être du trafic d’armes, c’était du trafic d’inhalateurs.

Mais petit à petit, l’Etat d’Israël découvre qu’il lui faut rendre des comptes publiquement, et que les sempiternelles excuses ne fonctionnent plus aussi facilement.

A partir de maintenant, il va falloir que ses dirigeants mettent dans leurs couilles un peu plus de réflexion, cela, pour aller dans le bon sens.

Mark Steel
The Independent (5 août 2010)

Texte original : Mark Steel : No guns ? They must be terrorists
http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/mark-steel/mark-stee...

Traduction Des Bassines et du Zèle

Quelques précisions culturelles :

(1) La commission Chilcot : la commission d’enquête Chilcot (devant laquelle Tony Blair a témoigné pour défendre la décision d’engager son pays dans la guerre contre l’Irak) est chargée depuis novembre 2009 de faire la lumière sur l’engagement britannique en Irak et sur les motivations et les conditions de l’entrée en guerre du Royaume-Uni en 2003.

(2) Martin McGuinness est actuellement vice-premier ministre de l’Irlande du Nord (Ulster).
Il a été entendu comme témoin à la commission d’enquête présidée par le juge britannique Mark Saville, créée en 1998 pour déterminer pourquoi des soldats britanniques avaient tué 14 manifestants catholiques le 30 janvier 1972 à Londonderry, en Irlande du Nord. Trente-huit ans après les faits et après 12 ans d’enquête, la commission rendait publiques mardi 15 juin 2010 les conclusions de son rapport sur cet épisode du conflit en Irlande du Nord connu sous le nom de "Bloody Sunday". L’armée et les autorités britanniques avaient affirmé à l’époque que les soldats avaient riposté à des tirs de manifestants.

Martin McGuinness a confirmé lors de son audition qu’il appartenait bien à l’IRA en 1972.

A la suite de la publication du rapport sur le Bloody Sunday, Cameron, le premier ministre britannique, avait présenté ses excuses au nom du gouvernement et de la Grande-Bretagne pour le massacre qui avait eu lieu à Londonderry.

http://www.tdg.ch/actu/monde/bloody-sunday-cameron-presente-excuses-2010-06-15

Christine Keeler http://fr.wikipedia.org/wiki/Christine_Keeler (née le 22 février 1942), mannequin et danseuse anglaise, est surtout connue pour avoir provoqué par sa liaison avec John Profumo un scandale dans le gouvernement de Harold Macmillan en 1963 au Royaume-Uni.

URL de cet article 11219
   
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Thème
Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Avec une bonne dose de peur et de violence, et beaucoup d’argent pour les projets, je pense que nous arriverons à convaincre ces gens que nous sommes là pour les aider."

Un commandant a expliqué la logique derrière les mesures extrêmement répressives
(prises par les forces d’occupation pour faire régner l’ordre en Irak)
[New York Times, Dec. 7, 2003]

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.