Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Combien de temps l’Etat pourra-t-il crier « au loup ! » ?

Pavlov en Israël

L’un des plus grands exploits d’Israël a été de contourner la condition nécessaire pour une validation physique des stimuli induisant la peur.

Les sirènes d’alerte aux raids aériens retentissent plutôt deux fois qu’une en Israël
Imaginez que votre accès à l’information se limite aux médias israéliens et aux organes de presse internationaux favorables aux sionistes. Il est très probable que vous développerez la notion qu’une vie ponctuée sporadiquement de sirènes d’alerte aérienne, c’est de loin le pire destin qui puisse échoir à quelqu’un sur la planète.

Le fait que la sirène d’alerte ne débouche jamais vraiment sur rien, ni en termes de morts et de blessés, ni de dommages à la propriété, est sans importance. Selon la réalité dictée par Israël,vivre avec un arrière-fond de bruits ennuyeux est bien plus difficile que, disons, vivre sous des bombardement indiscriminés.

Comme ce fut déjà le cas des précédentes attaques israéliennes contre la bande de Gaza, le massacre essentiellement unilatéral qui se déroule actuellement a été accompagné d’un flux continu d’articles et d’autres productions médiatiques détaillant les souffrances sans égales des habitants d’Israël.

Un récent article du Jerusalem Post, par exemple, commence sur le mode mélodramatique : « Au moment où l’Etat d’Israël tout entier est sous un feu nourri, ce sont les enfants qui souffrent le plus, et ceci vaut en particulier pour ceux qui vivent dans le sud du pays. Au lieu de profiter de leurs vacances d’été, ils sont obligés de rester à l’intérieur, vivant d’une alerte de raid aérien à la suivante, dans la peur constante d’être touchés par des roquettes ».

Qu’importe la différence entre entendre des sirène et se sentir littéralement soufflé en morceaux – un honneur que peuvent revendiquer les enfants des territoires palestiniens de manière disproportionnée.

L’article annonce une excursion de deux jours pour les jeunes Israéliens, offerte par le Fonds National Juif (JNF), vers des forêts plantées par lui dans le nord du Neguev et vers d’autres sites. Le but de voyage : alléger le stress et garantir aux enfants « une merveilleuse occasion de se retrouver dans un environnement naturel calme, d’échapper à la tension et de se trouver en contact avec les magnifiques paysages israéliens ».

Cela mérite qu’on rappelle que les forêts JNF ont été installées par-dessus les [ruines des] villages palestiniens détruits en 1948 pendant les débuts, sous la menace des armes, de l’état d’Israël.

Dans l’intérêt de cultiver de futures occasions de sérénité pour le peuple élu de dieu, le JNF pourrait envisager de remplacer la population de Gaza par des arbres.

Une réalité manufacturée

Une vidéo scénarisée sur YouTube intitulée « La vie en Israël : 15 secondes de réalité - les roquettes de Gaza » prétend nous donner une idée de ce à quoi ressemble une journée type pour les blondes mamans israéliennes. L’itinéraire est à peu près le suivant : d’abord un plan sur un rejeton angélique à la crèche avec musique douce émanant du mobile de la crèche. Ensuite devant la fenêtre, un petit signe à un autre chérubin qui joue dans l’herbe avec des poupées, au milieu d’oiseaux gazouillants. Sourire extasié, ensuite repli sur une cuisine comme dans un spot publicitaire de Folgers (*). On s’appuie au mur en dégustant avec bonheur une tasse de café. Soudain les sirène d’alerte aérienne retentissent et la tasse tombe en mille morceaux, sauvetage des rejetons à la crèche, puis des yeux horrifiés quand un autre est frappé par une roquette. (Bien sûr ce n’est jamais arrivé en réalité, mais on attache que peu d’importance est accordé à la réalité dans « la réalité en 15 secondes » d’Israël).

Une autre vidéo scénarisés sur le même thème, celle-ci téléchargée par le Ministère des Affaires Étrangères et intitulée : « Un test inattendu - 15 secondes pour vous mettre à courir et sauver votre vie », met en scène d’hypothétiques écoliers israéliens passant un examen tandis que leur prof se pèle une pomme. Quand la sirène se déclenche, ils font de l’hyperventilation et le message qui flashe à travers l’écran est « Voilà la réalité d’Israël aujourd’hui ».

Les sirènes comme élément central de la réalité israélienne ont été reconnues dans le monde entier, et le 1er août dernier le Tampa Bay Times en Floride rapportait que « les sirènes d’alerte aérienne devaient retentir ... faisant partie d’une manifestation de soutien à Israël » dans le quartier de Downtown Tampa. Heureusement pour les habitants et pour l’infrastructure de la ville, aucune reconstitution de la réalité actuelle à Gaza n’avait été prévue.
Néanmoins on peut difficilement argumenter que l’institutionnalisation des sirènes d’alertes aériennes en Israël reflète simplement la préoccupation du gouvernement quant à la sécurité de ses citoyens. Il semble plutôt que la transformation de ce qui est avant tout une pollution sonore en une menace apocalyptique ait plus à voir avec l’intérêt qu’a le gouvernement de maintenir un niveau de panique populaire facilement convertible en soutien public écrasant aux activités militaires génocidaires.

Mais combien de temps l’Etat pourra-t-il crier « au loup ! » ? Indéfiniment ? Après tout, selon les immortelles paroles de George W. Bush : « Bernez-moi une fois, honte à vous. Bernez-moi deux fois ... Honte à moi ! ».

Maintenir la tradition
Techniquement, la réponse pavlovienne des Israéliens aux sirènes - la panique - devrait à présent être retombée, vu que le stimulus audio n’est pratiquement jamais suivi d’un changement dans la condition personnelle pour justifier ladite réponse. Alors, pourquoi les gens ne se sont-ils pas immunisés contre le stimulus ?

Bien sûr, certains ont fini par l’être. Mais beaucoup s’en sont tenus fermement à la tradition pavlovienne, même s’ils ont sans doute remarqué que les roquettes n’atterrissent pas n’importe où près d’eux.

En effet, l’un des grands exploits de l’état juif a été de contourner la condition nécessaire de validation physique des stimuli induisant la peur. Pour la plupart des israéliens, les bruits émis par les sirènes et par le spectaculaire et déraisonnable système de défense anti-missile Iron Dome servent à confirmer que l’ennemi tente de les tuer. Le stress psychologique qui en résulte est évidemment mis sur le compte de cet ennemi plutôt que de l’état lui-même - l’entité directement responsable du chahut et, plus généralement, de la réinitialisation permanente du conflit avec les Palestiniens qui en font les frais mais à qui, en tant que sous-hommes, on dénie le luxe de souffrir psychologiquement ou physiquement.

Aussi longtemps que le système nerveux israélien aura une valeur disproportionnée et que le système nerveux palestinien n’en aura aucune, l’État d’Israël continuera d’exploiter un arrangement qui pourrait lui-même être qualifié de « système nerveux ».

Belen Fernandez

Note  :

* Vieille marque de café américaine populaire.

* Belen Fernandez est une analyste politique et journaliste indépendante américaine familière du terrain (Moyen-Orient, Amérique du Sud, Europe), auteure de « The Imperial Messenger : Thomas Friedman at Work » (Verso) et de « Coffee with Hezbollah »(Paperback). Elle est rédactrice au Jacobin Magazine et publie dans de nombreux médias.

22 août 2014 - Middle East Eye - Vous pouvez consulter cet article à :
http://www.middleeasteye.net/column...
Traduction :Info-Palestine.eu - AMM

URL de cet article 26891
   
Même Thème
Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum


Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
42 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.