RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

plaidoyer pour une conference nationale de transition

Plaidoyer pour une conférence nationale de transition
Professeur Farid Chaoui
Mercredi 4 Avril 2012

L’Algérie, à la veille du cinquantième anniversaire de son indépendance, s’apprête à organiser un nouveau rendez-vous électoral.

Cet évènement va s’imposer au moment où notre pays fait face à des défis internes et externes majeurs, qui menacent son avenir et son unité.

Défis internes caractérisés par une situation sociale explosive et un climat politique fait d’incertitudes, de confusion et dominé par des luttes de pouvoir au sommet de l’Etat. Cette situation n’est pas nouvelle et s’explique par la fuite en avant qui caractérise la politique de notre pays, particulièrement depuis la guerre civile qui a dévasté économiquement, socialement et surtout moralement l’Algérie et sa population.

Face à la montée des périls, les gouvernements qui se sont succédé depuis 20 ans, ont privilégié une politique répressive, en particulier en procédant à la fermeture de tous les espaces de négociation sociale et politique. Or ces espaces d’intermédiation sont indispensables à la résolution pacifique des conflits qui agitent la société, leur verrouillage a entraîné une montée inquiétante de la violence sous toutes ses formes, perçue par les citoyens comme l’ultime voie d’accès à leurs droits, particulièrement chez les jeunes.

Surpris par cette montée de la violence, au lieu d’en rechercher et d’en traiter les racines, le pouvoir réagit par une distribution insensée de la rente, achetant ainsi une paix sociale précaire et éphémère et disqualifiant par la même les valeurs de l’effort, du savoir et du travail comme seules voies d’accès à la richesse.

La situation interne de notre pays est grave, les dérives politiques et les grandes frustrations sociales menacent la cohésion sociale et disqualifient le discours politique ouvrant la voie à la démagogie, à la surenchère politicienne et à l’exploitation éhontée de nos valeurs civilationnelles de base : langue, religion, histoire ….

A cette situation interne délétère, s’ajoute l’énorme poids de la pression économique et politique internationale : sur le plan régional, les bouleversements politiques, pacifiques ou violents, libres ou imposés, qui se produisent à nos frontières ainsi que la situation explosive dans le Sahel, constituent un vrai défi à la stabilité et la sécurité de notre pays et menacent son intégrité territoriale.

Au niveau international, la financiarisation de l’économie et la crise économique mondiale qui en a résulté, la nouvelle bi-polarisation mondiale qui s’impose avec la montée des empires américain et asiatique, la profonde récession de l’Europe. Les luttes implacables que se livrent ces nouveaux empires pour le contrôle des richesses et des marchés mondiaux, constituent un défi majeur à l’avenir de notre pays et à la prospérité des générations futures.

L’Algérie a besoin de nouvelles institutions politiques, fortes, stables et compétentes en un mot : LEGITIMES, car seules des institutions légitimées par un suffrage populaire honnête et transparent et soumises au contrôle du peuple, pourraient affronter ces défis majeurs internes et internationaux auxquels la Nation Algérienne est soumise. Fortes de la confiance et du soutien conférés librement et en toute connaissance de cause par la majorité des algériens, ces institutions auront toute la force et la légitimité pour défendre nos droits et intérêts au niveau interne et international.

Le processus électoral en lui-même n’est qu’un outil au service de la construction démocratique. L’histoire a montré qu’il peut être dévoyé de son but, car c’est au nom « d’élections libres et honnêtes » que de nombreuses dictatures de par le monde se sont imposées à leur peuples, avec, souvent, l’assentiment des grandes puissances mondiales et la bénédiction « d’observateurs internationaux ».

L’ éveil inattendu des pays arabes aux « élections libres et démocratiques » s’est produit sous la pression de la rue, occupée par des citoyens en colère, réclamant plus de droits et de justice !De ce brusque saut dans les balbutiements d’une gestion démocratique de nos sociétés, imposée aux pouvoirs autoritaires en place, Il découle une constatation fondamentale, un défi politique majeur pour ceux qui ont en charge la transition politique : il ne s’agit pas seulement d’organiser des élections, ça c’est facile, mais surtout de réfléchir à comment transformer ces manifestations de citoyens non organisés en une force de proposition politique forte et constructive ? Vouloir ignorer cette dimension essentielle du problème, en se satisfaisant de convoquer des états-majors politiques sans ancrage dans la société pour satisfaire à des élections formelles, c’est aller encore une fois à l’échec !

Nous ne sommes plus en face d’un simple renouvellement du personnel ou d’institutions politiques. L’attente des citoyens, particulièrement des plus jeunes, se situe bien en amont de cette préoccupation : ils réclament d’abord une écoute, un débat politique qui les éclairerait sur le présent et fixerait les règles de gestion de leur avenir. L’élection n’aurait de sens qu’une fois cette étape dépassée.

Or la dépolitisation de la société a fini par décrédibiliser le discours politique et rendu plus audible les arguments d’ordre moral et trop souvent démagogique. Dans ce climat délétère comment parvenir à conscientiser les citoyens pour rétablir le dialogue et la confiance entre les citoyens eux-mêmes et entre les citoyens et les institutions politiques ? Comment, encore une fois, transformer cette puissance contestataire désordonnée en une force de proposition qui s’exprimerait librement dans un cadre politique organisé ?

Telle est, à notre sens, le défi majeur que les pays arabes en général et l’Algérie en particulier affrontent en cette phase d’une extrême fragilité qui peut soit les faire basculer durablement dans un processus de construction démocratique, soit le replonger dans le violence et l’instabilité politique.

Associer l’ensemble des forces vives de notre pays pour relever ce défi est un impératif, sûrement un pré-requit au lancement d’un processus électoral qui prendrait tout son sens et permettrait l’expression libre et en toute connaissance de cause de l’ensemble des citoyens. Cette action pourrait se concrétiser sous forme d’une conférence nationale, réunissant les représentants des partis politiques, des syndicats, de l’armée et des organisations de jeunes, de femmes, de chômeurs… qui devra déboucher sur un accord, une charte, une feuille de route pour une sortie de crise consensuelle et pacifique. Cette instance désignera un gouvernement de transition, constitué de personnalités neutres, chargés de la mise en place de toutes les conditions d’une élection libre, en particulier en garantissant l’impartialité de l’administration, l’indépendance de la justice et l’ouverture des médias au débat politique.

Ainsi, nous parviendrons à mobiliser les algériens et particulièrement les jeunes en permettant une large information sur le sens même d’une gestion démocratique d’une société, de ses valeurs, des espoirs qu’elle peut faire naître comme des effets pervers qui peuvent la dévier de son but. Il faut rétablir l’espoir à travers la réhabilitation du politique et le discrédit des discours populistes, démagogiques et faussement moralisateurs. Il faut permettre à tous l’accès à une information claire, pédagogique, sur les vrais enjeux et défis qui attendent les générations futures et laisser ensuite chacun s’exprimer librement mais en toute connaissance de cause !

Nous sommes persuadés que notre pays recèle toutes les ressources nécessaires à la réussite d’une telle démarche, pour peu qu’une volonté politique sincère en soit exprimée par tous les acteurs politiques concernés, en particulier par le tenants actuels du pouvoir.

URL de cet article 16311
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La rose assassinée
Loic RAMIREZ
Vieilles de plus de 50 ans, souvent qualifiées par les médias de narco-terroristes, les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC), restent avant tout une organisation politique avec des objectifs bien précis. La persistance de la voie armée comme expression ne peut se comprendre qu’à la lumière de l’Histoire du groupe insurgé. En 1985, s’appuyant sur un cessez-le-feu accordé avec le gouvernement, et avec le soutien du Parti Communiste Colombien, les FARC lancent un nouveau parti politique : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nos sociétés sont des taudis intellectuels. Nos croyances sur le monde et sur les autres ont été créées par le même système qui nous a entraînés dans des guerres répétées qui ont tué des millions de personnes. On ne peut pas construire une civilisation uniquement à partir de l’ignorance et du mensonge." - Julian Assange

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.