RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pour le grand bien d’Israël

De quoi sera fait le demain étoilé ? Le monde retient son souffle et se tourne vers l’Amérique post-Obama.

Quel sera son héritage entre une Clinton plus faucon que les plus faucons des républicains et un Trump, véritable caricature d’une Amérique plus imprévisible que jamais ? Et le monde doit trembler devant ces deux candidats pour la présidence de la Terre.

Une succession d’un Obama sur lequel tous les révolutionnaires ont bâti des espoirs d’un monde plus équitable, moins cynique. L’histoire retiendra que le récipiendaire du Nobel de la paix a déclenché plus de conflits en deux mandats que tous ses prédécesseurs. Qu’il a banalisé les frappes aux drones et leurs milliers de victimes collatérales parmi enfants et femmes. Qu’il a lâché ses oreilles sur la planète. Qu’il a laissé la Libye se faire dévorer par BHL et la Syrie brûler pour le bien d’Israël.

Après deux mandatures qui ont fait beaucoup de mal au monde arabo-musulman, les Etats-Unis d’Amérique s’apprêtent à élire un nouveau locataire à la Maison-Blanche. Pour le plus grand bien d’Israël. Ce qui reste de la Nation arabe vivra certainement ses heures les plus sombres parce que choisir entre les deux candidats, c’est choisir entre la peste et le choléra. Entre la chambre à gaz ou la chaise électrique tellement leurs programmes respectifs divergent pour se rencontrer dans la case. Pour le plus grand bien d’Israël. Il n’est plus un secret pour personne que les Etats-Unis d’Obama, des Clinton, mari et femme, de Trump, de Reagan, de Bush, père et fils, de Truman… ne vit que pour assurer la sécurité de l’Etat hébreu au détriment des causes justes et de la légitimité internationale. Hillary Clinton a écrit, alors qu’elle était en poste au secrétariat d’Etat, que la « meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran » serait « d’utiliser la force » en Syrie afin de renverser le gouvernement, ajoutant que c’était une « bonne chose » de menacer personnellement de mort la famille de Bachar al-Assad. Donald Trump, son alter ego chez les Eléphants, lui, fait carrément dans la surenchère promettant que s’il est élu président des Etats-Unis, il transférera l’ambassade américaine à Jérusalem, la reconnaissant par-là comme la capitale d’Israël. « Personne n’est plus pro-Israël que moi. Nous devons protéger Israël », a-t-il encore indiqué pour prouver sa vassalité à l’Etat sioniste.

Et l’Algérie qu’a-t-elle à voir dans ces élections étasuniennes ? Tout ou presque, parce que ça serait une erreur de croire que notre pays n’est pas concerné par les bouleversements du monde arabe. En effet, on serait vite dans la ligne de mire d’un quelconque plan de pacification pour peu qu’Israël ou BHL ne s’intéressent à notre cas. Avec ses principes inaliénables, l’Algérie a compilé les ennemis qui n’attendent que le bon moment pour la dépecer.

»» https://www.djazairess.com/fr/lqo/5229498
URL de cet article 30433
  

Même Thème
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.