RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

14 

Pour une vraie et couillue réforme de la langue française

Mon vieil ami P.G. n’est pas de ces chochottes qui croient avoir pris le Palais d’Hiver parce qu’elles écrivent “ une auteure ”. Linguiste authentique, P.G. sait de quoi il parle et les ressources de son inventivité sont inépuisables. Comme il a un certain âge – il est plus vieux que moi, c’est tout dire – il a tous les droits. je m’efface donc respectueusement et lui passe le relais. Bernard Gensane

Cher.ère.s. amie.e.s linguiste.teuse.s ou pas,

C’est à la suite d’une longue réflexion sur l’avenir (pardon : le futur) de notre langue que je me suis décidé : le.la linguiste.euse doit-il.elle être un.e. observateur.euse curieux.se, impartial.e et neutre.e (c’est le cas de le dire) ? Ou doit-il.elle être le.la vigi.e. et sentinel.le de notre patrimoine linguistique ? Ou encore doit-il.elle être un.e. prescripteur.euse impitoyable ?

Pour sortir de cette situation schizophrénogène, je prône le passage de notre langue à une neutralisation totale. Cette réforme a un double but : d’une part éliminer l’écriture inclusive qui, à mes yeux, est une complication absurde et illisible de la langue, d’autre part mettre fin à la querelle des genres.

Je vais donc vous exposer ma réforme. Loin de moi l’idée d’employer une terminologie problématique au niveau du métalinguistique : tout sera clair, limpide, simple et non complexe, et vous constaterez que mes propositions, tellement qu’elles sont simples, n’impactent en aucune façon la langue française que je signale au passage que le génie unique de celle-ci est universellement reconnu, et que grâce à ma réforme il sera encore mieux connu. Je propose donc quelques modestes réformes orthographiques.

Je démarre donc l’essentiel du process de mon propos.

1. Tous les noms sont neutres et ont 2 formes : un singulier et un pluriel en -s : chapeau/chapeaus.

2. L’article défini est lu au singulier (l’ devant voyelle) , les au pluriel (le s final étant toujours prononcé : [s] devant consonne et [z] devant voyelle).

Pourquoi lu ? Parce que je, suite à mes récentes découvertes sur le passage du latin au français, lu est dérivé du neutre latin illud (tout comme l’article masculin le est dérivé du masculin latin ille, et l’article féminin la du féminin latin illa).

Le u apparaît donc comme la marque du genre neutre, qu’on va pouvoir généraliser et qui, quelle que soit sa position, doit toujours être prononcé [y] comme dans turlututu ou dans pointu.

Exemples : lu chapeau, lu femme, l’homme, l’enfant ; les hommes, les femmes.

J’avais pensé suivre l’exemple du roumain, où l’article défini est enclitique (= placé à la fin du nom), par exemple sous la forme ul. Exemple : train = tren ; le train = trenul.

On aurait ainsi en français : le train = trainul ; l’homme = hommul, la femme = femmul.

Certes, on obtiendrait de choses très amusantes, comme :
la mandibule = mandibulul ; la rotule = rotulul ; le ridicule = ridiculul (cf. ridiculul ne tue pas !) ; J’ai lu fasciculul sur petit beurre luul.

J’avais pensé ensuite utiliser mon article neutre lu en le postposant comme en roumain :

l’élu = élulu ; l’hurluberlu = hurluberlulu ; le début = débulu ; la Goulue = Goululu.

Mais tout cela pourrait sembler très bizarre à certains, et les jeunes enfants qui apprennent à lire se demanderaient parfois s’il n’ont pas berluul/berlulu. De plus, je ne tiens pas à être farfeluul/farfelulu de service.

Restons donc raisonnable, et ne postposons pas : gardons la forme lu, qui donne d’ailleurs des résultats tout aussi linguistiquement intéressants :

lu garçon, lu fille, lu hurluberlu, lu lutin, lu lumignon ; lu soleil a rendez-vous avec lu lune.

2. Par analogie avec l’article défini, les démonstratifs sont aussi en -u :

ce, cet et cette = çéu ; ces = çéus (noter la présence subtile de l’accent aigu qui évite l’emploi du tréma sur le u, un signe dont auquel beaucoup s’interrogent sur à quoi ça sert).
celui, celle = çéul ; ceux, celles = çéuls (prononcer le -s final).

3. L’article indéfini n’a qu’une forme, par analogie avec l’article défini :

un, une = unu ; toutefois les uns, les unes = les unus (prononcer le -s final).

4. L’article partitif a les formes suivantes, par analogie avec l’article défini :

du lait = du lait ; de la viande = du viande ; de l’eau = du l’eau ; des livres = des livres.

5. Les adjectifs n’ont que 2 formes, un singulier en -u et un pluriel en -us : grandu, grandus ; beau, beaus, velu, velus (noter pour ces derniers la fusion adroite du u du radical et du u de la désinence).

lu beau garçon, lu beau fille ; les beaus garçons et les beaus filles.

6. Comme l’adjectif possessif s’accorde avec le nom qu’il détermine (mon livre le mien ; ma serviette, la mienne), il n’a désormais logiquement au singulier qu’une forme neutre :

mon, ma = mu, mes = mus (prononcer le -s final) ; ton, ta = tu, tes = tus ; son, sa = su, ses = sus.
le mien, la mienne = lu mu ; les miens = les mus, etc.

7. Les pronoms personnels désignant les humains ne changent pas. Ceux désignant des non-humains sont ilu au singulier, ilus au pluriel.

le livre > je l’ai lu = je ilu lu ; les livres > je les ai lus = je ilus lu (notez cette innovation foudroyante : le participe passé devient invariable).

8. Le -e final des noms, symbole exécrable de féminité, est supprimé pour tous les substantifs pour lesquels cela ne pose pas de problème :

lu vigi, les vigis ; lu sentinel, les sentinels ; lu estafet, les estafets (le -t final se prononce).
unu bougi, unu idiossi, unu geni, des jolius incendis.

Tout ce travail profondu et réfléchiu n’est encore qu’unu ébauch ; je prépare unu dico et unu gramère du français modernu qui, je l’espère sincèrement, vous seront utilus au niveau de l’excellence du processus d’expression oralu ou écritu.

J’espère que vous m’avez lu attentivement et je vous donne lu salu.

URL de cet article 34973
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

La Machine de guerre américaine
Peter Dale SCOTT
« J’avais dit du précédent livre éblouissant de Peter Dale Scott traitant de ce sujet, (Drugs, Oil and War) "qu’il faisait passer la plupart des explications journalistiques et universitaires concernant nos interventions passées et présentes pour une propagande gouvernementale écrite pour les enfants’. Son dernier ouvrage est encore meilleur. Lisez-le ! » - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon », auteur de Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagone Papers Ce livre stimulant et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je n’ai aucune idée à quoi pourrait ressembler une information de masse et de qualité, plus ou moins objective, plus ou moins professionnelle, plus ou moins intelligente. Je n’en ai jamais connue, sinon à de très faibles doses. D’ailleurs, je pense que nous en avons tellement perdu l’habitude que nous réagirions comme un aveugle qui retrouverait soudainement la vue : notre premier réflexe serait probablement de fermer les yeux de douleur, tant cela nous paraîtrait insupportable.

Viktor Dedaj

Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
31 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.