Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Apocalypse now ? Retour sur les élections européennes 2019

Les élections européennes étant maintenant derrière nous, il nous est enfin possible d’en faire le bilan. Je ne vais pas rappeler dans le détail l’ensemble des résultats de la soirée du 26 mai (ceux-ci sont disponibles ici), mais je vais quand même en rappeler l’essentiel.

En tête, le Rassemblement national (RN), avec 23,33%. Vient ensuite La République en marche ! (LREM), avec 22,41%. En troisième place, Europe Écologie Les Verts (EELV) avec 13,48%. En 4e position, Les républicains (LR), avec 8,48%. Viennent ensuite La France insoumise (FI) avec 6,31% et le Parti socialiste (PS) avec 6,19%.

En résumé, le parti présidentiel rate son pari de « faire barrage » à l’extrême droite et passe deuxième. Ensuite, nette montée de EELV et grosse défaite pour les Républicains et la FI. Comme je le mentionnais dans mon 1er article sur ces élections, les résultats n’ont pas tellement d’importance, puisque les députés européens n’ont a peu près pas de pouvoirs politiques (1). Si ce n’est de bloquer les traités de libre-échange et autres avancés néolibérales, s’ils sont suffisamment nombreux bien sûr. Ce qui (notons-le) n’aurait pas été le cas, même avec une FI en tête.

Les députés n’ont donc absolument pas « le pouvoir de diriger l’Europe », comme l’a si franchement exprimé l’ancien président français, Valéry Giscard d’Estaing. Les élections européennes sont donc beaucoup plus un sondage grandeur nature, qu’autre chose. Cela étant dit, ce « sondage » comporte néanmoins un grand intérêt pour anticiper les stratégies futures qui auront lieu lors des prochains scrutins nationaux, qui eux comptent beaucoup plus.

Pour ce qui est de ces stratégies, les résultats de ces élections risquent de peser assez lourd, puisque contrairement à ce qu’on pourrait croire, le parti présidentiel ne sort pas vraiment perdant de ces élections, même s’il avait probablement préféré arriver devant le RN. Comme vous le savez, les élections européennes se font au scrutin proportionnel à un tour, c’est pourquoi le mot d’ordre de « faire barrage au RN » était ridicule dans les circonstances. Cependant, la nouvelle dichotomie entre « progressiste VS populiste », voulue par LREM et confirmée dans les votes, s’interprète différemment dans les élections à deux tours, car le RN reste encore le parti le plus détesté de France, même s’il est aussi visiblement le 1er ! C’est pour cette raison que le parti présidentiel a tout intérêt (enfin, à court terme) à ce que sa principale opposition soit l’extrême droite, plutôt que la gauche.

Tant que l’électorat de gauche restera suffisamment divisé, le parti présidentiel pourra compter sur un réservoir de voix suffisant pour se maintenir au pouvoir et ceci, peu importe la violence sociale de ses politiques. En réalité, le système politique français est ainsi fait que le RN doit à lui seul obtenir un score de plus de 50% pour arriver au pouvoir. Mais justement, il est bien possible que la violence politique du parti présidentiel devienne telle que le RN finisse par défoncer ce fameux plafond de verre, même si ce n’est pas encore demain la veille.

Cela est peut-être dur à encaisser pour la gauche radicale, mais le RN est aussi le parti politique le plus populaire chez les pauvres et les ouvriers. À l’inverse, LREM est le parti le plus populaire chez les retraités, les cadres et (surtout) les plus riches ! Le clivage actuel est donc incontestablement un clivage de classes, même si les initiés savent pertinemment que le RN est encore moins « social » que le PS (2). Il est donc particulièrement urgent de combattre le RN sur cette base et non pas sur le vieil antifascisme défraichi que les macronistes usent et abusent depuis le début, dans leur communication. La meilleure façon de faire une politique de droite est encore de la prétendre de « gauche », mais encore faut-il que cette politique s’oppose à une droite plus dure du point de vue identitaire pour que le stratagème fonctionne, ce que le RN incarne à merveille.

Pour en revenir avec l’analyse du vote, je faisais l’hypothèse, dans mon article d’avant campagne, que la tendance actuelle irait au détriment du parti « Les Républicains », puisque le RN visait cet électorat. Une enquête postélectorale de l’institut IPSOS nous révèle qu’il en fut ainsi pour 18% de l’ancien électorat LR, ce qui était prévisible. Cependant, la raison qui explique le mieux l’effondrement du parti de droite (3) reste un incroyable report de ses voix vers la liste machiniste (27%). Il s’agit incontestablement de son électorat retraité et centriste comme l’enquête le révèle, tandis que son aile identitaire et xénophobe s’est donnée corps et âme au RN. En somme, c’est 45% de voix en moins pour l’ancien parti de Sarkozy et de Chirac, ce qui le mène à la marginalité.

Pour ce qui est du score de EELV, lui aussi s’explique facilement. Si nous nous référons bien à l’étude citée plus haut, le score proviendrait pour une bonne part d’un report de voix issue du PS (24%) ainsi que de l’aile « gauche » de LREM (14%). Celles probablement déçues par sa politique anti écologique. Politique justement incarnée par la démission de Nicolas Hulot. En fait, c’est la politique du président qui explique en grande partie ces résultats, car sa politique de répression contre les « gilets jaunes » et ses réformes néolibérales ont drainé vers lui une bonne part de l’électorat de droite et on fait fuir une partie de son aile gauche au profit de EELV (4). Ce dernier étant aussi volontaire sur la question de l’Union européenne que LREM, il est assez facile d’apercevoir les passerelles entre ces partis, d’autant plus que son représentant ne présente pas vraiment son parti comme de gauche, puisqu’il adopte, lui aussi, une rhétorique « ni gauche ni droite ». Comme le RN et LREM en fin de compte ...

Pour ce qui est de la France insoumise, la défaite est au moins aussi grande que celle de la droite. Cela était prévisible, mais elle l’a été bien plus que prévue. À mon avis, la défaite est à lier à plusieurs facteurs, dont le changement de stratégie reste le plus évident. Le souhait plus ou moins officiel de prendre le monopole à gauche est à l’origine d’une communication beaucoup trop axée sur l’électorat PS/EELV, qui s’est avéré un échec complet. Non seulement cet électorat n’a pas rejoint la FI, mais elle lui a également fait perdre une partie de son électorat souverainiste au profit de l’abstention et du RN (4% !) ... Ce qui est à l’origine du score de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle était le « populisme de gauche » à la PODEMOS, voire à la Chavez, avec un fort accent souverainiste et eurosceptique. Flatter l’électorat eurobéat me semble donc la principale erreur.

Ensuite, je noterai quelques autres points qui ont aussi fortement pesé sur la défaite de la FI. En premier lieu, la liste concurrente du parti communiste français (PCF) qui lui a fait plus ou moins directement perdre 2,4%. Rappelons que le score du Front de gauche aux élections européennes de 2014 (6,61%) incluait le PCF. Ensuite, est-il utile de rappeler toute la répression politique qu’a subi la FI ? Sans compter les polémiques idiotes sur le cas de Jean-Luc Mélenchon ainsi que la mauvaise gestion des conflits internes, sans compter les défections de plusieurs représentants de leur aile souverainiste.

En dernier lieu, notons que l’abstention, qui a surtout touché les plus jeunes, a principalement touché la France insoumise. Selon l’IPSOS, l’électorat principal de Mélenchon lors de l’élection présidentielle de 2017 était les jeunes de 18-24 ans, qui ont votés FI à 30% ainsi que les chômeurs, qui sont à 31%. Selon notre étude sociologique des élections européennes, 53% des abstentionnistes sont des chômeurs et 61% sont dans la catégorie des 18-24 ans. La preuve n’est pas hors de tout doute, mais gageons qu’une bonne partie des électeurs de la FI se sont abstenus. Ceci, d’autant plus que certains groupes, qui ont soutenu la candidature de Jean-Luc Mélenchon en 2017, ont appelé au boycottage de l’élection afin de ne pas « valider l’institution » !

À ce sujet (le boycottage), notons que le résultat concret de ceux qui pensaient défendre la « lutte des classes » et la sortie de l’UE à son paroxysme par « l’abstention citoyenne » ont au moins indirectement participé à la victoire du RN et de Macron, ainsi qu’au sabotage de leur principale opposition progressiste ... Enfin, la « politique du boycott » à ses raisons que la raison ignore ! Et pour les plus « léninistes » d’entre eux, je les renvoierai à ce qu’en écrivait justement Lénine en son temps (et qui est encore tout à fait valable aujourd’hui).

En conclusion, je crois qu’il est pertinent comme jamais que la France insoumise renoue avec sa stratégie de 2017. Si une leçon peut être tirée de ces élections, c’est bien l’inefficacité de l’union des gauches, puisqu’une bonne partie d’entre elles reste perdue dans leur rêve européiste. L’expérience le démontre, cette « gauche » se vendra à droite plutôt que d’accepter la réalité de l’UE, alors il est inutile de changer sa communication et son programme pour elle. Le programme de la FI était le plus révolutionnaire des programmes envisageables à court terme. Pour mettre en place ce programme, il faut certes sortir des traités européens, mais sans faire croire pour autant que cette sortie soit autre chose qu’une sortie l’Union européenne tout court, puisque la substance de l’UE est justement ces traités. Comme sortir de n’importe quels traités de libre-échange implique nécessairement de sortir de l’institution qui la gère.

J’espère que la France insoumise saura relever le défi, car, de son exemple, impliquera beaucoup dans les autres pays. Mêmes pour ceux qui vivent et luttent hors d’Europe, comme chez nous au Québec.

Salut internationaliste à mes amis français et bonne chance !

Benedikt Arden (fin mai 2019)

[1] C’est aussi pour cette raison que je ne traiterai pas des résultats en dehors de France.
[2] Ironiquement, le parti socialiste a été lourdement sanctionné par ce même électorat et pour la même raison.
[3] Rappelons que ce parti avait relativement survécu au désastre des législatives, contrairement au PS.
[4] En somme, LREM a perdu des plumes à gauche, mais en a retrouvé à droite.

»» https://www.lequebecois.org/apocalypse-now-retour-sur-les-elections-eu...
URL de cet article 34974
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI
Même Thème
Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.