Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


À quoi sert l’Union européenne ?

S’il y a bien une notion que je trouve difficilement compréhensible de la part de la gauche radicale française, c’est bien l’adhésion et l’attachement à l’Union européenne. Évidemment, le concept « d’Europe » comporte une part de réalité objective, en termes de lien de civilisation, d’Histoire et de proximités politiques, mais « l’unité politique de l’Europe » ne me semble pas être un projet à ce point clair qu’il devrait aller de soi. En tout cas, pas au point de soutenir la construction de cette entité supranationale et intrinsèquement néolibérale qu’est l’Union européenne (UE) !

Pourtant, le « rêve européen » n’est pas seulement une lubie d’extrême droite (l’Europe « blanche » !) ou du Vatican (le « pays » du Christianisme), comme on pourrait être tenté de le croire (1), puisqu’elle se retrouve dans tout le spectre des positionnements idéologiques, notamment à gauche. Notons au passage que la notion politique « d’Europe » est particulièrement floue, ce qui explique avec quelle facilité elle capte l’adhésion. Celle-ci laisse donc à tout un chacun la chance de développer sa propre thèse sur ce que devrait être « l’Europe », même si elle s’accompagne généralement d’une adhésion plus ou moins profonde à l’entité politique concrète qu’est l’UE. Je précise la différence, car, contrairement aux thèses des uns et des autres, l’Union européenne, elle, reste un projet politique et économique bien précis, qui ne devrait pas avoir à se confondre avec des rêveries idéalistes pour être jugé. Surtout que son bilan commence à se faire sentir sérieusement.

Pourtant, entre l’Europe des travailleurs de la gauche radicale et l’Europe des nations de la droite nationaliste, il existe une entité politique concrète. Une entité politique néolibérale qui se fiche éperdument des pays comme des peuples qui les composent et qui impose une gestion de la société qui ne devrait pas faire consensus, surtout à gauche ! Cependant, bien des gens de cette famille politique semblent encore s’illusionner sur la nature de l’entité qu’ils défendent et vont parfois même jusqu’à vouer aux gémonies ceux qui appellent à en sortir.

Je sais que l’étiquette « souverainiste » a mauvaise presse en France, puisque considérée comme un nationalisme non assumé, cependant la remise en question de l’UE ne devrait pas avoir à se confondre avec un positionnement nationaliste. Parce que, soyons franc, en quoi la défense de l’UE est-elle moins une forme de nationalisme que la recherche de la souveraineté des nations qui la compose ? Autant sur la base du « sans-frontiérisme » que de l’internationalisme bien comprit, il est absurde d’opposer une entité multinationale à un État classique. Il y a bien une frontière entre l’EU et les autres pays et tous ceux qui militent pour la constitution des « États-Unis d’Europe » travaillent bien pour la constitution d’un nouvel État ! Alors, il est ridicule de considérer la sortie de l’UE comme une forme déguisée de nationalisme, alors que le projet de l’UE est carrément un nationalisme de type impérial !

Cela frappe aux yeux à quel point cette évidence n’est pas mise en avant par la gauche internationaliste. Pourtant, entre la défense de l’État-nation et celle de l’Union européenne, il n’y a qu’une simple différence d’échelle. Pourtant, la gauche pro-UE se prive rarement du plaisir de qualifier ses adversaires de dérive « nationaliste », alors que l’accusation pourrait tout aussi bien leur être renvoyée telle quelle ! « L’Europe unie » sous leadership allemand n’était-elle pas l’un des projets phares de l’Allemagne nazie ? J’exagère ? Peut-être, mais l’Empire européen est encore le maître mot de l’extrême droite racialiste allemande, et française, alors il ne va absolument pas de soi que l’UE (actuelle ou fantasmée), défendue par la gauche, soit l’antithèse absolue au nationalisme et au repli identitaire...

Ce qui est le plus affligeant, dans ce vœu pieux de construire une Europe fédérale, est que l’Union européenne n’est, en définitive, même pas un État en devenir. En réalité, l’UE a plus à voir avec un traité de libre-échange qu’avec un État, même si elle est beaucoup plus complexe juridiquement. Je m’explique.

Les États-nations classiques sont normalement la juxtaposition d’un peuple, d’une langue et d’un territoire organisé par une entité juridique appelée « État ». Le cœur de l’État n’est pas toujours un peuple au sens ethnique du terme, mais une nation viable comporte toujours des notions plus ou moins évidentes d’identité collective. Qu’elle soit civique ou ethnique, l’identification au territoire, à l’histoire ainsi que la langue sont les éléments centraux sur lesquels les institutions doivent se greffer pour être viables dans le temps. C’est à cause de ce sentiment d’appartenance que (par exemple) les minorités acceptent le résultat des urnes face à la majorité, que les régions riches acceptent les transferts économiques vers les régions pauvres et que les mouvements de population à l’intérieur du pays se font sans trop de perturbation. En somme, la stabilité de l’État-nation doit impérativement passer par le consentement, la communication et la solidarité.

Pour ce qui est de l’Union européenne, c’est tout l’inverse, car il n’y a ni peuple (au singulier), ni langue, ni solidarité. Il n’y a pas même de tradition politique, économique et diplomatique qui puissent, un tant soit peu, compenser ces manques. Et comme si ce n’était pas suffisant, il n’y a même pas de convergence économique entre les divers États membres. En réalité, la seule convergence qui marche à peu près est le territoire. Et encore, pas complètement, puisque la Suisse et les Balkans n’en font pas partie.

En réalité, l’Union européenne est la continuité du traité de Rome, qui avait pour vocation de créer un « marché européen » et d’organiser l’interdépendance économique des pays d’Europe de l’Ouest par des politiques économiques communes (comme celle sur l’agriculture). S’est ensuite ajouté à cela le fameux traité de Maastricht, qui se trouve à être la base juridique de l’actuelle UE (2). Cette base juridique n’est toutefois pas à confondre avec une constitution d’État, car, si elle crée bel et bien une entité politique qui organise tout un pan de la souveraineté des États membres, ceux-ci n’en restent pas moins souverains. De là, la difficulté de changer les orientations politiques de l’UE, puisque l’orientation politique doit se faire de manière collégiale et consensuelle (en somme, tout le monde doit être d’accord), au même titre que toutes organisations internationales. Autrement dit, les États délèguent volontairement une partie de leur souveraineté à l’UE, mais ne sont pas totalement contraints à obéir comme le serait une région administrative d’un État-nation.

En fait, le seul pouvoir que possède réellement l’UE est monétaire, puisqu’il n’existe pas de force armée européenne ou toute autre forme de pouvoir répressif. Si un pays ne respecte pas les directives, seules des sanctions économiques pourront être mises en place. Celles-ci peuvent évidemment s’avérer redoutables (voir le cas grec), mais jamais au point de mettre un pays sous tutelle complète (3) comme l’a été la Catalogne, après le référendum sur son indépendance.

Comme on s’en rend bien compte, l’Union européenne ne peut même pas espérer devenir un pays à plus ou moins longue échéance, puisque la forme juridique qu’elle a prise au départ ne le permet tout simplement pas. Comme je le soulignais précédemment, le fondement même d’un pays viable est d’être une entité politique et territoriale définissant une politique sociale et économique sous la contrainte de son histoire et de son peuple. En somme, l’essence d’un État ne peut être idéologique, parce qu’il se caractérise justement par le pouvoir de définir et surtout choisir son caractère idéologique. Sans cela, l’institution ne survivra que le temps de vie du consentement. Et c’est bien ce qui se passe en ce moment, puisque l’Union européenne, qui est à l’inverse une politique économique et sociale qui tente de s’imposer à des pays que tout (ou presque) oppose, ne peut que s’effondrer à plus ou moins brève échéance, au fur et à mesure que « l’euroscepticisme » croit dans la zone.

Si l’on souhaitait vraiment que l’UE devienne un pays viable de forme fédéral, confédéral ou autre, il faudrait donc faire table rase de tout ce qui fait sa substance idéologique et établir une politique sur la base de résultats d’élections minimalistes démocratiques (4). Mais cela, les dirigeants européens ne le souhaitent absolument pas, puisque l’objectif central de cette organisation est de maintenir l’ordre « ordolibéral » imposé par l’Allemagne.

Mais plus encore, pour construire une entité étatique fédérale comparable aux États-Unis (les fameux « États-Unis d’Europe »), il faudrait passer par les mêmes stades d’uniformisations qu’ils ont eu même traversés, ce qu’aucun peuple d’Europe n’acceptera jamais. Bien des légendes ont cours au sujet du « miracle américain », notamment sur la constitution de leur unité, mais celle-ci ne s’est absolument pas fait par le doux commerce et la collégialité, mais par la plus pure violence politique qui soit : la guerre civile ! C’est parce que le Nord a écrasé militairement le Sud et lui a imposé son modèle, que les États-Unis ont été en mesure de se constituer en nation viable.

Certains européistes ont tendance à l’oublier, mais les « États-Unis d’Europe » nécessiteraient un véritable carnage culturel pour s’établir dans la durée. D’autant plus que, contrairement aux É-U d’avant la guerre de Sécession (qui était une très jeune nation), les États d’Europe ont des traditions politiques et culturelles très anciennes qui ne s’abandonneront pas au voisin sans un combat acharné de la part de leurs populations. En réalité, les « États-Unis d’Europe » auraient besoin, pour se constituer, d’un type d’impérialisme particulièrement violent et centralisateur, ce qui va pour le moins à l’encontre du slogan « l’Europe c’est la paix » !

À bien y penser, tous les problèmes de fonctionnement de l’Union européenne découlent à peu près tous du fait que l’Europe n’est pas un pays, mais un simple espace géographique. Que ce soit la monnaie, le budget, la diplomatie, la démocratie, l’immigration, les protections sociales, etc. tous ces problèmes sont liés au fait que les pays d’Europe ne font pas corps et, de ce fait, ne sont aucunement capables de créer une quelconque solidarité (5). La seule chose qui tient le machin en place, hormis la propagande, c’est la soumission des dirigeants des pays membres et la peur d’en sortir. Cette peur joue un très grand rôle, car l’économie dysfonctionnelle de la zone euro, le vieillissement de sa population, l’interdépendance économique et la duplicité du personnel politique et médiatique font que rares sont ceux qui osent parler d’une sortie de l’UE, d’autant plus que celle-ci est généralement qualifiée de « repli nationaliste » !

Pourtant, la souveraineté nationale n’est pas un concept conservateur et identitaire, mais, à l’inverse, un élément clé de la cohésion sociale et de l’inclusion, puisque l’identification à un projet politique est la meilleure façon de lutter contre la xénophobie et le repli identitaire que la dépolitisation engendre. C’est parce qu’il n’y a plus de projet politique d’envergure que les populations se replient sur l’identité et la religion et non pas l’inverse. Le retour de la souveraineté n’est peut-être pas la solution à tous les maux que vivent les divers peuples européens, mais elle est à coup sûr la première étape à leur redressement !

Finalement, à quoi sert l’Union européenne ? Sûrement pas à donner de l’espoir aux gens, puisqu’elle est maintenant synonyme d’austérité, de privatisations économiques et d’inégalité sociale. Seule la peur de l’inconnu et l’illusion d’une Europe politique impossible maintiennent encore l’adhésion du plus grand nombre. L’UE n’aura toujours pour seule fonction que d’imposer et de maintenir des politiques « ordolibérales », afin d’organiser la société selon le souhait des riches et des puissants au détriment des masses. Tout le reste n’est que parures esthétiques à l’endroit des quelques nationalistes européens qui rêvent encore d’une grande nation impériale.

L’idée selon laquelle les peuples d’Europe pourraient un jour converger vers une entité politique n’est pourtant pas totalement fictive et pourrait même s’avérer souhaitable. Cependant, celle-ci devra nécessairement passer par un retournement du centre de gravité décisionnelle. C’est-à-dire de la volonté des peuples vers le haut sous la forme d’une véritable confédération d’États libres. Mais pour cela, l’actuelle Union européenne doit impérativement être sabordée, puisqu’elle a été construite contre les peuples d’Europe.

[1] L’ethnie et la religion sont de prime abord les points communs qu’ont les pays européens.

[2] Aujourd’hui complétée par le traité de Lisbonne.

[3] La mise sous tutelle est possible, mais avec l’accord au moins tacite des dirigeants politiques du pays (voir le cas italien).

[4] Et encore, une telle diversité de peuple rend à peu près impossible la création de tout consensus.

[5] Notons au passage que le maitre mot de l’UE est la concurrence et non la solidarité.

»» https://www.lequebecois.org/a-quoi-sert-lunion-europeenne/
URL de cet article 34931
   
Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Parfois sans le savoir, nous gagnons tous les jours. Ailleurs.

Viktor Dedaj


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.