RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Réticences américaines, dit-on…

Pourquoi le monde a-t-il besoin de la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII) ?

Suivant l’exemple du Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et l’Italie ont décidé d’adhérer à la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII). Cette décision courageuse et pourtant rationnelle a révélé l’attractivité et l’influence de la BAII.
Cette décision n’est pourtant pas surprenante si l’on examine les finalités de la BAII. Après de nombreux accomplissements économiques, la Chine souhaite donner un nouvel élan au développement de l’Asie pour renforcer son propre développement. Si la Chine a proposé la création de la BAII, c’est pour compléter les mesures de gouvernance internationale, renforcer la coopération et favoriser la promotion conjointe de la prospérité économique de l’Asie et du monde dans son ensemble.

Partager les fruits du développement en Asie-Pacifique

Pourquoi certains pays européens ont-ils décidé de devenir membres fondateurs de la BAII ? Fondamentalement, ils semblent conscients du fait que la Chine et l’Asie dans son ensemble deviendront sans aucun doute la région la plus dynamique dans le monde. L’Asie est donc devenue une destination d’investissements précieuse sur laquelle aucun pays ne peut lever le nez.

Duncan Freeman, chercheur à l’Institut bruxellois d’études sur la Chine contemporaine, a déclaré aux journalistes que quatre pays européens ont décidé d’adhérer à la BAII "pour prendre part à une initiative économique majeure dans la région avec la croissance la plus rapide dans le monde". L’économie asiatique a pris son envol, et la demande énorme dans le domaine d’infrastructure fait de l’Asie un terrain fertile pour l’investissement.

Dans sa première phase, la BAII se concentrera sur les projets d’infrastructure des pays asiatiques. A l’avenir, la BAII envisagerait également de créer un fonds fiduciaire pour fournir des prêts aux programmes qui ne sont pas garantis par des fonds souverains, d’introduire un modèle de partenariat public-privé (PPP), de mobiliser des fonds souverains, des fonds de pension ainsi que le secteur privé pour investir davantage dans les infrastructures dans les pays en développement asiatiques.
Daniel Gros, directeur du Centre pour les études politiques européennes, a également indiqué que ces quatre pays européens voient également l’influence régionale de la Chine qui peut fournir des "garanties" pour les investissements européens dans la région asiatique. Cela signifie que la Chine joue un rôle important dans la coopération euro-asiatique.

La Chine et les autres pays dans la BAII sont unis par leur désir de partager les bénéfices apportés par la tendance de développement à travers la coopération. Au cours des trente dernières années, la Chine a constamment cherché à collaborer avec plus de partenaires pour se développer et partager des bénéfices. Ainsi, la Chine transforme le "hard power" en "soft power".

Renforcer la gouvernance financière internationale

Objectivement parlant, une banque régionale comme la BAII n’a pas la possibilité de défier la position dominante de la Banque mondiale et d’autres institutions financières régionales existantes en Asie. La BAII constitue un supplément, et n’a pas pour objectif de remplacer ou de défier l’ordre de la gouvernance mondiale.

Le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, s’est félicité récemment à Tokyo de la création de la BAII et de l’adhésion du Royaume-Uni à cet institut, notant que la Banque mondiale et la BAII disposent d’un grand potentiel de coopération.
Selon la Banque asiatique de développement (BAD), en 2020, le volume d’investissements dans l’infrastructure en Asie pourrait atteindre 8 trillions de dollars. Avec la capacité financière actuelle, même si la Banque mondiale, la BAD et la BAII renforcent leurs investissements, il demeurera difficile de combler cet écart. Il s’agit donc d’un gâteau assez grand que personne ne peut manger tout seul, et la coopération peut élargir la part de chacun.
En un sens, le rôle joué par la BAII est propice à une réforme des institutions internationales existantes. Certes, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI) et l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qui jouent un rôle principal dans la gouvernance économique mondiale, ont rencontré leur lot de problèmes tels que la hausse de coûts d’exploitation et la baisse d’efficacité.

L’émergence de la BAII a bouleversé les institutions multilatérales du monde, provoquant des concurrences, ce qui, sans aucun doute, est favorable pour le monde. Cela va améliorer la gouvernance de ces institutions, a estimé le site d’informations Huffington Post dans un commentaire.

Complémentaire, pas confrontationnelle

Certains médias ont estimé que la création de la BAII est un "grand événement historique". Cependant, cet argument ne correspond pas à l’initiative proposée par la Chine. Selon le ministre chinois des Finances, Lou Jiwei, la BAII est une banque commerciale normale qui ne doit pas devenir un "pion stratégique" entre les pays, et ne doit donc pas être politisée.

La BAII est un complément utile et dans une certaine mesure indispensable aux organismes de prêt internationaux tels que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque asiaque de développement (BAD), dont l’efficacité et les capacités sont insuffisantes. Dans ce contexte, la fondation de la BAII pourrait les aider à faire face à la hausse de la demande et à créer une concurrence cruellement nécessaire dans le système de prêt mondial.

En ce qui concerne les préoccupations américaines sur les normes environnementales et la transparence de la BAII, M. Lou a indiqué qu’il est normal que différents pays partagent des opinions différentes, et que chaque partie a intérêt à échanger sur la question. En tant qu’institution intergouvernementale multilatérale, "la BAII absorbera et apprendra auprès des banques multilatérales de développement existantes, assurera une bonne politique de pratique, et se concentrera sur les problèmes tels que l’environnement et l’immigration", a-t-il souligné.

La BAII ne devrait pas être un théâtre de confrontation entre la Chine et les Etats-Unis. En fait, les deux pays, qui s’efforcent de construire un nouveau modèle de relations entre grandes puissances, ont de vastes intérêts et responsabilités communs, et devraient transformer le "gagnant-prend-tout" en "gagnant-gagnant" et s’efforcer ensemble d’élargir le "gâteau" du développement de l’Asie-Pacifique et de promouvoir la prospérité de la région.

Fred Bergsten, directeur émérite du Peterson Institute for International Economics basé à Washington, a écrit dans son article intitulé "Les Etats-Unis doivent adhérer à la BAII" que les Etats-Unis et la Chine devaient renforcer la coopération au sein de la BAII. Il a indiqué que les États-Unis devraient encourager la Banque mondiale et d’autres institutions multilatérales de prêt existantes à mener une étroite coopération avec la BAII, de sorte que cette dernière pourrait jouer un rôle actif dans l’économie mondiale.

Le monde a besoin de la BAII, et cette dernière a également besoin du monde. Ainsi, l’adhésion des économies développées à la banque est la bienvenue. Le gouvernement chinois a déclaré à maintes reprises que la BAII est conçue pour fournir une plate-forme ouverte, et la Chine se félicite de l’adhésion d’autres pays à cette institution ouverte et inclusive, qui peuvent contribuer au développement économique de l’Asie et du monde entier. Fin

Chen Junxia et Jin Minmin

*Chen Junxia est journaliste du département des informations internationales de l’Agence de presse Chine Nouvelle. Il a travaillé en France pendant 5 ans en tant que journaliste

*Jin Minmin est journaliste économique du département des informations internationales de l’Agence de presse Chine Nouvelle

URL de cet article 28244
  

Même Thème
Les trajectoires chinoises de modernisation, Jean-Claude Delaunay
La Chine est entrée dans les temps modernes, au xixe siècle, avec un mode de production inapte à assurer sa modernisation. La dynastie Qing en a fait l’expérience. Le républicain Sun Yatsen n’a pas réussi à le dépasser. Seule la révolution communiste a débarrassé ce pays de ses structures anciennes. Depuis lors, son économie a suivi de nouvelles trajectoires. La première partie du livre décrit les trajectoires réelles contemporaines de la Chine (démographiques, agricoles, industrielles, commerciales). Elle (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.