Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Quand France Inter et Europe 1 découvrent opportunément l’ALBA

La campagne pour l’élection présidentielle française vient de faire un détour par l’Amérique latine et les Caraïbes. Mais pas à l’avantage d’un candidat et de certains journalistes qui ont étalé leur ignorance des affaires de la région, en même temps que leur parti pris.

Déjà, comme le Singe de la fable de La Fontaine qui, plastronnant devant le Dauphin, prenait le Pirée pour un homme, Emmanuel Macron avait pris la Guyane pour une île. Toujours cette attraction de l’off shore qui n’étonnera pas chez un ancien banquier…

Retraversons l’Atlantique. Ces derniers jours, dans les matinales de certaines radios – notamment celles de Patrick Cohen (France Inter) et Fabien Namias (Europe 1) – les auditeurs ont été pris à témoin d’un scandale sans doute aussi énorme, si l’on en juge par le temps d’antenne qui lui est consacré, que le Penelopegate ou les Panama Papers : dans son programme L’Avenir en commun, Jean-Luc Mélenchon propose rien de moins que l’adhésion de la France à l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA) ! Ce programme était disponible depuis plusieurs mois, ce qui donnerait à penser que les journalistes politiques l’avaient jusqu’alors abondamment commenté sans l’avoir lu…

C’est sans doute la première fois que le mot ALBA était prononcé sur les radios concernées et cela aurait mérité, surtout pour un média de service public, quelques informations sur cette organisation régionale créée en 2004 par Cuba et le Venezuela. Mais le but était tout autre : il s’agissait d’associer les noms de deux repoussoirs présumés, Fidel Castro et Hugo Chavez, à celui de Jean-Luc Mélenchon en vue de discréditer le candidat de la France insoumise, et donc de le faire dégringoler dans les sondages. Grosse erreur d’analyse et résultats nuls, comme on a pu le constater…

Faisons donc le minimum de travail auquel auraient dû s’astreindre MM. Cohen et Namias.

En ce qui concerne l’ALBA, le lecteur pourra se reporter au texte, « L’ALBA-TCP : dix ans au service des peuples latino-américains et caribéens ».

Pour ce qui concerne la place d’une adhésion à l’ALBA dans le programme de Jean-Luc Mélenchon, on relèvera qu’il s’agit seulement de l’une des 8 grandes mesures rassemblées dans le chapitre 62 sous le titre « Construire des coopérations altermondialistes et internationalistes ». Ces mesures concernent non seulement l’Amérique latine et les Caraïbes, mais aussi l’Afrique, la Chine, la Banque de développement des BRICs, l’ONU, l’aide au développement, etc. Curieusement nos deux « grandes signatures », adeptes du tri sélectif, n’y trouvent rien à redire. A croire qu’elles ne peuvent pas être utilisées comme « boules puantes »…

»» http://www.medelu.org/Quand-France-Inter-et-Europe-1
URL de cet article 31794
   
« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’étais déterminé à faire entrer les Etats-Unis dans le 21ème siècle, toujours comme le plus grand facteur de paix et de liberté, de démocratie, de sécurité et de prospérité."

Bill Clinton, 1996

"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "

Amnesty International, 1996


Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.