Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

12 

Quand la petite souris du site Le Grand Soir s’introduit dans des soirées privées et dans les coulisses d’une émission de France Inter.

Le 24 septembre 2012, la petite souris du site d’informations alternatives Le Grand Soir s’était introduite dans une réception donnée à Paris par l’ambassade de Chine où se pressaient des artistes, journalistes, députés, ministres (dont Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls) et anciens ministres dont la plupart détestent la Chine puisque les USA la désignent en ennemie.

Le 12 novembre 2013, la petite souris s’était invitée à une soirée privée de l’ambassade du Qatar à Paris où se bousculaient des artistes, journalistes, députés, ministres et anciens ministres et où Enrico Macias se ridiculisa. La plupart des invités présents adôôôrent le Qatar puisque les USA le désignent en ami et y ont installé d’importants dispositifs militaires qui contrôlent la région et même un peu plus.

Le 1er février 2016, la petite souris Soir s’était invitée au dîner donné à l’Elysée par François Hollande en l’honneur de Raúl Castro, les USA autorisant désormais la France à fréquenter le Cubain. On y croisait des artistes, journalistes, députés, ministres et anciens ministres dont plusieurs « socialistes » qui se dépêchaient de manger leur chapeau avant de passer à table avec les autres.

Le 31 mai 2018, la petite souris du Grand Soir s’est invitée dans les coulisses des studios de France Inter pour l’émission « Les nouveaux rendez-vous » où devait être débattue une question qui turlupine notre classe politico-médiatique : « Venezuela : Naissance d’une dictature ? »

Pour éclairer les auditeurs, la radio nationale avait sélectionné quatre invités qu’elle nous présenta ainsi, dans un premier temps, sur son site :

• Maurice Lemoine, journaliste et écrivain, une plume bien connue du Monde Diplomatique, spécialiste de l’Amérique Latine
• Michel Collon, animateur du collectif et du site d’information investig’action
• Andréina Flores, journaliste vénézuélienne à France 24
• Paula Doumerg-Osorio, militante franco-vénézuélienne soutien du parti d’opposition Voluntad Popular.

Seulement voilà, un des invités était aguerri et suspicieux.

Les médias nationaux nous ont instruits sur l’art de monter des entourloupes pour coincer des esprits libres (c’est-à-dire debout devant les USA et le MEDEF). On se souvient de Jean-Luc Mélenchon ayant eu à débattre sur France 2 avec de virulents contradicteurs qui représentaient « la société civile » et dont il s’avérait, après l’émission, qu’ils étaient bien d’autres choses par ailleurs :

- un artisan boulanger, en vérité fournisseur de l’Elysée,
- une paysanne qui nia être affiliée à la FNSEA jusqu’à ce qu’il apparaisse qu’elle était la responsable de la branche jeune de ce syndicat agricole,
- une chef lambda d’une entreprise de vente de bijoux terrorisée par les Prud’hommes. En fait, on sut peu après qu’elle était acoquinée au MEDEF, qu’elle avait préconisé dans Le Point en 2016 de « jeter aux orties » tous les acquis sociaux,
- Laurence Debray, présentée comme Vénézuélienne (sa mère l’est. Son père est Régis Debray) alors qu’elle est française, née en France où elle réside, diplômée de la Sorbonne et d’HEC, hagiographe du roi d’Espagne Juan Carlos, électrice macroniste, ex-banquière, journaliste à Paris Match et à Point de Vue, hebdomadaire people des familles royales.

Informé de ces pièges vicieux, Maurice Lemoine, qui n’a rien d’un perdreau de l’année, voulut vérifier au préalable les CV des autres invités de l’émission où il était convié.

Il connaissait Michel Collon, un Belge qui pilote le site Investig’action et qui est un spécialiste du Moyen-Orient, de l’Amérique latine sur lesquels il a écrit des articles et des livres.

Pour Andréina Flores, journaliste vénézuélienne à France 24, il était facile de voir ce qu’avait été son travail. Certes, elle était hostile au gouvernement de Nicolas Maduro, mais pourquoi pas ? Laissons les esprits chagrins dire que la majorité des Vénézuéliens ayant voté 22 fois (sur 24) en 20 ans en faveur des Bolivariens, il était pour le moins curieux que France Inter invite la voix des minoritaires. Passons.

Restait la quatrième invitée, Paula Doumerg-Osorio, « militante franco-vénézuélienne soutien du parti d’opposition Voluntad Popular ».

« Parti d’opposition » est un joli euphémisme quand on sait que son porte-parole, Leopoldo López, aujourd’hui en prison pour corruption et détournement de fonds publics, a été un des fondateurs du parti d’extrême droite Primero Justicia (PJ). Tout cela étant vérifiable et vérifié, le débatteur pensait avoir évité un de ces pièges comme il en fut systématiquement tendu à Jean-Luc Mélenchon par des médias publics que nous payons de nos impôts (France 2, France Inter).

Mais voila que, peu avant l’émission, Maurice Lemoine apprit… qu’il ne savait pas tout. Paula Doumerg-Osorio avait des responsabilités politiques en France. Cela aurait dû être dit, par elle et par France Inter. Or, il n’était pas du tout prévu que cela le soit.

Figurez-vous que Guillaume Gouffier-Cha est député LREM du Val-de-Marne (6e circonscription) et membre de la commission de la défense nationale et des forces armées. Pour l’assister, il a deux collaboratrices à l’Assemblée nationale dont l’une est… Paula Doumerg-Osorio.

Avant le démarrage de l’émission, la petite souris du Grand Soir assista à un échange entre Maurice Lemoine et les animateurs du débat qui prétendaient la présenter comme une « représentante de l’opposition vénézuélienne ».

Maurice Lemoine leur indiqua que s’ils ne mentionnaient pas sa fonction de collaboratrice d’un député macroniste à l’Assemblée nationale, il le ferait lui-même « sans prendre de gants ». Car, soutenait-il, cela a une signification politique dans la mesure où, inévitablement, dans un débat sur le Venezuela, quelqu’un prononcerait le nom de Jean-Luc Mélenchon, un autre député. Personne n’a oublié le cri de guerre que les médiacrates poussent en général vers la fin des émissions (« Venezuelââââââ ! ») pour paralyser leur proie insoumise.

Les animateurs, se montrant pour le coup « proches » de l’intéressée ainsi dévoilée, commencèrent par ne pas vouloir en entendre parler. Mais Maurice Lemoine ne mollissait pas. C’est un pro. Il a alors redit qu’il donnerait l’information lui-même, dans l’émission, en direct. Et il était clair qu’il allait le faire. Alors, les animateurs et la collaboratrice du député LREM ont proposé à contrecœur une solution médiane. On allait dire que Paula Doumerg-Osorio est «  proche de La République en Marche ». Pour Maurice Lemoine, cela n’était pas satisfaisant, le mensonge par omission était seulement réduit, mais pas éliminé. Cependant, il considéra qu’il était invité pour parler surtout du Venezuela (pays qu’il connaît bien), qu’il aurait peu de temps et qu’il valait mieux ne pas introduire une querelle annexe chronophage.

Et c’est ainsi que vous avez pu lire sur le site de France Inter et entendre dire en début d’émission que Paula Doumerg-Osorio, « militante franco-vénézuélienne soutien du parti d’opposition Voluntad Popular » est « proche de La République en Marche ».

Le mot « proche » induit un mensonge puisqu’elle est salariée d’un député LREM membre d’une commission qui travaille sur la Défense nationale.

Elle est de toute évidence militante macroniste, elle est impliquée dans la mise en oeuvre de la politique de Macron, c’est son job rémunéré. En cette période de championnat du monde de foot, on saura faire la différence entre les joueurs et les spectateurs. Les premiers disputent un match sur la pelouse, les seconds, sont répartis sur les gradins en fonction de leur proximité avec une des équipes. Paula Doumerg-Osorio court sur le terrain en s’appliquant à suivre les directives de son « coach » : Guillaume Gouffier-Cha, député LREM du Val-de-Marne (6e circonscription) et membre de la commission de la défense nationale et des forces armées.

La première tentative de Paula Doumerg-Osorio pour cacher ses liens de subordination avec LREM, puis ses manœuvres pour qu’il ne soit rien dit à l’antenne de ses activités à l’Assemblée nationale, démontrent que son choix était de berner les auditeurs. L’arbitre France Inter ne voyait pas là motif à sortir un carton jaune.

Cependant, l’enfumage échoua partiellement sur France Inter grâce à Maurice Lemoine, et totalement sur Le Grand Soir qui lâche sa petite souris quand il faut et où il faut.

LE GRAND SOIR

URL de cet article 33536
   
Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ce que vous faites peut paraître insignifiant, mais il est très important que vous le fassiez.

Gandhi


Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.