RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Quand Milton Friedman s’invite à l’école

Ce matin l’école maternelle du Loch à Auray dans le morbihan engageait sa dernière semaine dans l’incertitude totale concernant l’organisation de la rentrée. Pas moins de soixante dix sept élèves sont inscrits et il est prévu une fermeture de classe (donc passage de trois classes à deux).

Bien entendu les parents en colère se sont déplacés et un représentant de l’inspection est venu dans le but de répondre aux interrogations.
Sa réponse était à quelques mots près : nous ne prendrons de décisions qu’à la rentrée en fonction du nombre de présents.

Ce qui revient de façon insidieuse à encourager les parents à inscrire leurs enfants ailleurs (dans le privé en général) de façon à ce qu’ils aient l’assurance que leurs enfants ne soient pas dans une classe surchargée. A la rentrée le problème aura été résolu naturellement puisque l’effectif ne justifiera plus une réouverture de classe....

J’avais l’impression d’être en face du fossoyeur de l’école publique et laïque qui par ses réponses emplies d’incertitudes nous dirigeait indirectement vers d’autres que celles qui était censée réduire les inégalités et contribuer à la formation d’un citoyen éclairé.

Indirectement l’ombre de Milton Friedman planait sur l’école du Loch. Celui qui fut l’un des bâtisseurs de la doctrine économique de l’école de Chicago pronait entres autres la fin de l’institution publique en vue de la distribution de bons d’éducations (ceux ci correspondrait au cout de la scolarité) afin que chaque parent puisse inscrire son enfant dans l’école (bien entendu privée) qui lui semblera la plus adéquate.

Par conséquent l’école devient une entreprise au service de l’entreprise et doit faire des bénéfices financiers (fini la valeur ajoutée éducative).

Par conséquent fini la formation et la formation continue des enseignants, fini les rased et tous les services périphériques (c’est dans ces suppressions et les salaires diminués des enseignants que doivent se trouver une partie des bénéfices)

Du coup, je pensai que le représentant de l’académie était le fossoyeur, mais en fait je m’étais trompé, il n’était que l’éxécutant d’une politique néolibérale définie par le vote de ses concitoyens. Ceux la même qui étaient en face de lui en train de lui réclamer une ouverture de classe. Ceux qui n’ont pas compris que l’entreprise néolibérale était la politique de soumission aux marchés de l’Union pour la Minorité des Patrons et du Peuple Sacrifié pour ne point les nommer.
Là est la principale attaque à la laïcité bien plus dangereuse qu’une adolescente voilée !!!

URL de cet article 14085
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
L’Eglise et l’école, de Marceau Pivert
La laïcité séduit au XIXe siècle une bourgeoisie soucieuse de progrès et d’efficacité. Les socialistes en font également leur cheval de bataille. La séparation de l’Église et de l’École puis de l’Église et de l’État en 1905 en est le symbole, mais ce fragile compromis est bientôt remis en cause. Face à une contestation grandissante, la bourgeoisie et l’Église s’allient pour maintenir l’ordre social, politique et moral. Depuis les années 1920, leur offensive conjointe reprend une à une les conquêtes laïques. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il y a bien une grande différence entre les articles publiés dans les médias institutionnels et les articles publiés dans les médias alternatifs (comme Le Grand Soir) : les leurs vieillissent super mal alors que les nôtres ne font que s’améliorer avec le temps.

Viktor Dedaj

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.