RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
54 

Que penser de la situation corse ?

Que faut-il penser de la situation en Corse ?
La prise des institutions corses par les partis autonomistes et indépendantistes pose de sérieuses questions à l’électeur de gauche. Et cela d’autant plus que leurs positions sont extrêmement ambigües.

Le droit des peuples (si peuple corse il y a) à disposer d’eux-mêmes devrait conduire les leaders corses à réclamer l’indépendance. Or ils s’en gardent bien pour la plupart, réclamant une autonomie qui a parfois des relents bien nauséabonds : droit de propriété réservé en priorité aux résidents Corses, racisme anti-immigrés, voire anti-Français, par exemple.

A cela s’ajouterait une autonomie fiscale qui, compte-tenu de la situation locale, continuerait à faire porter le poids financier du fonctionnement et de la gestion de l’île sur les épaules – bien larges – des contribuables métropolitains. Il semble que les Corses veuillent bien de l’autonomie si ce sont les autres qui en paient le prix. On comprend mieux dès lors pourquoi ils ne veulent pas de l’indépendance : ils seraient incapables de l’assumer sur le plan économique.

Ils savent aussi pertinemment – le débat catalan vient de nous le rappeler – qu’une indépendance de l’île se traduirait immédiatement pour elle par une sortie de l’Europe et de ses subventions bien connues aux nombreuses vaches normandes (et autres mammifères particuliers) de Corse.

Deux images récentes nous choquent : le discours d’investiture du chef de l’exécutif corse a été tenu dans cette langue, sans que, à notre connaissance, le préfet soit intervenu pour rappeler à l’ordre « républicain » (qui demeure en vigueur jusqu’à preuve du contraire). Ensuite, lors de la visite de la ministre de l’Intérieur, on voit clairement sur la photo deux drapeaux derrière ce représentant de l’État, celui de la Corse et celui de l’Europe (Cf. plus haut), mais point de drapeau français et madame Gourault semble n’y avoir pas fait mettre bon ordre. Comment le comprendre ?

Il me semble qu’il est temps, au point où nous en sommes, de mettre fin à l’hypocrisie qui règne autour de ce dossier depuis des décennies. Ou bien la Corse demeure dans la République, et elle assume les droits et les devoirs comme les autres, ou bien elle vise son indépendance pleine et entière et soulage les métropolitains de la charge financière de l’île. On ne peut pas avoir tous les avantages en même temps : dans la République sans les devoirs, hors de la République sans les charges !

Je proposerais bien un référendum* tenu au plan national pour savoir si les Français sont d’accord pour accorder l’indépendance à la Corse. S’ils l’acceptent – ce dont je ne doute pas, et je serai le premier à voter oui ! – les Corses devront se débrouiller sans nos subventions, ni celles de l’Union. A eux de voir où est leur avantage. Mais on ne peut décidément pas manger à tous les râteliers.
*C’est Raymond Barre qui avait dit jadis : « S’ils veulent leur indépendance, qu’ils la prennent ! »

MONTAUBA

URL de cet article 32917
  

Palestine, photographies de Rogério Ferrari
Préface, Dominique Vidal - Texte, Leïla Khaled Rogério Ferrari n’est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n’écrit pas d’images. Il s’emploie à rendre au plus grand nombre ce qu’il a reçu en partage : l’humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l’alambic n’a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d’ivresse. Mais un silence. De ces silences (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

2% de la population réfléchit.
3% croit qu’elle réfléchit.
Et 95% préférerait mourir plutôt que de réfléchir.

George Bernard Shaw

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.